Publié dans poésie

 » Croire aux petits bonheurs de chaque jour »

« Croire aux petits bonheur de chaque jour »

Elle croit que ce sont les petits bonheurs

Les petits plaisirs additionnés qui font le bonheur,

Et qui fait que le jour est bien rempli

Et que la nuit elle peut bien dormir.

Le sommeil vient quand on a pris le temps

 De s’adonner au bonheur,

À son propre bonheur.

Elle s’est réveillée dans la nuit

Il était presque deux heures du matin

Comme si elle avait dormi des heures

Comme si c’était l’heure d’entamer une nouvelle journée.

La nuit sert peut-être juste à penser à tout ce qui s’est passé la veille

Et qui l’a rendue heureuse.

Elle sert peut-être aussi à ranger tous ces moments

Dans le coffre aux trésors des souvenirs qu’est sa mémoire.

Nul besoin d’un vrai coffre,

C’est dans le cœur que se conservent les souvenirs.

Roberte Colonel le 01/03/2020

Publié dans poésie

J’ai vécu tant de belles choses…

Je crois que la poésie est quelque chose qu’on sent, et si vous ne sentez pas la poésie, la beauté d’un texte, si un récit ne vous donne pas l’envie de savoir ce qui s’est passé ensuite, c’est que l’auteur n’a pas écrit pour vous. (Jorge Luis Borges)

Je me suis égarée…

J’ai vécu tant de belles choses

Je suis sans regrets.

Je pars, l’œil prompt à suivre l’étincelle
Qui vole à ma rencontre
Dans l’obscure promesse du jour,

Et me détache du cours des choses.

Je n’ai pas de guitare pour m’accompagner

Mais des chansons bonheur dans le cœur.

Au Sud j’écoute les vagues frapper le récif

Elles me parlent, me rappelle ses belles paroles
qui, dites dépassaient l’entendement

A fendre les lames pendant que roulait ma tête
Hors de la nuit.

 Une émotion, une empreinte d’un passage
A mon quotidien portée plus haut que la raison

Me donnait des frissons.

 Je fais le chemin à l’envers d’un passage difficile,

Le vent joue dans mes cheveux,

Le bonheur en vainqueur

Viens reprendre ses droits, et

Recréer les couleurs qui justifient ma foi.

Roberte Colonel 11/02/2020

Publié dans citation, et poèsie

Osez être heureux…

72387935_137078454290046_4660479690178297856_n

Il est difficile de ne pas voir l’arc en ciel qui fait la pluie et le soleil.

A vivre de regret on ne récupère pas le temps.

Aussi, quelle perte gâchée a ne pas croire au bonheur du présent.

Hier c’était hier, laissez le temps au passé,  la vie est merveilleuse

Et pour la rendre heureuse, jouez donc la symphonie du bonheur

Vous en êtes le grand compositeur. Osez… et soyez heureux!

(Roberte Colonel) 13/10/2019

 

 

 

 

 

Publié dans citations

Le temps n’attend pas…

96376a30

Certains moments de nos vies passent en jetant sur le ciel des nuages de cendre. Leurs particules sombres enveloppent nos âmes d’un froid glacial. Puis, peu à peu, le souvenir nous remplit d’une force imprévisible et précieuse. (Céline Fraipont)

Il faut être heureux et y mettre du sien. L’erreur est humaine admettre la sienne est surhumain! Le difficile demande du temps, l’impossible un peu plus. La vie est un défi constant  mais cela vaut la peine de l’accepter. La vie n’est pas que peine; son matériau principal est le bonheur. 

Le temps n’attend pas. Le bonheur est une trajectoire et non pas une destination! Si ce n’est pas maintenant pour être heureux quand serait ce?

