Publié dans Ecrivain

C’est dimanche !

 

images

C’est dimanche ! Bien sûr que je ne sais pas ou si peu de quoi sera fait cette journée qui débute, hormis le soleil qui se pose sur mon épaule alors que je sens l’agréable odeur du café qui parfume toute la maison et me chatouille les narines. L’odeur m’incite à me lever.

Bien sûr que je sais que j’irai sur les blogs commenté quelques jolis textes.

Bien sûr que je ne sais que les grandes lignes de ma journée. Lire les mails. Répondre au téléphone qui va sonner, Satisfaire les demandes plus ou moins urgentes de mon mari qui tourne comme une toupie parce que je tarde à me lever étant moi même aux prises avec mes pensées voyageuses.

Bien sûr comme tous les dimanches je lâcherai prise, pour ne m’occuper que de moi et de mes jolies fleurs. Bien sûr.

Mais ce matin, j’ai envie des couleurs du jardin sur ma terrasse. Et je me dis que peut-être se sera ma plus belle journée qui me sera donnée de vivre de la semaine.

Bien sûr !

Mais voilà, qu’un fait extraordinaire est venu me surprendre. Je n’en reviens toujours pas !

Une chouette est entrée par la grande baie vitrée de mon appartement, elle s’est posée sur les livres de la bibliothèque, puis de là m’a fixée quelques secondes de ses yeux tout rond. Elle était si belle que j’aurais aimé l’apprivoiser. Mais au lieu de cela j’ai crié fort pour qu’elle sorte alors la pauvre a pris peur. Elle se cognait de partout sur les murs.

Je me suis éloignée d’elle quelques instants pour la laisser ce calmer mais elle en a profité pour prendre son envole vers le dehors.

C’est un oiseau magnifique. Son regard dans le miens j’aurais aimé la rassurer.

J’ai trouvé cette image de ma jolie chouette. Roberte Colonel

 

Publié dans Ecrivain

 Je ne suis rien, je le sais…

une-danse-de-clown-33695216

 

« Je ne suis rien, je le sais, mais je compose mon rien avec un petit morceau de tout. »

Victor Hugo

Je suis un clown, j’ai un gros nez rouge.

Je sais faire rire les petits enfants, et dans mes niaiseries ils ne voient que du feu.

Je fais passer des messages important pour les grands enfants.

Je suis clown. C’est ma passion, je ne sais que faire rire les petits enfants.

Parfois je raconte de fausses histoires que je présente au public comme vraies ! 

Je deviens alors, le plus grand des clowns menteur, mais c’est bien sûr…

Voyez-vous à qui je fais allusions ?

Aux grands clowns menteurs, raconteurs de bobards a qui savent les  entendrent.

Roberte Colonel 19/ 09/ 2018

Publié dans Ecrivain, textes

Le vieux pêcheur…

(320-365)_The_fisherman_(6163673575)

Le vieux pêcheur

-Tiens, je ne le vois plus sur le bord de l’orbe. Serait-il malade ? Demain, il me faudra me renseigner.

Mais réflexion faite, non je ne peux pas me tromper ! Il est impossible de passer au bord de l’Orbe sans l’apercevoir la cane à pêche à la main. Il fait partit du paysage

Et si il avait été là, il n’aurait jamais manqué de m’interpellée par un :

« é peuchère ! » Aujourd’hui ça ne mort pas !  Je riais avec lui et je lui disais tout en essayant de prendre l’accent du midi : « mais dite donc, et ce qu’il y a dans votre seau ces quoi c’est loups de mer ? C’est la pêche d’hier ça ? »

-Mais non « ma belle » c’est que je te dis que sa ne mort pas, c’est pour que les autres… là, s’en aillent ailleurs voir si le poisson est plus gros !

Avec beaucoup de sérieux il replaçait un asticot bien rouge au bout de sa ligne et le geste vif, lançait son fil aussi loin qu’il le pouvait.

Un jour je me souviens alors que je passais sur la route qui longe l’Orbe pour attirer mon attention il m’avait dit : « tu sais petite c’est tout un art la pêche. Il faut bien se préparé, être patient car parfois on rentre bredouille a la maison… enfin, certains, pas moi ! Car je sais y faire ! Et disant cela il partait dans de grands éclats de rires. J’adorais aussi l’entendre raconter quelques histoires un peu coquines et bien méridionales. Il savait que j’aimais bien l’écouter et c’est pour cela qu’il ne se privait pas de m’interpeller.

