Publié dans poèsie

Une fin de non recevoir…

71097580_2503062066582169_6458762890487791616_n

Une fin de non recevoir,

La main levée,

Sans un au revoir,

 Sans un mot,

Qui justifie ton départ.

Un recueil poétique sans suite…

Où tu avais gravé tes mots

Pour voir  s’accroître

Le pouvoir du bonheur et 

La force de son sourire

 amorcer le temps où

Votre bonheur était. 

Poète ! Tu vies avec des mots

Que tu dissimiles

Par des mots

Inflexibles, et moqueurs.

Tu aimes la vie à contre temps

Et tes rimes miment  

Ce que disent les vents.

Tu es absent d’ici,

Tu as fermé les portes étroites

De votre histoire 

Laissant dans sa vie

Ton absence et

Vos rêves envolés.

Robert Colonel le 15/01/2020

 

 

Publié dans poèsie

Mots chuchotés, 

59568251_2637983653094913_6794751000868552704_n

Mots chuchotés,

Les vagues les font rouler là où sommeillent mes rêves

Effacer la torpeur de ce bel été où j’allais te quitter.

Pour te plaire ma robe légère je faisais virevolter

Pour me donner le courage de croire

Que rien ne pourrait jamais nous séparer

Les vagues couvrent le sable désertique

Mon cœur alangui observe l’envol des goélands,

Et mon âme part à la dérive à la recherche

De toi, toi mon amour bonheur.

Mon esprit s’engourdit l’on ne se méfie pas de ce qui nous attend

Et l’on oublie parfois qu’on aura un peu de temps,

Comme tout ce qui est beau, en un mot, passe trop vite

Et je rêve, rêve mes espoirs  là où s’en va ma vie …

Roberte Colonel

 

Publié dans Non classé, texte

Ce n’est pas vrai qu’on oublie les personnes

 

55857824_368415603756332_3128651068297183232_n

 

Ce n’est pas vrai qu’on oublie les personnes. 
On les met dans un coin de notre vie qu’on ne regardera plus jamais. On les met dans ce coin, simplement parce qu’on ne retiendra pas l’expérience de cette rencontre.

On n’oublie pas les gens. En fait, on s’en souvient très bien. Et c’est justement parce qu’on n’oublie pas, que certaines personnes restent avec nous et d’autres restent dans ce coin qui est appelé le « passé ».

Rien ne s’oublie et rien ne s’efface, mais il y a une règle qu’il faut respecter en premier, et c’est celle de choisir qui devient  » passé « , qui mérite d’être  » présent  » et qui sera honoré d’appartenir à votre  » futur « …
 Merci à (« À fleurs des Mots… ❤️Black Out Forever)

Publié dans poèsie

Je veux vivre le puzzle de ma vie…

jardin_plantes_secondaire5_924.jpg

Ne laisse entrer dans le jardin de ta vie que ceux qui ont des fleurs à Planter. (Mazouz Hacène)

Magnifique Fleurs

Qui aide a supporté

Ce qui abîme la vie,

Je veux vivre le puzzle de ma vie

À l’envie pour cette vie.

Rester en vie

C’est aimer laisser vivre.

Je voudrais vous dire

Comme il est bon de vivre,

Comme il est bon de rire,

Comme il est bon d’aimer,

Un sourire sans naufrage

L’humour ce partage

Ou la joie se propage

Par des chemins d’ombrages

Ou il fait bon respirer

Les fleurs parfumées des allées.

Je veux vivre des bonheurs

A me couper le souffle.

J’espère en demain

Des jours de soleil

Sans regretter la veille.

Je veux vivre ma vie sans détour,

Du mal qui tourne la page.