Il est préférable de l’admettre et de décider d’être heureux maintenant qu’il est encore temps car à la vérité il n’y a pas de meilleur moment pour être heureux! Roberte Colonel

 

 

Publié dans texte

Quand les mots ne sont plus là…

 

54364802_2216512691742001_3138046094508818432_n

Ecrire, c’est nager très longtemps, nager page après page, sans jamais regarder le rivage de l’impossibilité( Antoine Casas Ros)

Mais Quand les mots ne sont plus là, sacré dilemme on fait un copié collé de textes que d’autres on écrit avec une grande inspiration.

-A ton le choix dans les actes qui nous dicte: « fonce on verra bien ou cela te mène ou bien la sagesse qui voudrait que l’on fasse rien que d’attendre un autre jour entre joie et bonheur retrouvé. »

J’ai en ce moment le besoin de page blanche plus rien de ce que j’écris me semble intéressant. L’envie d’abandonner l’écriture me taraude jour après jour c’est comme un poison qui détruit tout ce plaisir que l’écriture m’offrait il n’y a pas si longtemps encore.

 Je suis comme un oiseau blessé qui n’arrive plus à chanter parce qu’il à trop volé.

 Aujourd’hui je sais qu’il n’y a pas qu’un chemin dans ma vie… que J’aurai bien plus tard d’autres chemins d’écriture à prendre.

Écrire doit rester pour moi un plaisir et non une corvée.

Suis-je incohérente avec moi-même lorsque je prétends cela ?

Pourquoi ce matin tout me semble t-il si gris, alors qu’au dehors le soleil illumine la mer et le ciel.

Vous donnerais-je a vous mes amis l’idée de croire qu’un malentendu, une incompréhension momentanée est venu me briser le cœur et que je suis a ce point si déstabilisée que je ne puisse plus écrire.

Non, rien de tout cela. Une grosse angine qui s’éternise ma épuisée. Elle seule en est la cause.

Demain je me surprendrai… à vous écrire et de me laisser surprendre une fois de plus par mon imaginaire:

 (Roberte Colonel) Le 25/03/2019

Publié dans poèsie

Donne-moi le temps de t’écrire…

52364574_2582166808676598_5359978525229056000_n

Donne-moi le temps de t’écrire

Puis va, je n’exige rien d’autre

N’oublie pas, je serai toujours là,

A guetter ton retour

Dans la lueur verte de la mer

Qui ta tant fasciné.

Les vagues sont là…

Il y a des tourbillons,

et ces méandres-là sont difficiles à vivre…

Ils surgissent soudain, sous forme de récifs

Où le destin devient tellement rétif.

Les naufrages les plus lents,

Sont les plus malheureux.

Tu veux punir le bonheur ?

Eh ! bien, non ! Assez de larmes !

J’y laisse ma raison…

Je refuse de boire la cigüe

Le cœur tremblant, la joue en feu,

Je rêve dans mes nuits

Tes lèvres encore tièdes

Tes baisers restent suspendus

Humides sur mon front.

(Robert Colonel)

 

Publié dans poèsie

Il est toi et moi…

Alain-Valtier-psychanalyste-Pour-durer-l-amour-doit-se-transformer_imagePanoramique647_286

« Les mots ont un grand pouvoir. »

Je voudrais trouver la terre promise et sentir sur mes joues le souffler du vent.

Aux portes entrouvertes de tant de bonheur, il fait bon me sentir aimer de toi.

Des joies offertes notre vie devient festin lorsque l’envie s’invite, quand l’amour prend la

vague tu me transporte hors des frontières dans un jour un rêvé.

Nous dansons tous les deux enlacés.

Notre amour n’a pas de fin ? Le cœur y est –il pour quelque chose ?

Lentement se tresse au long des jours notre passion.

Toute cette candeur qui emballent notre Cœur 

Quand nos lèvres se cherchent, quand le bonheur m’inonde

Au creux de tes bras tout l’amour nous rassemble. Il est toi et moi.

Roberte Colonel 14/ 02 /2019

 

 

Publié dans poésie

Est-ce que tu m’entends ? 

6066471494_bfa232a530_b-e1413180994707

Les poèmes n’ont pas d’odeurs, quand on peut les sentir avec le cœur, on peut leurs donner le sens que l’on veut sans que se soit celui que le poète ait voulu exprimer.