Pendant la période des vacances je l’entendais souvent chanter au passage des jolies jeunes femmes bien bronzées. Elles étaient assez courtes vêtues et lui, il avait l’œil coquin !

A lui tout seul, cet homme c’était du « Pagnol. »

Lundi je suis passée en me promenant devant sa maison. Elle ne se trouve qu’à deux pas de chez moi.

Leur voiture n’était pas devant le portail comme elle avait l’habitude d’y être. Comment ne l’avais je pas remarqué alors que je passe chaque jour devant.

Son épouse se reposait dans son fauteuil sur la terrasse de leur maison très arborée d’arbres et de plantes de la région.

Je me suis approchée du portail et j’ai demandé si je pouvais venir lui rendre visite. Elle accepta très volontiers.

Cette dame avait gardé son élégance que je lui connaissais.  Seule fut ma surprise de voir sa tristesse sur son visage.

Je m’en inquiétée. Et, lorsqu’elle se confia sur sa santé et celle de son mari je compris très vite qu’il était très malade.

Elle m’invita à entré à dans sa demeure. Lorsque j’ai eu franchi l’entrée immédiatement j’ai constaté que le bel ameublement du séjour avait disparu. Il n’y avait plus les meubles contemporain cérusé roses mais une table très ancienne et des chaises tout autant  qui accentué la tristesse de la demeure. Les volet tirés ne laissé filtrer qu’un filet de lumière.

Au fond de la pièce un lit médicalisé prenait énormément de place c’est la que se trouvait allongé « mon vieux pécheur ami ». Il avait le teint blafard, il été si fatigué qu’il ne pouvait répondre a ma question qu’avec sa main.

Je suis sortie de cette visite le cœur chaviré. En pensant que sa vie avait été toute remplie de plaisir simple comme aller à la pêche. Et cela il ne pourrait plus le faire.

En revenant chez moi, je n’ai pas cherché à retenir mes larmes.

Je pensais à mon vieux pêcheur, cet homme si passionné de pêche,  avec son drôle d’accent que la maladie  réduisait à ce jour  a l’état de mort vivant.

Roberte Colonel le 06 /09 /2018 : Tout droit réservé

(Image du wilipédia)

 

Publié dans Ecrivain, livre

Averses de baisers…

Veuillez cliquer sur l’image

27858085_10215903501047565_8039927757707013419_n

via Averses de baisers… — Charef Berkani

https://youtu.be/uecR2BP9cFY 

Extrait d’Équinoxe de Roberte Colonel et Charef Berkani

Augustin et Marie

Averses de baisers (page 25)

   Il avait ce regard fragile plein de rage mais aussi de douceur, il surfait sur son esprit vagabond.

     Il était l’image de mes pensées, un éclat de mystère parsemé par le vent. Il était l’ancien, le neuf et l’avenir avec ces grands yeux ouverts. Vif il disait tout à travers ses pupilles qui lançaient des reflets comme le miroir de mon âme.

    Il sentait bon l’air frais du renouveau. Ses lèvres rouges s’étendaient en un large sourire exotique, s’imprimant dans le présent. Il transpirait de sa voix des notes suaves, l’appel d’une sauvagerie délicate qui n’a de place qu’entre ses bras.

     Il était la mer du lointain, je m’y perdais rien qu’à l’écouter. Dans ces silences, il régnait les refrains d’un passé qui n’appartenait qu’a lui. Il était un mirage, un rêve, un autre monde.

     Il était un passage, un tableau impressionniste, le fond d’un paysage qui inspire les peintres.

    Nous étions perdus, là, dans une immensité perfide, celle d’un bonheur mûr mais conscient. Nous restions une seconde, un cours instant entre les cieux et le vide. Nous partagions des rires fous, encouragés par notre insouciance de l’après.

     Mais l’après nous emblait si loin, quel désert aurions nous encore à traverser avant que de se rejoindre dans cet autre monde que nous voulions fait d’amour.

     Puis, le jour à dit a Augustin, quant on a la tête dans les nuages il faut bien s’ancrer au sol et puiser la force nécessaire pour un juste équilibre entre le rêve et la vie sur terre. Avoir la tête dans les nuages pour alléger le poids de l’apesanteur qui nous fait ployer au rythme de la routine quotidienne. On ne peut pas refuser le rêve, royaume de nos fantasmes, les plus fous.             

