poèsie

Les mots me manquent…

Je vous aime, pas d’un amour de vacances, d’un amour d’un instant, d’un grand amour dont je veux les tristesses comme les joies, d’un amour où je suis engagée corps et âme, si lourd, si précieux que parfois j’en ai le souffle coupé.

(Correspondance croisée avec Jacques-Laurent Bost de Simone de Beauvoir.)

Les mots me manquent.

Nos cœurs s’emballèrent trop vite.

 Ils Cessèrent de battent à l’orée de l’hiver

Il se croyaient invincibles et grands.

Par quelles paroles te dire ce mélange de tendresse et d’attachement

Qu’une âme comme la mienne fait naître dans un cœur comme le tien

qui bat en silence et cherche désespérément a se ressouder.

Comment t’exprimer mon amitié

où je me suis engagée corps et âme

Tant que parfois j’en ai le souffle coupé.

Comment t’exprimer ce pour toujours ?

Les mots me manquent …

Copyright©2022Roberte Colonel

Par défaut
poèsie

Je voudrais trouver les mots.

Je voudrais trouver les mots

Ceux jamais écrits,

Mes incertitudes, mes questionnements,

Mes pourquoi, mes peut êtres,

Mes jamais, mes toujours.

Aujourd’hui, je cherche à comprendre du fond du cœur

ce temps que nous avons gaspillé.

La lune éclaire le ciel étoilé

Et je suis seule à taire mon désespoir.

Pas un nuage, pas un oiseau, pas un cri,

Seul le silence épais s’ennui

Prolongeant ma nuit agitée

Dans un délire éphémère

De phrases insensées

Copyright©2022Roberte Colonel

Par défaut
poèsie

Sur les ailes bleues de mes mots…

Sur les ailes bleues de mes mots,

Mon rêve immense, enchanté,

Entretenu au fond de mon cœur a grandi dans la lumière d’été.

Tu me parlais avec amitié et

Tes mots se perdaient  sur le mauve de mon jour.

Aujourd’hui, des obstacles existent, la réalité est là.

Une brise légère et fraîche coure sur ma peau

Quand nos deux cœurs s’écoutent

Les chants les plus beaux  ne résonnent plus en échos.

Tu ne prête plus attention à moi qui te parle le doux langage de notre amour.

Tu ne Cours plus après notre futur qui pourtant tendait ses bras 

Le présent  n’est qu’un souvenir accroché aux lambeaux de notre passé.

Copyright©2022Roberte Colonel

Par défaut
poèsie

Elle se tait…

Elle se tait

Elle se tait
et le silence s’écoule
s’écoute
poursuite de l’inlassable
de l’intarissable
désir d’espace entre les mots
phrases qui se détachent
dans l’espace du cœur
du corps défense
elle se tait
à l’écoute du tu
du toi qui se tait qui s’est tu
de ce qu’on tue
elle se tait
et les mots deviennent absents
hors contexte
le vide s’attache se détache
entre une phrase et puis l’autre
dire et ne pas dire
elle se tait
et le temps passe est dépassé
il est déjà trop tard
trop tôt

elle se tait

L’univers entre je et tu
infranchissable

Blog Lali(janvier 1986)

Par défaut
poèsie

Je me suis construit un rêve…

Noyer dans la brume d’un soir d’hiver

Je me suis construit un rêve

Entretenu dans le secret de mon cœur.

 Mon rêve a grandi,

Il s’est nourrit de mes écrits

Il devenait vie,

Il devenait substance,

Il se substituait à la vie.

La réalité dérangeante laissait place

A l’illusion merveilleuse,

Dont  mon cœur se repaissait.

Mon  rêve intense faiseur de magie

Développait en moi des sentiments

Et des sensations merveilleuses.

Les années se sont écoulées

Engendrant un grand bonheur.

Mon rêve, mon beau rêve a grandi.

 Cheminant de trésors et de fantasmes.

Copyright© 2021Roberte Colonel

Par défaut
poèsie

Pluie…

Pluie …

La pluie tombe abondante

 Et mon cœur rebelle s’avoue vaincu.

Pluie, lave-moi de tant d’offenses réitérées ?

Inonde mon  corps blessé.

Purifie  mon âme assoiffée de vérités,

 Fais-moi oublier ma colère.

Fais disparaître les manques

De mon cœur aujourd’hui désespéré.

Copyright© 2021 Roberte Colonel

.