Chacun de mes mots doit être dit avec prudence.

Je m’embrase pour toi. 

De cela tu ne le vois pas il faut que je le cache.

J’ai le désir de toi, est-ce que tu le vois ? La nuit est mon bonheur.

Je te confie mes peines et sans perdre la mesure

Du temps qui enracine les brisées de l’absence,

Dans le feuillage de tes doigts j’entrevois des étoiles.

Mon corps est une houe qui enroule ton corps.

Privée de tes bras, ton appel est mon bonheur

Quand ma chambre s’obscurcie, je rêve que tu es là.

Roberte Colonel 6/02/2019

 

Publié dans livre, Pensées

Au si loin que mes yeux me porte…

 

 

Le regard tourné vers l’horizon, au si loin que mes yeux me porte

malmenés par certains flash-back je suis déterminée à atteindre l’impossible.

J’ai beau avoir été malade, déçue, oubliée, brisée, je continue à avancer avec encore plus

de détermination.

Peut-être qu’au fond je construis la joie avec mes tristesses et que cela se voit dans

certains de mes écrits qui se nourrissent de mes ressentis.

Peut-être qu’au fond j’ai besoin de me dépasser pour atteindre la sérénité et me dire

qu’ avec un rien on peut tout faire, tout imaginer, tout écrire.

Quand dans ma vie il fait froid il me reste l’écriture où je laisse dériver mes mots

sur les vagues de la mer.

Dans les pires moments, les mots que je trace ont pour but de me montrer mes forces

c’est une source de satisfaction, qui elle même est source de mon bonheur.

En somme, merci à mes malheurs passés d’être présent comme motivation.

Roberte Colonel/

Merci a mon amie Patricia pour cette vidéo.

 

Publié dans poésie

Quand le bonheur, redonne des couleurs…

14329959_1756983031236463_5666470827607699342_n

 

Quand le bonheur, redonne des couleurs

Brisant les falaises de mes insomnies

mes mots se colorent de lumière cristaline qui se moque de la nuit.

Dans mes rêves dame lune me chuchotte à l’oreille

Une mélodie aux pleiades vêtues de sourires bleus.

Pourtant, quand un éclaire fend l’espace de la nuit je te laisse partir,

Mon corps voyage sur les derniers rayons de lune,

Mais toi, revient vite dans mes chimères.

Roberte Colonel le 15/12/2017

 

 

 

 

Publié dans poésie

Il est des silences qu’il ne faut pas déranger…

19702214_1475930925805597_3241793282741796947_n

« Il est des silences qu’il ne faut pas déranger. Pareils à l’eau dormante, ils apaisent notre âme. » (Y asmina Khadra, Ce que le jour doit à la nuit.)

Le silence est un signe quand la parole fait erreur ou reste inachevée. Vous seule possédé la clé de ce silence qui apaise, qui ne dit rien.

Le silence vous enveloppe tout entière par ce que vous êtes seule entre vous et ce bonheur réconfortant, apaisant, troublant.

Le silence vous berce  sans aucune connexion autre que ce bien être d’un ailleurs impénétrable.

Le silence est le miroir qui lave la parole dans l’eau la plus nue de la parole.

Le silence une errance dans un ailleurs qui indique discrètement le chemin à poursuivre.

Le silence  une question posée à la question restée sans réponse.

Roberte Colonel le 13/09/2017

Publié dans poésie

Poésie…

BooksV5-72-6

La poésie c’est une rose qui étale sa beauté, son parfum subtil et mystérieux là ou notre âme semble éclairé à la fois par le soleil qui se couche et par la lune qui se lève. Roberte Colonel 14/06/2017

Sauve garder mes écrits poétiques je n’y avais pas pensé jusqu’à ce jour.

