Je suis ainsi

18342788_890188551119135_2664016344446708960_nJe suis ainsi

Certains poètes écrivent leurs fantasmes.

J’écris moi l’amour en douceur.

Oui je rêve !

Je suis ainsi !

J’aime la nature et le soleil,

J’aime entendre le gazouillis des oiseaux.

Et si c’était cela un vrai tour de magie

Ou l’illusion emboite le pied à la réalité,

Parce qu’on l’on voudrait dire mais on ne  l’ose,

Alors ici les mots sont la pour l’exprimer.

J’ose les employés sans crainte qu’ils soient un jour vilipendés

Qu’au cœur de la passion, il y a la tendresse.

Au fil de notre vie, nos émotions, qui emballent nos cœurs

Et fait de la douceur et  recrée le bonheur.

Elle est l’instigateur d’une existence claire

Ou jour après jour d’émotions en émotions

Elle éloigne le poison et tout ce qui nous blesse.

Elle modifie le temps et parfois l’accélère

Elle bouleverse les vies

D’un amour bien paisible elle peut en faire un ouragan!

Roberte Colonel 14/06/2017

Mon Amour…

11224364_765436470250247_8876417564944682002_n

Mon Amour

Le ciel ce soir se mire sur la mer irisée

Et mes pensées s’envolent au loin te retrouver.

Tout s’illumine lorsque de nos mots échangés

Au cœur de notre passions nous sommes amoureux.

Toute cette candeur qui doucement se tresse

Au long de nos heures bonheurs

Le clavier pianote des mots douceurs.

Nous inventons des histoires que nous mettons en scène

Et nous rions de nos bons mots sans aucune gène.

Nous somme amoureux toi et moi du soleil, des étoiles.

Le soir venu nous n’avons plus peur de nos émotions

Qui parfois emballe nos cœurs et donne des frissons.

Jour après jour nous construisons notre vie sans heurt

Avec la révélation trait d’union de notre amour passion.

Roberte Colonel le 05/O4/2017

 

 

Elle…

16195702_1272680712819580_2922577345863235572_n-1

« Ce que l’on ne peut pas dire
il ne faut surtout pas le taire …
Il faut l’écrire.  »
J . Derrida

Elle, elle  découvrait chaque matin la beauté de la mer entre ciel et terre.

Elle,  elle ce jour ne se retourna pas sur ses pas encrés sur le sable doré de la plage.

Elle, elle aurait aimé que les vagues  emmènent ses pas au loin et les effacent.

Elle, elle aurait aimé disparaitre et ne plus jamais revenir sur cette plage.

Elle, elle avait aimé en apesanteur et c’était confié aux roulis de la vague

Elle, elle avait entendu dans le murmure des flots les mots de son bien aimé.

Elle, elle avait révélé aux vagues ses désirs sans pudeur et sans raison.

Elle, elle entre ciel et mer aimait cet horizon bleuté avec un sentiment de liberté,

Elle, elle l’aimait dans son coeur sans raison  avec le feu de sa passion .

Roberte Colonel

 

J’écrivais des silences..

 

ecrire-300x224

« J’écrivais des silences, des nuits, je notais l’inexprimable. Je fixais des vertiges. (Arthur Rimbaud) »

J’écrivais la nuit nul ne le savais même pas toi mon amour.

J’écrivais l’inexprimable besoin de t’aimer au grand jour.

J’écrivais mes désirs ceux que je te réservais dans mes silences.

J’écrivais des vers pour te dire combien déjà tu me manquais.

J’écrivais la nuit ma déception de te savoir dans les bras d’une autre.

J’écrivais mon tourment que tu puisses lui dire nos mots si beaux.

J’écrivais notre bonheur passé, notre futur incertain.

J’écrivais sans tabous la dure leçon de la passion.

Roberte Colonel

 

Passion

passion is overused

Passion,

Elle gronde, elle empoisonne, elle met le feu à tout,

Quand son faisceau bouillonne, elle ira jusqu’au bout…

Le rouge prend l’avantage pour dire mes sentiments,

Et la pourpre fait rage, où devient violent.

C’est la braise qui couve sous la toile de l’émoi,

C’est mon cœur qui s’ouvre et me montre sa voie.

Elle me mène lentement, dans les pas de l’amour,

Elle peint tous mes tourments elle en suit les détours .

Elle s’installe dans ma vie,

Je découvre l’inouï qui arrête le temps. Elle m’ ouvre le cœur, redessine ma vie,

au gré de mes humeurs, me met a sa merci.

D’un amour bien paisible,

elle fait un ouragan,à peine perceptible, elle modifie le vent.

Elle devient féline, dépasse les frontières, faisant  d’un impossible, un nouvel univers.

(Roberte Colonel)

Les vrais amis…

message-a-mes-amis-.tontonpapi

Les amis, le temps passe.

La vie s’envole.

Les distances nous éloignent

Les enfants grandissent

Le travail va et vient.

La passion diminue

La famille n’est jamais ce

Qu’on aimerait qu’elle soit.

Le cœur se brise.

Les parents meurent.

Les collègues oublient les services rendus,

Les carrières professionnelles arrivent à leurs fins.

 

Mais les amis sont là,

et peu

Importe si le temps a passé,

Peut importe la distance.

Un (e) ami(e) n’est jamais loin

Pour te venir en aide

Quand tu en as besoin.

Quand tu devras traverser une vallée

En solitaire et que tu devras le faire seul

Les amis de ta vie, seront tous autour de toi,

Devant toi, poussant les bras ouverts au bout du chemin.

Quelque fois ils briseront les règles et chemineront à tes côtés.

Avoir des amis est un cadeau de la vie !

Le monde serait bien différent

                Sans les amis.

Quand nous avons commencé cette

Aventure sur terre, nous n’avions pas su non plus

Que nous aurions besoin les uns des autres

Pour nous soutenir.

Et pas un jour passe sans que nous ayons besoin  les uns des autres.  

(texte recopié sur un pps d’auteur inconnu)