Roberte Colonel 11/10/2017

Publié dans textes

L’avenir n’existe qu’au présent…

15056462_1812087732369960_3376380861275937026_n (2)

« L’avenir n’existe qu’au présent. » (Louis Scutenaire)

Il vente, comme il ventait ce jour de Mars sur la plage. Et mes cheveux balaient mon visage, ainsi qu’ils le faisaient ce jour où je suis allée sur le sable poser mes pas, ce jour où je me suis demandée pourquoi mon cœur cognait si fort dans ma poitrine. Il vente, comme il ventait ce jour.
Un immense souffle qui soulève tout sur son passage, jusqu’aux questions troublantes sur la vie. J’aime cette journée, même si je sais que notre séparation doit encore duré de longues années … J’aime qu’elle existe et qu’elle soit soulignée. Même si pour moi, c’est une nouvelle journée d’attente. J’ai bien essayé d’écrire quelques lignes d’un nouveau roman mais ce n’était jamais ce que je voulais réellement décrire. J’éprouvais un sentiment de plénitude, de bien-être, d’accord avec moi-même. C’est une belle journée aujourd’hui. Elle réunit dans l’universalité les amoureux… dont je suis.

Aujourd’hui, la crainte a disparu. Mon cœur ne bat plus la chamade, j’apprivoise cette nouvelle vie car cet homme, je suis heureuse de l’avoir connu. Être passé à côté d’un homme d’une telle bonté serait bien pire que le fait de le perdre. Comment savoir pourquoi telle personne entre dans notre vie et pas une autre la seconde d’après ? Il va sans dire que nous parlons de nos deux passions communes. Et ce soir, j’aurais tellement envie qu’il soit là près de moi. Il paraît que rien n’arrive pour rien. Et si Augustin était arrivé dans ma vie pour me faire avancer. Il n’est pas donné à tous les écrivains le talent pour regarder avec autant d’intensité que le premier véritable rayon de soleil. Et la journée a été belle. Comme elle devrait toujours l’être, même si on a des soucis, même si une parole nous blesse parfois, même si ça n’avance pas aussi vite qu’on le voudrait, même si… Et aussi parce que… Et si ma vie est imparfaite, et si mes rêves ne s’accomplissent pas dans le délai escompté, je puis au moins me réjouir du fait que je suis en vie et que je rêve encore. Pas de choc, pas de tristesse. La roue tourne, ma vie est ailleurs. ( texteRoberte Colonel)

 

 

 

 

Publié dans texte

Petite pause …

17760092_1497096053657946_4481674657569066549_n

Petite pause c’est le printemps, c’est Pâques et le besoin pour moi de profiter pour quelques jours du soleil et de la mer.

J’ai soudain cette envie de regarder au loin, de m’évader, de prendre le large, de déposer mes pas sur le sable et  voir la mer les effacer…

Car pour moi être en vie, c’est aimer la vie c’est choisir de vouloir être heureuse même si ce n’est que pour un court moment.

A vous tous mes ami(es) qui savent se poser au coeur de ceux qui savent vous écouter: à très vite. (Roberte Colonel)

 

 

Publié dans poèsie

Combien de mots recommencés…

nabolo-roman-plume-bougie-papier

Combien de mots recommencés,

Combien d’images copiées-collées,

Sont gravées dans ma mémoire.

Combien t’en ai-je envoyée

A toi, le poète qui sait,

Tu disais que l’amour prenait sa source

Au fond des mots que je t’écrivais.

Poète, tu sais si bien dissimuler tes sentiments

Sous les affres lumineuses des étoiles

Dans la nuit tu graves

ton image à leurs firmaments.

Tu aimes la vie à contretemps.

Tu rimes tes je t’aime,

A tes jolis mots choisit qui font rêver.

Tu les minimises au fil de ta vie.

Tu fermes les portes étroites de ton coeur

Pour mieux les ouvrirent au pouvoir du bonheur.

Roberte Colonel

 

 

Publié dans poésie

Il pleut des larmes sur mes pages…

borda-adrian

Il pleut des larmes sur mon visage

Il pleut des larmes sur mes pages.

Des gouttes d’encre bleu,

Au clair de ma plume écorchée.

Amour, tu éveillais toutes mes nuits

Viens rêver avec moi, je me meurt sans toi.

Mes mots rêveurs sur les tiens s’impriment

Je suis seule sans toi.

Il y a des moments comme ça où

La tristesse gagne et la joie s’incline, c’est écrit.

La vie n’est pas toujours facile,

Elle ne tient souvent qu’à un fil.

Ce soir j’ai besoin de croire au bonheur.