De nombreux auteurs publies des recueilles et gardent ainsi le souvenir de leurs textes dans un livre qu’ils relisent plus facilement que sur le blog. Je ferais de même.  La reproduction sur un cahier de mes écrits appairait nécessaire. J’ai aujourd’hui un temps précieux pour m’y consacrer pleinement.

Je vais donc redécouvrir avec nostalgie, parfois avec des larmes dans les yeux, parfois avec amour mes moments d’écriture ou ma plume distillait avec délice mes mots douceurs sur ma page blanche.

proverbesEt si un jour ma page restait blanche !

Que deviendrais-je ?

Le temps fuit,

Sans un bruit

Si demain ma page reste blanche

L’angoisse d’un jour gris,

Tout doucement s’assombrit.

Mélancolie, ô lenteur infinie de la vie

Hier encore avec ce jour qui se levait

C’était avec bonheur que je traçais ma vie.

Roberte Colonel 17/06/2017

Publié dans Non classé

insaisissable bonheur…

Femme-assise-par-terre-bras-ouverts

 

Le bonheur est insaisissable et c’est illusion que de l’attendre. Il est volage, il ne reste guère en place. A peine vous a-t-il approcher que déjà il vous fuit vous laissant a des regrets.

C’était hier, ce sera demain, je l’attendrais toujours avec la même impatience car je sais pertinemment bien qu’il repassera il ne pourra s’en empêcher même pour voir si je l’attendais!

Il est imparfait le bonheur il est même parfois cruel puisqu’il s’approche et repart de nos vies en laissant un trait de son passage, juste quelques maux dont il faudra guérir.

Le bonheur est insaisissable, toujours à venir semblable à une illusion d’optique. Nous avançons alors d’espoir en espoir, ne nous épargnant aucun effort.

Le bonheur nous le cherchons jour après jour au cœur de nos passions. Ils emballent nos cœurs.

Le bonheur peut nous echapper. Il fuit comme la peste ce qui est ordinaire et si on le conteste il joue la fille de l’air.

(Roberte Colonel ) 4/5/2017

 

Publié dans poèsie

Tu es le soleil de ma vie

14639753_974023079391584_5629857462571906708_n

Tu es le soleil de ma vie

Qui me fait croire en des jours meilleurs.

Dans tes puissants rayons, qui raniment mes sens

Enveloppé de calme, et d’ombre, et de silence

Mon âme, de plus près, adore ta présence ;

D’un jour intérieur je me sens éclairer.

Qui me dit d’espérer a chaque instant de la journée

Je te vois en tous lieux et j’entends ta voix

Tu es le Soleil qui inonde mon cœur

De tes mots tu me couvre de bonheur

 M’inonde de chaleur, de vie et lumière

Qui ranime mes sens, c’est ton souffle que je sens

Je te cherche partout, j’aspire à toi, je t’aime 

Quand la nuit, guidant son cortège d’étoile, tu viens me retrouver

Alors mon âme est un rayon de lumière et d’amour

De désirs dévorants loin de toi consumé

Brûle de remonter à sa source enflammée

Je respire et je sens, je pense, j’aime en toi

Là, quand l’aube, agitant son voile dans les airs

Entrouvre l’horizon qu’un jour naissant colore,

Je veux croire pour nous en des jours de bonheur.

Roberte Colonel 

 

 

 

 

 

Publié dans poésie

La Barque silencieuse,

La Barque silencieuse

14590033_793009387504784_3960839522867980633_o-1

Ne vous croyez jamais à l’abri d’une passion. Lorsque, sous un ciel serein, vous sortez le bateau pour une promenade, vous n’avez pas désiré la tempête qui soudain se lève, vous entraîne dans les turbulences et, vous en rappelant les risques, fait flamber la vie en vous. J’étais au calme dans mon anse. Mais peut-être veille-t-il en chacun de nos corps une petite flamme qui n’attend que le souffle du vent pour se transformer en grand feu ? Boléro de Janine Boissard

La barque silencieuse, le charme brumeux d’automne,

Comme autant de chemins ouverts à la réflexion

La barque suivait l’imperceptible fil de l’eau des marais.

