Publié dans texte

Qu’est-ce que j’ai fait de mes rêves?

woman-2003647_960_720 (1).jpg

page 3

Qu’est-ce que j’ai fait de mes rêves, même trop fous même trop grands ?

Les ai-je laissé échappés ?

Il y a des journées où on a juste envie de dire merci à la vie pour tout ce qu’elle apporte. Un après-midi qui s’étire autour d’un bon livre. Quelques lignes écrites sur un nouveau manuscrit. L’odeur des feuilles mortes. La perspective d’un grand ciel bleu lors d’une promenade au bord de la mer, et ce bonheur d’être en vie.

Ce bonheur de la solitude volontaire qui n’a rien à voir avec l’isolement choisi quand il est l’heure et qu’il n’est plus l’heure parce qu’on a joué avec les aiguilles de l’horloge et qu’on vit deux fois la même heure et que cette idée trouble le sommeil, que me reste-t-il sinon écrire.

J’ai longuement hésité. Ne sachant quelle option choisir, Ou alors terminer une nouvelle commencée hier pour décrire que je suis perturbée, où bien tergiverser, avant de sombrer à nouveau dans mes rêves sans issus où le bien et le mal se côtoient sans apporter de solution réalisable.

Il aurait été facile d’abandonner mes rêves et d’accepter d’emblée la défaite. Mais je sais faire preuve d’une volonté de fer et d’un courage inouï. Jamais je n’ai considéré l’échec comme une option –  » Abandonner » ce mot ne fait pas partie de mon vocabulaire génétique. Pourquoi ? Parce que j’aime la vie quelle a faillit m’abandonner la vie !
Je suis ainsi c’est moi l’héroïne de mon histoire.

C’est ma force et mon courage remarquables face à l’adversité de tout bord qui essaient  de briser ma résistance et de m’écraser… c’est contre tout cela que je lutte.

Mes gênes me font rêver de la vie. Elle me fait avancer, et peu m’importe les dires de mes adversaires… ce qui compte pour moi c’est d’être une douce rêveuse.
(Roberte Colonel) 6/10/2019

Publié dans poèsie

La vie est un beau voyage

16114599_1060550430738848_9124997080571448070_n

La vie est un beau voyage,

La vie est belle quand on y pense

Malgré des zones de turbulences

Ont prend la vie comme elle vient

Qu’elle soit mauvaise ou bien

Qu’elle importance puis a chaque instant

Nous voyageons dans un nouvel espoir

Des recommencements avec ses joies et ses peines

Avec un rien qui nous fait sourire ou trébucher

Quelque chose qui est derrière sois

La vie est belle avec juste un peu de bonheur,

Un peu de chance, une page blanche avec

Le bleu et le gris des beaux et mauvais jour

La vie un beau voyage au  long cour.

Roberte Colonel

Publié dans Non classé, poèsie

La vie…

13516495_1727592187479100_1643964689058371200_n (1)

La vie c’est quelques notes de musiques joué sur un archè ou l’espérance est inséparable de la crainte.

La vie est comme un arc en ciel : si vous voulez qu’il soit lumineux il faut aussi accepter qu’il soit terne.

La vie est comme une montagne ; pour arriver au sommet il faut d’abord passer par des chemins sinueux. En haut du sommet le panorama est de toute beauté.

La vie c’est un parcours ou se côtoie le beau et le disgracieux tout comme l’éclat de la lumière du soleil.

La vie est comme un matin au réveil ; tantôt baigné de pluie, tantôt baignée de soleil, c’est chaque jours pareil.

La vie c’est des moments de doutes, des hauts et des bas, tout être a sa montée obscure et sa montée lumineuse.

Aussi acceptons qu’il en soit ainsi. Apprenons à apprécier chaque jour les tribulations et les faveurs du sort.

La vie  peut nous offrir encore bien d’autres éventualités a chacun de nous de trouver ce qui est important . Roberte Colonel

Photo et texte crédit: Light Healing âme Mystics https://www.facebook.com/Soul-Healing-Mystics-Light-1437542323150756/?fref=photo

Publié dans citation, Non classé

Tournons la page…

13006627_1694670814127305_8767581340015243376_n « Tournons la page, apprécions chaque minutes de notre vie. Demain il sera peut être trop tard pour en profiter. Laissons de coté ce qui nous a blessés et laissons la place à notre bonheur retrouvé. La vie est un défi constant, mais cela vaut la peine de l’accepter. La vérité est qu’il n’y a pas de meilleur moment pour être heureux que le moment présent. » Roberte Colonel

 

 

Publié dans citations, Non classé

La vie est devant moi…

.1916850_1059011700808886_1310725809772716109_n

Je m’absente pour une semaine de vacance. A très bientôt de vous retrouver.

La vie est devant moi comme un éternel printemps avec de nouveaux vêtements et brillant.
~ Carl Friedrich Gauss

« La guérison est le voyage. La destination est toi-même. »

« La pleine reconnaissance de tous les différents aspects de vous-même votre joie, votre tristesse, votre douleur, votre plaisir-tous vont vous conduire à la source de qui vous êtes.

Seulement en ayant des relations intimes avec cette source elle seule peut te faire découvrir la plénitude de ta vie. Seulement en apparence sans peur dans ce que tu peux embrasser le paysage de ta vie et t’ouvrir complètement à tout l’amour et la compassion qui vit à l’intérieur de toi. »   ~ Philip berk…

(cette citation copièe sur le blog de Simone Prilongan)

Image:  https://www.facebook.com/%E0%A5%90-Nature-Heals-Nature-Reveals-%E0%A5%90-729612107082182/?fref=nf:

 

Publié dans poésie

L’Automne…

q1nihjbs (1)

Pour le Poète, dans quel mesure la poésie permet-elle le dépassement d’une épreuve?

L’automne

Salut ! Bois couronnés d’un reste de verdure !
Feuillages jaunissants sur les gazons épars !
Salut, derniers beaux jours ! Le deuil de la nature
Convient à la douleur et plaît à mes regards !

Je suis d’un pas rêveur le sentier solitaire,
J’aime à revoir encore, pour la dernière fois,
Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière
Perce à peine à mes pieds l’obscurité des bois !

Oui, dans ces jours d’automne où la nature expire,
A ses regards voilés, je trouve plus d’attraits,
C’est l’adieu d’un ami, c’est le dernier sourire
Des lèvres que la mort va fermer pour jamais !

cEdZYM64UexmQRcQgJ_IafRt7ak@256x192

Ainsi, prêt à quitter l’horizon de la vie,
Pleurant de mes longs jours l’espoir évanoui,
Je me retourne encore, et d’un regard d’envie
Je contemple ses biens dont je n’ai pas joui !

Terre, soleil, vallons, belle et douce nature,
Je vous dois une larme aux bords de mon tombeau ;
L’air est si parfumé ! la lumière est si pure !
Aux regards d’un mourant le soleil est si beau !

Je voudrais maintenant vider jusqu’à la lie
Ce calice mêlé de nectar et de fiel !
Au fond de cette coupe où je buvais la vie,
Peut-être restait-il une goutte de miel ?

Peut-être l’avenir me gardait-il encore
Un retour de bonheur dont l’espoir est perdu ?
Peut-être dans la foule, une âme que j’ignore
Aurait compris mon âme, et m’aurait répondu ? …

La fleur tombe en livrant ses parfums au zéphire ;
A la vie, au soleil, ce sont là ses adieux ;
Moi, je meurs; et mon âme, au moment qu’elle expire,
S’exhale comme un son triste et mélodieux. 

Alfonse De Lamartine (1790-1869)