     L’amour n’a pas de frontière il nous donne des ailes. Oui, vraiment, le bonheur est une trajectoire et non pas une destination.

Équinoxe un livre de Francophonie de partage, de tolérance, et de diversité proposé au prix de la méditerranée.

Une publication des Éditions Auteurs d’Aujourd’hui, Ed2A : www.editions2a.com

Publié dans Ecrivain

curieuse question!

sky-604411_960_720

Ce matin m’a promenade ma conduite au bord de la mer. Elle est si belle en ces jours que mes yeux ont laissaient échappés quelques larmes de bonheur. Je ne les retiens pas. Ce sont des perles d’argent qui coulent sur mes joues, un baume cicatrisant qui vient me faire oublier que la vie n’est pas toujours si belle que nous voudrions qu’elle le soit.

J’ai besoin pendant quelques heures de faire le vide dans ma tête et je ne veux me laisser troubler par aucune pensée négative. Et cette heure est idéal pour me plonger dans mon monde imaginaire.

Tout en marchant j’ai le loisir d’observer les vagues venant se fracasser sur les brises- vagues, les nuages posés sur le ciel d’azur.

Tout autour de moi est spectacle et me comble de plaisir.

Je suis souvent à me poser un tas de questions et pas toujours très sensées je l’avoue, mais peu importe car en cet instant je me demande si les nuages sont parfois amoureux, ressentent-ils comme les humains des émotions, et lors qu’ils rencontrent leur âme sœur que se disent-ils ? Curieuse question ? C’est stupide  mais après tout personne ne le sais si non cela se saurait et je n’aurais pas a poser la question…

Je continuais tranquillement à marcher sur le sable lorsque soudain comme par magie levant la tête je vis poindre dans le ciel deux nuages qui attirérent mon attention. Vennaient-ils à moi pour répondre à ma curieuse question ?

Pour l’instant il me semble que non ! Les deux nuages avaient autre chose à faire de plus important et ma curieuse question attendrait sûrement longtemps encore la réponse !

Un spectacle de pur extase s’offrit à mes yeux lorsque je les vis se frôler, se contourner  puis se rejoindre dans un impressionnant balai amoureux.  Ils s’imbriquérent l’un dans l’autre de façon a ne plus faire qu’un. La scène est si belle, si tendre! J’admire la légèreté de leur mouvement dans le ciel que même le vent qui soufflait par rafales ne pu troubler  leurs ébats.

De nouveaux quelques larmes sont venues brouiller ma vue mais ces larmes là n’ont couler que pour remercier les nuages du spectacle si particulier qu’ils m’ont offert en guise de réponse à ma curieuse question! …

Je me sentais si bien le nez dans le vent avec pour tout soucis que celui de continuer à rêver.  Mais il  me fallut cependant revenir à la réalité et rentrer chez moi mettre mes émotions en ligne afin que chaque minutes de cette promenade reste un moment précieux dans ma mémoire.  Texte Roberte Colonel 14/11/2017

Publié dans Ecrivain

J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.

DE-ARQUER-BUIGAS-Cayetano-2 (1)

Beau texte de la littérature française : Robert Desnos

J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.
Est-il encore temps d’atteindre ce corps vivant
et de baiser sur cette bouche la naissance de la voix
qui m’est chère ?

J’ai tant rêvé de toi que mes bras habitués en étreignant ton ombre, à se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas au contour de ton corps, peut-être.
Et que, devant l’apparence réelle de ce qui me hante et me gouverne depuis des jours et des années, je deviendrais une ombre sans doute.
O balances sentimentales.

J’ai tant rêvé de toi qu’il n’est plus temps sans doute que je m’éveille.
Je dors debout, le corps exposé à toutes les apparences de la vie et de l’amour et toi, la seule qui compte aujourd’hui pour moi, je pourrais moins toucher ton front et tes lèvres que les premières lèvres et le premier front venus.

J’ai tant rêvé de toi, tant marché, parlé, couché avec ton fantôme qu’il ne me reste plus peut-être, et pourtant, qu’à être fantôme parmi les fantômes et plus ombre cent fois que l’ombre qui se promène et se promènera allégrement sur le cadran solaire de ta vie.

Un vrai plaisir que de revisiter de beaux textes de la littérature Française.