Par défaut
poèsie

Tu n’es plus là…

Comme je maudis ces matins de tristesses.

Tu n’es plus là,

Tu as oublié mon existence.

Rêves-tu encore

De tes souvenirs d’antan

où sont ils devenus des étoiles filantes?

Tremblante d’émoi, j’ai  soif de ta douceur

de tes mains sur mon corps.

Mon cœur sait que tu as oublié

Mes larmes n’y pourront rien changer.

Copyright© 24/11/2021 Roberte Colonel

Par défaut
poèsie

J’arrive à l’aube de ma vie…

L’écriture est toujours la traduction d’un manque, d’une fêlure, une façon de déplacer les atomes de la réalité. (Philippe Delerm)

J’arrive à l’aube de ma vie

Vidée de toute mon énergie.

J’ai abandonné mes rêves

J’ai perdu le contrôle de ma vie par trop d’émotions

Oubliant tout ce que j’aimais.

Je me fiai à tes instances, à tes désirs,

 Sans me douter qu’un jour

Je m’étais perdue de moi

Cet élément de l’absolu,

De nos intimes effervescences,

Croyant que l’on ne faisait qu’un.

Tu t’es incrusté au plus profond de moi.

Tu es présent dans mes rêves les plus fous

Tu es présent et tu me suis partout

Dans les profondeurs de mon esprit atrophié

Qui s’éparpille dans ma mémoire

Roberte Colonel le 15/11/2021

Copyright© 2021 Roberte Colonel

Par défaut
poèsie

Vent du Sud


 
 
 
 

Vent du Sud

Tu m’as dit

Sois la goutte qui fait déborder le verre

Sois la déferlante qui agite la mer

Fais de ton univers été comme hiver

Une île aux trésors extraordinaires

Tu m’as dit

Vogue sur la lame houleuse de la beauté

De l’orchidée de l’amour retrouvé

Trace-toi le chemin de l’amour vrai

Offre au vent du Sud tes rêves étoilés.

édité par:

                   R&C

Valras-Plage le 1 2/11/2021

Copyright© 2021 Roberte Colonel

Par défaut
poèsie

L’amour  Hibiscus…

« Les choses les plus belles sont celles que souffle la folie et qu’écrit la raison. Il faut demeurer entre les deux, tout près de la folie quand on rêve, tout près de la raison quand on écrit. » – André Gide

L’amour  Hibiscus

Toi tu te fais Câline gracile et fragiles

Charmeuse ton pistil frôle mon pétale

D’une délicate caresse qui se disperse,  

Nous enlace de son voile de velours.

Loin de moi l’envie de me défendre,

J’ai comme un tremblement de larmes

Ou serais ces quelques gouttes de pluie sur mon pistil ?

Je suis à fleur de mots, tu es là  collée à moi,

 Tu trembles sous l’effet de la brise légère.

Je ressens, je sens tes odeurs

Notre éclosion fut un feu d’artifice

Nos pétales marbrés nous aurions dis

Deux  jeunes fiancées.

Quelque chose danse en nous,

L’émotion de nous aimer si fort

Fait que nous ressentons tout ce qui nous effleure.

Nous sommes ainsi de tendre Hibiscus émotifs.

Nous savons notre amour éphémère

 Le temps nous est compté.

Au grès de la brise douce et indolore

Nous perdront nos belles couleurs.

Il en sera fini alors de notre vie sur terre.

1er octobre 2021 Poésie et Photo Roberte Colonel

Par défaut
poèsie

Sur le sable aux mille coquillages…

J’apprécie le moment présent

Je suis seule pour ne plus étouffer autrui,

J’ai appris à m’apprécier,

Je choisi de prendre un peu de sublimité

Sur le sable aux mille coquillages

J’ai ancré mon cœur

Pour qu’il aille mieux.

Sous un nuage constant

J’ai semé mes certitudes.

De toutes les vérités j’ai aimé,

Et d’un rêve incertain

J’ai  espéré

Pour que vienne le printemps

Et que l’automne arrive sans tourment.

En vain 

De là, s’étiole mon temps.

Je marche attirée par le soleil couchant,

Je fais du ciel une voûte

Et de la mer mon empire.

Roberte Colonel 26/09/2021

Par défaut
poèsie

 Il y a de si jolis mots laissés au fond de mon tiroir.

 Il y a de si jolis mots laissés au fond de mon tiroir.

La clé avait été égarée involontairement.