Quelques bulles éclataient de-ci de-là faisant des ronds dans l’eau.

L’ombre de la futaie protégeait les amoureux des ardeurs du soleil.

Je faisais de mon mieux pour ne pas attirer leur attention.

Je n’ai vu au départ que les paysages, les roseaux, et quelques oiseaux.

Et n’ai pas pensé aux naufrages ni même aux avaries et aux orages,

A mille lieux de me douter de ce qui pourrait arrivé je n’avais plus peur

Que recommence cette douleur.  Peur à nouveau d’ aimer

Quand l’ardent désir de cette vie heureuse et douce qui me fuit

Et pour laquelle j’étais né vient enflammer mon imagination,

C’est toujours près des marais salins qu’elle se fixe.

Bonheur parfait sur cet étendue d’au salée ou se prolonge l’attente

De celui qui  de l’autre coté monopolise mes pensées .

Je souris de la simplicité avec laquelle je suis allée

Uniquement pour y chercher ce bonheur au de la des mers.

Image personnel  et poésie de Roberte Colonel

La Barque silencieuse… Titre emprunter d’un livre de Pascal Quignard

 

Publié dans poèsie

Moi, les mots, j’aime bien…

i04jhxu9_thumb

Moi, les mots, j’aime bien. J’aime bien les phrases longues, 
Les soupirs qui s’éternisent.  
J’aime bien quand les mots cachent parfois ce qu’ils disent ;
Ou le disent d’une manière nouvelle.
A demi mots je les marie, Je les faits s’aimer
Ou se détester comme cela me plait.
Ce qui m’importe c’est ce qu’ils traduisent :  
Le respect, la douceur, le bonheur de vivre.
Mes mots s’accrochent à loisir.
Ils se lisent entre eux pour le plaisir.
Ils sont rythmés par mes humeurs.
Mes mots peuvent être gais. Ils font sourire où bien pleurer.
Le plus souvent ils s’étirent à l’envie.
Ils sont poèmes pour faire plaisir
a celui, où celle, qui viendra les lires.
Roberte Colonel
Sur une idée de citation : bloghttp://chamade1000.unblog.fr/    
 
Publié dans poèsie

A l’aurore de ma journée …

521274__rose-on-petal-bed_p

 

A l’aurore de ma journée tu es venu mon cœur te poser sur mes lèvres et laissé tes mots sublimes. Tu n’as fait que passer. Le temps pour toi de partager avec moi les ondes chaleureuses de ton corps. De ton souffle léger et chaud, exhalant l’odeur de la rose d’été tu disais vouloir mon bonheur. Tels les pétales d’une rose exhalant ses fragrances tu m’as donné le cœur léger. Rose, trésor de l’été ta beauté sublime te nomme reine des fleurs. Tu encense nos cœurs, tu embellie de passion notre vie. De tes pétales si jolis, la brise légère exalte tes odeurs subtiles. De l’aurore au crépuscule à l’heure ou, dans le ciel, scintillent les étoiles au firmament de la nuit, toi, rose veloutée à la fragrance subtile, de poèmes en poèmes, tu en est notre muse. Roberte Colonel

Publié dans citation, Non classé

Tournons la page…

13006627_1694670814127305_8767581340015243376_n « Tournons la page, apprécions chaque minutes de notre vie. Demain il sera peut être trop tard pour en profiter. Laissons de coté ce qui nous a blessés et laissons la place à notre bonheur retrouvé. La vie est un défi constant, mais cela vaut la peine de l’accepter. La vérité est qu’il n’y a pas de meilleur moment pour être heureux que le moment présent. » Roberte Colonel

 

 

Publié dans citation

Chaque jour…

11904747_852823321504672_4363658476513698994_n

Sans oublier, on peut faire ce qu’on aime, on peut bannire son ombre de ses discours, se dérober à ce maître suprême qui dicte nos actes, mais n’oublions pas le principal choisissons d’être heureux… Roberte.colonel