J’ai tant besoin de toi mon amour, viens rêver près de moi.

Roberte Colonel

La détresse originaire est l’inspiration. (Pascal Quignard)

toile d’Adrian Borda

Publié dans poésie

Je te cherche…

3168217904102006107215317691427279895n

Je te cherche

Je te cherche où que tu sois mon étoile Rayonnante.

Tu es, mon soleil qui éclaire ma vie.

Tu es ma lumière, le songe de mes nuits,

La douce angoisse de mes jours.

Mon amour assoiffé, te cherche à chaque seconde.

La nuit des étoiles aveugle tu es la lumière de ma vie.

J’aimerai m’attarder chaque soir avec toi, regarder les étoiles éblouir le ciel.

J’aimerai te murmurer a l’ oreille qu’une de ces  étoile

brillant au firmament de la nuit c’est notre étoile.

J’aimerai chaque jour la contempler au plus près de ton corps

L’amour serré de près essoufflé, exalté,

Frémissant du désir de me sentir tout a toi.

Roberte Colonel

 

 

Publié dans Non classé, textes

A l’inverse du concret…

images (25)

A l’inverse du concret,

Là où tout se mélange

Se profile l’étrange.

A l’opposé du vrai,

Un pas dans la folie

L’esprit dans le délire

Un peu caractériel

Il  échappe au classique

Trouble le cartésien,

Parce que un peu narcissique,

Il ne ressemble à  rien.

Il fuit comme la peste

Ce qui est ordinaire,

Et si on le conteste

Il joue les filles de l’air.

Dans les délires du tendre

Parfois il prend naissance

Dans les mains d’un artiste

Qui dans son insouciance

Prouve qu’il existe.

Il se rit du gentil.

D’un amour bien paisible

Il en fait un ouragan

Prouvant ainsi qu’il  à de l’importance !

 Roberte Colonel

imagesCAD3TPHM

Quel est l’inverse du concret ?

Abstraite, catégoriel, conceptuel, abstrait, idéal, immatériel, impalpable, incorporel, liquide, métaphysique, platonique, idéale, romantique, spéculatif, spirituel, transcendant

Publié dans Amitiés, texte

blog en pause…

80769659_p

Merci la Vie

canimeJ’aime ces moments,  J’aime ces partages d’idées, ces débats, ces billets ces fous rires que nous échangeons sur nos blogs ou sur nos téléphones
c’est le net qui m’alimente autant pour les renseignements que pour les émotions que je puise en votre compagnie.
Les sentiments ne sont pas moins intenses si on n’est pas assis face à face dans la même pièce. Le virtuel, ce n’est pas ce que je vis à travers mon écran, même si certains pourraient le penser. C’est simplement pour moi une amitié à distance à qui la technologie a donné la chance à chacun d’entre nous d’échanger, de partager, même s’il y a des milliers de kilomètres qui me sépare de vous. Je suis une privilégiée de pouvoir échanger avec autant d’ami(es), Qu’ils, qu’elles soient ici ou ailleurs, dans le bâtiment d’à côté ou derrière un écran. Qu’ils, quelles fassent partie de ma vie depuis plus de 9 ans ou qu’ils, qu’elles y soient entrés ces derniers mois. Chacun a sa place et en plus, j’aime mélanger mes amis. Et je le fais. Et quels beaux moments nous  partageons ensemble.canimecanime

canimecanime

Merci la vie pour mes amis, pour leur chaleur et leur présence. Pour ce qu’elles sont, pour ce qu’ils, qu’elles me donnent d’eux. Merci pour chaque minute, pour chaque courriel, pour chaque pensée, pour chaque bisou dans une fenêtre du net.
Mes ami(es) vous m’êtes précieux (ses), si précieux (ses) que je n’aurai pas assez d’une vie pour vous dire combien je vous aime. Et surtout vous le montrer.canime

canime Blog en pausecanime

Je vais m’absenter un certain temps de mon blog.  Je dois subir le 22 janvier une intervention chirurgicale à cœur ouvert.  A la suite de l’intervention au bout de 12 jours  je partirais pour un mois en rééducation… Je n’ai pas d’ordinateur portable mais s’il arrive que je puisse disposer quelques instants d’un ordinateur pendant cette longue période je vous enverrez de mes nouvelles . Celles et ceux inscrits sur ma page de facebook auront la possibilité de me laisser un  message.

