Publié dans information

La midorexie …

cb3b7a05da136d60eb8b68b3e3af4f86 (1)

Pourquoi cache-tu ton visage ?

Pourquoi caches-tu ton âge ?

N’aimes tu pas que l’on voit tes rides ?

Il faut bien te donner un âge !

Je crois que tu es femmes midorexique.

Les femmes de 40 ans et bien plus utilisent tout un arsenal pour paraître et se sentir spectaculaires, mais en plus de ça les malignes, elles sont aussi des exemples, de séduction et de dynamisme. C’est ce qu’on appelle la midorexie, une addiction à la jeunesse.

En connaissez vous des femmes midorexie… Non ? moi si !

Par conséquent, la midorexie désigne le problème des femmes obsédées par le fait d’arriver au “milieu” (“mid” qui est la contraction de “middle” en anglais) de leur vie, et qui ressentent le besoin de se sentir toujours plus jeunes. Elles vieillissent plus les midorexiques enfilent des vêtements osés comme des pantalons en cuir et se demandent pourquoi elles ne l’ont pas fait avant.

“La midorexie : c’est croire que non seulement on peut être attirante à cet âge, 40 ans et plus, mais qu’on est même beaucoup plus attirante qu’avant.”

A bon !

Mais que se passerait-il si toi, tu te sentais bien à ton âge, avec tes rides et que tu préférais éviter les vêtements serrés et prendre des selfies pour tes amies sur les réseaux sociaux ? Bien rien, c’est que tu serais toi ! Tu ne serais pas une midorexique.

Es ce donc la raison pour que certaines de nos amies sur les réseaux sociaux facebook… et différents blogs montrent leur visage sous certains déguisement sans que l’on puisse réellement connaître leurs  vrais visages, leurs âges. Alors on peut se poser la question, à quoi ressemblent elles-donc dans la vraie vie !

Conclusion et je suis bien aise de l’apprendre, c’est que les personnes qui se sentent plus jeunes présentent moins de signes de vieillissement mental, ce qui peut expliquer qu’intellectuellement elles soient toujours en mouvement c’est le phénomène de la midorexie.

Pense-tu être une midorexique toi ? Ou connais-tu quelqu’un qui l’est ?

Regarde bien autour de toi !

Résumé sur un texte de sympa-sympa.com/

Publié dans texte

J’ai des rides et alors ?

67741837_2461611804060529_499380279912169472_n (1)

J’ai des rides.
Je me suis regardée dans le miroir et j’ai découvert que j’avais beaucoup de rides autour des yeux, de la bouche, du front.
J’ai des rides parce que j’ai eu des amis, et on a ri, on a ri souvent, jusqu’aux larmes, et puis j’ai rencontré l’amour, qui m’a fait essorer les yeux de joie.
J’ai des rides parce que j’ai eu des enfants, et je me suis inquiétée pour eux dès la conception, j’ai souri à toutes leurs nouvelles découvertes et j’ai passé des nuits à les attendre.

Et puis j’ai pleuré.
J’ai pleuré pour les personnes que j’ai aimées et qui sont parties, pour un peu de temps ou pour toujours, ou sans savoir pourquoi.
J’ai veillé aussi, j’ai passé des heures sans sommeil pour des beaux projets pourtant pas toujours aboutis, pour la fièvre des enfants, pour lire un livre,
j’ai veillé aussi pour me lover dans des bras aimants.
J’ai vu des endroits magnifiques, de nouveaux endroits qui ont eu tous mes sourires et mes étonnements et j’ai revu également d’anciens endroits qui m’ont fait pleurer. « Dans chaque sillon sur mon visage, sur mon corps, se cache mon histoire, les émotions que j’ai vécues et ma beauté plus intime, … et si je devais enlever tout ceci …. Je m’effacerais moi-même.
Chaque ride est une anecdote de ma vie, un battement de cœur, c’est l’album photo de mes souvenirs les plus importants. (image et texte Le sens des Mots)

8f793e0a

 

Merveille que vos rides Madame !  elles sont vos joies, vos peines votre vie bien remplie.

