Publié dans poèsie, texte écris

Ce soir, j’irai boire l’élixir à ton calice…

36636728_2207241982895446_8313119328387989504_n

~ Image by Peter Holme iii

Ce soir, j’irai boire l’élixir à ton calice

Je te frôlerai doucement de mes ailes 

Sur toi je me poserai en attente

De te distiller mes mots symphoniques.

Déjà, tu frissonnes de plaisir, tu es si joli.

Quand je te regarde tourné vers l’infini

Quelques balbutiements, envies et désirs épars

 Peu à peu prennent leurs envolées vers l’espace

Où nous danserons en ne faisant plus qu’un.

Sous une merveilleuse pluie d’embruns

L’envie devient pressante comme

Si nous étions attirés vers l’infini.

Nous joindrons l’osmose à cette chose agréable

L’ici et l’ailleurs, le passé et le présent

D’une union d’un papillon à une fleur de volubilis.

Roberte Colonel

Lorsque j’étais enfant il était courant de voir courir des volubilis sur des grillages, sur de vieux tronc d’arbre, ou sur un mur de ferme. Et tous les ans de nouvelles tiges s’entremêlaient à ce qui lui servait de support leurs feuillages confondus, les grandes corolles en forme d’entonnoir d’un bleu entre azur et outre mer.

Pendant mes vacances chez mon fils j’ai redécouvert cette fleur sur un pan de mur ou se mêlait dans ces flots verts, l’ici et l’ailleurs, le passé et le présent. Sans doute quelques graines transportées par le vent venues s’échouées dans son jardin. La fleur de l’ipomée, à l’égal de la rose, ne dure, dans sa couleur bleue, qu’un jour à peine et, dès le premier soir tourne au pourpre puis au violet du demi-deuil, avant que sa corolle en cornet ne se retrousse inexorablement, se réduisant comme peau de chagrin jusqu’à n’être plus, au matin, qu’un simple cartouche fermé cachant quel secret.  Puis, elle tombe au sol, inutile maintenant, prête à être foulée au pied ou emportée par une averse. Mais d’autres fleurs entre temps écloront, d’une insolente vitalité.

Le volubilis Aussi appelé «  »ipomée«  » ou «  »liseron bleu » », le volubilis est une plante appartenant à la famille des convolvulacées presque exclusivement cultivée comme fleur d’ornement. Originaire d’Amérique centrale, le volubilis (Ipomoea purpurea) est une plante grimpante très prisée des jardiniers pour ses tiges qui s’enroulent d’elles-mêmes sur n’importe quel support, servant ainsi de décoration à des grillages, barrières, pergolas ou tonnelles. (Document Internet)

 

Publicités
Publié dans poésie, texte

Quand on a une chose importante à dire, on doit y faire une attention particulière:

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes assises et intérieur

 

« Quand on a une chose importante à dire, on doit y faire une attention particulière : il faut se la dire à soi-même, et après cette précaution, se la redire, de crainte qu’on ait sujet de se repentir, lorsqu’on n’est plus le maître de retenir ce qu’on a déclaré. » (Joseph Antoine Toussaint Dinouart)

Le premier Mai est loin et le muguet à fané depuis mes derniers écrits sur mon blog. Le temps passe si vite à peine ai-je vu que je ne traçais plus mes mots ici.

Rassurez-vous je ne vous ais pas oubliées simplement j’ai écrits, beaucoup écrit. Je viens de terminer un livre qui ne sera édité qu’au mois de mars 2019.

Je suis aussi allée en dédicaces, puis je fus invitée à un débat autour d’un café lecture dans un médiathèque, puis de nouveau je suis invitée à dédicacer à Narbonne ou différents artistes peintres, écrivains, vont se réunir dans le magnifique parc de  la ville de Narbonne. Je présenterais deux livres : « Rêves Enfouis » mon livre personnel et « Équinoxe » de Roberte Colonel et Charef Berkani. D’autres projets de dédicaces et débats sont prévus en médiathèques et salons du livre dans la région pour ces deux livres. Pour le moment je n’ai pas pris d’engagement concernant ces invitations.

téléchargement (6)

Juste pour vous:

Ecoute cette musique

Elle coule en goutte de miel

Es ce la nue qui s’irradie?

Es ce l’amour du genre humain

Qui teinte dans le ciel ?

Oh! non je ne rêve pas!

Mon coeur frémit en cette chaude soirée

Et le ciel semble s’étoiler 

De bonheur.

la route chante sous mes pas. Non je ne rêve pas 

Ou ne veux pas rêver.

D’où vient cette musique?

cet instant merveilleux,

Unique et nostalgique.

Pourquoi le ciel est-il encore si bleu?

Ecoute cette musique si douce, et si radieuse.

Ces instants semblent Bibliques,

La vie, si harmonieuse.

Le voile se dissipe.

Soudain la Vie nous apparaît magique.