Avec toute mon amitié . Roberte Colonel

 

 

Publié dans Ecrivain, Non classé

Entre le cœur et la raison…

equilibre

Entre le cœur et la raison.

« Nos vies sont faites de tout un réseau de voies inextricables, parmi lesquelles un instinct fragile nous guide, équilibre toujours précaire entre le cœur et la raison ». [Georges Dor]

Cette acrobate a choisie cette voie? Pour qu’elle raison donne telle l’impression d’une femme tentant de maintenir un équilibre problématique en continu? Pour qu’on sente cette urgence de tout concilier avec le peu de temps dont elle dispose? Oui, qu’à telle bien pu  être sa vie avant pour qu’il en soit ainsi dans ces moments d’équilibre précaire…

Elle qui a vécu tant de vies, ou plutôt des morceaux de vie, vivra-t-elle un jour une vie dans laquelle elle sera elle, entièrement elle, et pas nécessairement ce qu’on attend d’elle, ce qu’on veut d’elle, ce qu’on fait d’elle? Il lui arrive, alors qu’elle tourne les pages d’un livre de penser à toutes ces vies et parce qu’une phrase, parce qu’une similarité lui rappellent la chose, de se dire que beaucoup – même, la plupart – de ceux qu’elle a croisés, de ceux à qui elle a pu s’attacher un moment, de ceux qui ont comptés, n’auraient pas été en mesure de tout prendre d’elle et qu’il valait mieux pour cette raison rester au bord d’elle-même. Et n’être elle, totalement elle, que seule. Pour éviter les reproches, les blessures, le rejet, la manipulation. Toutes ces choses qui obligent à la solitude ou à n’être jamais tout à fait soi quand on décide d’en sortir.

Et pourtant, une infime part d’elle a eu cet espoir caché que quelqu’un avez vu dans ses différences et ses particularités, non pas matière à fuir, mais à rester. Mais souvent, même si cet espoir ténu, elle se demande si ce jour ne vient pas un peu trop tard.

Mais quel est donc cette voix qui souffle à son oreille qu’il n’est jamais trop tard? (Roberte Colonel)

Publié dans chanson, Non classé

Que serais-je sans toi …

 

_lamorphinerusinol_m

Marie avait eu envie de rester là, a rêver tendrement à cet homme qu’elle aimait tant.  Dans ce moment de triste solitude qui la submerge et qui fait monter en elle les mots d’une chanson à ses lèvres, les mots d’Aragon chantés par Ferrat venus de très loin, dont elle ne se rappelle que le début :

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu’un cœur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement

J’ai tout appris de toi sur les choses humaines
Et j’ai vu désormais le monde à ta façon
J’ai tout appris de toi comme on boit aux fontaines
Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines
Comme au passant qui chante on reprend sa chanson
J’ai tout appris de toi jusqu’au sens du frisson.

Publié dans Non classé, textes

point d’interogation?

946477_10153876303593919_279470037650186271_n

Nouvelle année, changement de décor avec la ritournelle question que sera cette année : point d’intérogation?

Voilà à quoi je suis confrontée, un joli point d’interrogation.
Quel sera mon avenir ? Dans quelle sphère vais-je me retrouver ? Est-ce vraiment pour le meilleur que tout ça arrive ?
On dirait un casse-tête de 10 000 morceaux, ceux-ci éparpillés dans toutes les pièces.
Ou alors peut-être est-ce ma tête qui est comme un puzzle. Tout est là, mais par quoi commencer ? Faire le cadre ? Démêler les couleurs ? Quelle méthode est la plus efficace ?
Pour le moment, j’avouerai être plutôt pétrifiée face à tous ces morceaux, même si je sais que j’en viendrai à bout. Je me sens désorientée, Mais le point d’interrogation reste entier.

Point-dinterrogation-123RF42458560_s-e1450966887335

Si seulement j’avais une petite idée de ce qui m’attend, il me semble que tout irait bien mieux.
Je déplacerais les morceaux du puzzle en conséquence.