Si j’ai choisis de vous mettre sur ma page c’est que depuis ce matin j’ai vu apparaitre dans ma glace une ride supplémentaire sur ma joue qui n’y était pas hier.  D’autres s’étaient installées à chacune de mes nuits sans sommeil. J’ai aussi beaucoup pleuré, je pensais que pleurer cela faisait du bien à mon cœur amoureux, mais en faite, cela me faisait plus du mal que de bien et me donnait quelques cheveux blancs supplémentaires que mon coiffeur ce plait à cacher depuis. 

Lors que je vous observe Madame, vous êtes si jolie, si naturelle, sur cette photo que je vous admire. 

Il est important de rester sois même, de se montrer sincère, telle que l’on est réellement dans notre vie de tous les jours.

Vouloir se cacher sous des attributs de pacotilles afin de paraître jeune sur Internet alors que l’on est à l’âge mure, c’est faux, c’est  trompeur pour les amis qui vous admire.

 Je reste nature au risque de passer pour une personne d’un certain âge mais je me dis comme cette dame, que chaque ride est une anecdote de ma vie, un battement de cœur, c’est l’album photo de mes souvenirs les plus importants. »

(Texte Roberte Colonel)  29/ 09/ 2019/

 

Publié dans Ecrivain

 Je ne suis rien, je le sais…

une-danse-de-clown-33695216

 

« Je ne suis rien, je le sais, mais je compose mon rien avec un petit morceau de tout. »

Victor Hugo

Je suis un clown, j’ai un gros nez rouge.

Je sais faire rire les petits enfants, et dans mes niaiseries ils ne voient que du feu.

Je fais passer des messages important pour les grands enfants.

Je suis clown. C’est ma passion, je ne sais que faire rire les petits enfants.

Parfois je raconte de fausses histoires que je présente au public comme vraies ! 

Je deviens alors, le plus grand des clowns menteur, mais c’est bien sûr…

Voyez-vous à qui je fais allusions ?

Aux grands clowns menteurs, raconteurs de bobards a qui savent les  entendrent.

Roberte Colonel 19/ 09/ 2018

Publié dans poèsie

Comme il est bon de rire…

deux-femmes-vietnam

roberte(roberte)

Quand molière fait dire

A l’une de ses servantes:

« Tuez-moi mais laissez-moi rire »

C’est le droit de bien vivre,

Que ce poète nous chante.

L’humour se partage,

La haine se propage,

L’amour est le présage

Du mal qui tourne la page.

Sans envie d’abîmer la vie

 Je voudrais vous dire

Comme il est bon de rire,

D’aimer vivre à l’envie

Dans un monde sans nuage.

(Roberte Colonel)

 

Pour information: les portaits de femmes Vietnamiennes sont de Rehahn un jeune photographe qui a récemment eu l’occasion de visiter le Vietnam. Au fil de son voyage, il a pu rencontrer des personnes remarquables et qui ont accepté d’être prises en photo. Le jeune homme a donc immortalisé leurs rires et sourires cachés timidement par leurs mains. Par respect, modestie ou politesse, ces Vietnamiens, petits et grands recouvrent leur visage avec leurs mains. Découvrez ces magnifiques portraits de sourires timidement voilés.

Publié dans Non classé

L’espoir s’échappe…

plage-mer-mouette-alassio-f (1)

L’espoir s’échappe

 Il y avait en elle tous les doutes

mais une seule certitude.

Elle aimait.

Elle était aimée.

Les jours comme les nuits

Pouvaient venir se

Poser sans bruit,

Le vide n’existait plus.

Depuis des mois,

elle se nourrissait

De sa présence,

de sa tendresse

De son humour,

de son amour.

  Depuis des mois il se nourrissait  lui aussi,

De ses mots à elle et

il s’y abreuvait.

Elle ne sait plus

Comment cette folie

De trop l’aimer est arrivée.

Elle sait que sans lui,

Elle ne sera pas bien,

Que ses mots n’auront

 Plus la même saveur

Elle s’était épanouie

Parce qu’il avait cru en elle,

Sans lui elle reviendrait

l’ombre d’elle même,

une flamme sans lumière.

et sans  vie.

(Roberte Colonel)