(Roberte Colonel)

 

 

 

 

Publié dans livre

Mon livre: « Rêves enfouis » au Salon du livre de Mazamet le 27 Mai 2018

33081693_10204529782402761_5219607096936366080_n.jpg27 Mai 2018 L’attente du jour J !

Le Salon International du livre de Mazamet.

Plaisir et joie à se retrouver tous unis dans un même but, la rencontre, l’échange, les dédicace de nos livres aux lecteurs.

Mon amie Laurence Bouville à réaliser et signé à mon attention cette affiche ci dessus pour l’annonce de ma venue au salon du livre de Mazamet

A l’occasion de la fête des mères, j’aurais le plaisir d’offrir cette affiche souvenir numérotée de 1-à 20 dédicacée aux lecteurs pour l’achat de mon livre :

« Rêves enfouis »

Publié dans citation

Le coeur de la femme ne change pas 

24172983_1029745507166440_2289701866640987884_o

« Le coeur de la femme ne change pas
avec le temps et ne se transforme pas
avec les saisons.
Le coeur de la femme agonise longtemps
mais ne meurt pas. 
Le coeur de la femme ressemble à un désert quand l’être humain le prend pour un champ de batailles et de massacres.
Il arrache ses arbres, brûle ses herbes,
souille ses pierres de sang et dans son sol,
il enterre les os et les crânes.
Pourtant, elle demeure paisible et calme.
En elle, le printemps reste toujours le printemps
Et l’automne demeure l’automne
Jusqu’à la fin des temps. »
Khalil Gibran

Publié dans livre, Pensées

Au si loin que mes yeux me porte…

 

 

Le regard tourné vers l’horizon, au si loin que mes yeux me porte

malmenés par certains flash-back je suis déterminée à atteindre l’impossible.

J’ai beau avoir été malade, déçue, oubliée, brisée, je continue à avancer avec encore plus

de détermination.

Peut-être qu’au fond je construis la joie avec mes tristesses et que cela se voit dans

certains de mes écrits qui se nourrissent de mes ressentis.

Peut-être qu’au fond j’ai besoin de me dépasser pour atteindre la sérénité et me dire

qu’ avec un rien on peut tout faire, tout imaginer, tout écrire.

Quand dans ma vie il fait froid il me reste l’écriture où je laisse dériver mes mots

sur les vagues de la mer.

Dans les pires moments, les mots que je trace ont pour but de me montrer mes forces

c’est une source de satisfaction, qui elle même est source de mon bonheur.

En somme, merci à mes malheurs passés d’être présent comme motivation.

Roberte Colonel/

Merci a mon amie Patricia pour cette vidéo.

 

Publié dans livre

J’ai lu…

J’ai lu,

IMG_1369IMG_1370

C’est un très beau roman écrit à 4 mains par Roberte Colonel et Charef Berkani, Roberte  certains d’entre vous la connaisse.
J’ai la joie qu’elle me considère comme une amie, je la prénomme Marieliane ,son premier roman m’avait enthousiasmé et dans celui ci , je retrouve son écriture dans le personnage de Marie.

Ce roman m’a dérouté , mais je ne vous dirais pas pourquoi, à vous de le lire pour vous faire une idée en lisant ce livre que je ne saurais trop vous conseiller. Sachez seulement que c’est cette histoire d’amour qui m’a,  comment dire, perturbée et m’a fait me poser des questions sur l’Amour à la rencontre improbable….

Je  transcris ci-dessous un passage de ce livre pris à la fin du livre : Présages, des pensées de Roberte ,

image

Bien triste ce matin gris, couleur de cendre, ou la vague à l’âme tangue entre rêves nostalgiques et les chimères évoquées du bout des lèvres comme un râle  à bout de souffle.
Par  déception de l’humain , on fini par prendre  goût à la solitude. C’est parfois un choix de vie!

La jalousie attise le feu de l’envie.
Le bonheur? parfois  on passe à côté et on s’en aperçoit qu’après.
Il y a  des planètes que notre esprit s’approprie faisant fi du monde qui gravite tout autour.

L’ amour de la terre  et ses lumières . L’amour d’un être cher que sa présence éclaire.

Quel merveilleux moment quand la nuit  donne les clefs du bonheur au jour qui s’éveille. C’est dans cet interstice que se glissent  l’amour et la plume du poète pour écrire ses plus belles pages.

6e9d7b70

Je suis une « fan » inconditionnelle de cette écriture si poétique.
Merci Marieliane , continue de nous enchanter et sur ton blog et dans tes livres.
D’ailleurs  il y a un autre récit  à venir?    Billet de : (Marie des vignes)

Iris-germanica-Ovation-blushing-pink-1914-1_1 Pour toi cette Iris Marie.

Merci pour tes mots chaque jour déposés sur mon blog.

Merci pour avoir écrit ton ressenti suite à ta lecture de notre livre Équinoxe.

Merci pour tes encouragements .

Merci Marie d’être mon amie.  (Marieliane) Roberte