Mais il est là, entier, et je déplace les pièces, tantôt avec conviction, d’autres fois avec hésitation.
Normal, me dit-on. Mais encore une question sans réponse: c’est quoi la normalité ?
J’y répondrai un autre jour.

 

Publié dans et poèsie

La poésie et la vie…

geerk-lenz.JPG

La poésie est à la vie ce qu’est le feu au bois. Elle en émane et la transforme. (Pierre Reverdy)

Rêverie

Lorsque l’esprit se perd,

La pensée vagabonde,

C’est le poète, en expert

Qui recrée le monde.

La vie que vous rêvez,

il peut la transcendez

Il sait réinventer

Les rêves que vous formez.

Suivez donc ses écrits

Voyez ou il vous conduit,

Et regardez la vie.

A travers le regard

D’un poète qui crée,

Il n’y a plus de hasard,

Tout ce qu’il écrit est poésie.

Quand vos pensées dérivent,

voyez les couleurs

Dans un monde que ravive

le poète et ses humeurs.

(Roberte Colonel) (toile de Lenz Geerk)

Publié dans Non classé

La vie Bat au tumulte des mots…

steele-victor-denfrey-2

La vie bat
s’agite sur la page
s’ancre le tumulte des mots

L’intensité d’un amour se mesurerait à l’impatience ou l’extrême patience d’attendre. Dans ce qui arrive ou n’arrive pas, je sais que le plus beau c’est le temps de l’attente, un espace tendu comme un linge entre un arbre et un pilier chancelant et lointain qu’on aperçoit sans vraiment le cerner. Aimée Dandois, Sang de mots Toile Steele-Victor-Denfrey

imagesCAXTJYUT

Victor Denfrey Steele
 
 Victor Denfrey Steele passé de cette vie le 2 mai 2008. Il a bravé une maladie pendant de nombreuses années avec beaucoup de courage et de détermination. Son blog est d’honorer son travail en tant qu’artiste. Il est notre espoir que quelque part, il est entouré de couleurs qui dépassent de loin ces merveilleuses ceux qu’il mélangé, sur sa palette dans sa vie. 

 Victor Denfrey Steele a grandi dans Haleyville, Alabama, aimer trois choses; baseball, des avions et de l’art. Sa première carrière était comme un pilote de chasse Marine. Tout au long de sa vie dans le Corps, et même alors qu’au Vietnam, il a maintenu son intérêt pour le dessin et la peinture.Après sa retraite de la Marine Corps à 42 ans que le lieutenant-colonel, Vic a commencé sa seconde carrière dans l’art. Il a étudié pendant quatre ans à Atlanta avec le Chatovs – romain, Constantin, et brièvement avec le fils de Marc romaine.Constantin romain et, aujourd’hui décédé, étaient des immigrants russes « de la vieille école» qui a peint des portraits de notables Géorgie depuis des décennies et sont connus pour leurs peintures élégantes de la figure nue. Le travail de Vic a été fortement influencé par le Chatovs, mais il a évolué un peu style plus impressionniste. Les chiffres de Vic, des paysages et des natures mortes sont réalistes dans la forme, la forme, et de la valeur, même si l’intensité de ses couleurs étaient exagérées ou mis en sourdine pour répondre à son but. 

Publié dans poésie

Monter toujours plus haut en équilibre…

madame la lune

Monter toujours plus haut en équilibre

Jusqu’au  firmament des étoiles.

Vivre  en déséquilibre la vie sur un fil

Et le fil de la vie, il faut le suivre,

Ce n’est pas facile, sans la lune pour  m’éclairer.

Je suis à tes cotés, je suis difficile à suivre

Tu ne me vois pas,  le ciel a revêtu

Son épais manteau noir

 Tout là haut, les étoiles argentées  

Brillent dans l’espace lunaire

Je me tiens à tes cotés

Cependant tu ne me vois pas.

Le fil s’est cassé et l’équilibre a cédé,

Alors moi la funambule

Je m’accroche aux étoiles.

Je deviens somnambule, comment me réveiller ?

La lune est là à quoi me référer.

Équilibre ou déséquilibre ?

Mon équilibre et là, si près dans ma main.

Le fil de la vie hésite encore  et lui, il se balance

Entre le jeu malin de la vie et de rien.

Dans la course à la vie, il perd de l’avance,

Sur ceux qui diront demain

Qu’ils connaissent le refrain,

Dans la course  à la vie.

 Entre équilibre et déséquilibre,

Si ma main est solide,

Si ton cœur me soutient,

Je ne craindrai plus le vide,

 Car la vie  m’appartient. 

Roberte Colonel

Publié dans et poèsie

A l’automne de ma vie …

images (3)

A l’automne de ma vie vint un lutin qui, soudain écrivit

Amour dans mon destin.

Moi qui n’y croyais plus, ou qui voulais en rire,

Tout à coup, je l’ai vu courir dans mon sourire.

Je me sentais perdue à l’idée du finir

et je ne voulais plus, aimer jusqu’au mourir.

Mais si je n’aimais plus, si je laissais partir ce bonheur entrevu,

Si je voulais le fuir, la solitude viendrait avec des jours sans fin…

Même si je le pouvais, que ferait le destin?

Parfois la vie se moque, on ne peut la contrer,

Même si l’on en suffoque, à elle d’en décider

De mettre sur la route des amours à trouver,

A vivre coûte que coûte, des peurs a surmonter…

Avec ces bonheurs-là qu’elle nous fait découvrir,

A portée de nos bras qu’il nous suffit d’ouvrir…

Que serait le destin à l’hiver de ma vie?

Si le petit lutin que j’aime était parti?

Je ne veux pas savoir ce que ma vie prévoit

Ce que je sais vouloir c’est la vivre avec toi.

(Roberte Colonel)

Publié dans Ecrivain

Il n’y a rien de tel dans la vie que le vrai bonheur…

166879amour

Il n’y a rien de tel dans la vie que le vrai bonheur; la plus juste définition qu’on en ait donnée est celle-ci : c’est un acquiescement tranquille à une douce illusion. (Laurence Sterne)

 Être heureux, c’est à la fois être capable de désirer, capable d’éprouver du plaisir à la satisfaction du désir et du bien-être lorsqu’il est satisfait, en attendant le retour du désir pour recommencer. (Henri Laborit

Qu’il est doux ce moment où tout change dans notre vie. Ce moment magique d’une tendresse inouïe où les je t’aimes sont des caresses qui enivre et ne laisse de place pour d’autres mots aussi beaux. Instances instants ou le coeur bat avec  violence que vous pensez que votre vie va s’arrêter . Divines émotions qui vous transporte dans un ailleurs que vous n’auriez jamais  pu envisager de vivre.  C’est le soleil qui revit qui réinvente des couleurs pour faire briller la nuit, effacer les torpeurs pour la rendre jolie. Face que jamais ne s’arrête cet amour que le destin à mis sur mon chemin.  Roberte Colonel

Publié dans citations

Mélancolie…

garant-emmanuel-9.jpg

La mélancolie se compose d’une suite de semblables oscillations morales dont la première touche au désespoir et la dernière au plaisir: dans la jeunesse, elle est le crépuscule du matin; dans la vieillesse, celui du soir. (Honoré de Balzac

 Tu sais ce que c’est la mélancolie? Tu as déjà vu une éclipse? Eh bien c’est ça : la lune qui se glisse devant le cœur, et le cœur qui ne donne plus sa lumière. (Christian Bobin)

 Avec la fin de l’amour, apparaissent les rois mages ; la mélancolie, le silence, et la joie. (Christian Bobin) 

Mélancolie

Mélancolie, c’est fluide, c’est doux

Mais quand, parfois elle est en nous,

On aime presque la sentir

En nous venir et puis s’enfuir.

 Elle est pour nous comme une amie

Qui, si bien remplit notre vie

Elle nous effleure de son souffle

On ne peut pas dire que l’on souffre

 On peut la chasser, mais en vain

Tout doucement, elle revient

Et puis vite nous envahit

Comme une étoile dans la nuit.

Roberte colonel   ( toile d’ Emmanuel Grant)