 De mes deux mains je tâtés au fond de mon tiroir

Juste par curiosité

Ne sachant pas ce que j’allais y trouver.

Le hasard allait il me surprendre ?

Qu’allais-je faire de ses mots écrits de puis si longtemps ?

En haut de la feuille blanche,

Il était inscrit 13 Mai 2015

C’était déjà si loin 2015

Allais-je me laisser aller à remonter le temps ?

Ma découverte du moment était si belle.

Pourquoi essayer de résister à lire ces jolis mots ? 

Roberte Colonel 19/09/2021

A toi mon tendre Amour.

Amour, il apparaît un jour sans s’être annoncé

Il épouse les contours, d’un doux visage aimé.

Il donne à la vie des saveurs de frisson,

Il frôle la folie, quand il devient passion.

Bouleversant l’existence de ceux qu’il a choisis

Imposant sa violence, il banni l’ennui,

Détruit l’indifférence, anéanti l’oubli.

Ses victimes consentantes voient s’éclairer leurs jours

 Dans un monde fait d’amour…

Roberte Le 13Mai/2015

Par défaut
poèsie

Dans se bel autrefois…

Il lui suffisait d’écouter le silence, pour retrouver ses mots jetés sur les vagues bouillonnantes de la mer.

Elle avait traversé sa vie sous différents  printemps.

celui auquel sa pensée la ramenait

Aucun n‘avait été aussi beaux

à cette heure  en de mi- teinte.

Elle voulait regarder tout en bleu

Ne plus rien prendre au sérieux.

Seulement les plaisirs,

Et vivre ses désirs,

Les uns après les autres

Passer des jours devant les vagues,

Traverser  le reste de sa vie au soleil

Là, où les rêves se réalisent.

Se dire que « l’existence est belle »

Plus belle qu’a ses vingt ans.

Qu’elle voulait vivre sans souci,

Voir s’en aller le temps

Sans rien regretter de se bel autrefois.

Roberte Colonel

19/07/2021

Par défaut
poèsie

A vif…

A vif,

Quand le cœur alangui

Arrache à la chair ses certitudes.

A vif

Quand la nostalgie précède

Les vagues amarrées au récif du bonheur,

Mes rêves cheminent sans répit sur la grève.

Les embruns de la mer distillent les fragrances de l’algue,

Portées par la bruine matinale de l’aube?

Qui  pose  un rayon sur les lèvres du matin.

Une douce brise m’apporte les senteurs  

De l’aube naissante sur mon corps,

dans mon âme engourdie.

 Jouissant de la beauté de l’instant,

mon être n’est plus que volupté.

Hébétée j’avance doucement, entre deux rives

A la moindre percée de son nombre qui fuit .

Roberte Colonel 14/07/2021.

Huile sur toile de Fine Arts Mihai Olteanu 

· 70 x50 – huile sur toile (détail)

Par défaut
poèsie

Quand on à aimé, au-delà de soi.

Quand on à aimé, ressenti de l’amour on est porté au-delà de soi.

Je ne crois plus que je peux choisir d’être à nouveau heureuse et

d’essayer de le croire…

J’aimerais vivre les joies d’une vie, sans culpabilité. Je voudrais…

Partir

gouter au bonheur de ne plus me sentir prise dans un étau

Qui m’enlève mes espoirs de lendemain meilleurs.

Partir…

loin, très loin pour ne plus avoir  peur.

Partir…

Ne plus revenir,

laisser mes doutes se dissiper…

Et vivre jours après jours mes désirs.

Partir…

Emplie de ce sentiment, de cet élan du cœur,

exister, embrasser toutes les belles choses simple de la vie.

Danser par une douce nuit d’été sous un ciel étoilés.

Ecouter la mer  et ses vagues qui grondent.

Partir vivre dans ce monde d’enchantement,

me laissant croire qu’il ne dépend que de moi

a le vouloir pour être heureuse.

Roberte Colonel 06/07/2021 

Par défaut
poèsie

Le temps vient fatalement à bout de toute chose …

Comme une sarabande dans ma tête

Je vois couler mes larmes,

Aux rythmes de mon chagrin

Comme si mon âme s’arrachait de moi.

Elle laisse mon corps exsangue et sans vie

A la moindre percée du souvenir

Qui tourmente mes pensées.

J’écoute les sanglots de mon cœur

Rien ne dure.

La douleur se dissout

Dans l’indifférence

Des jours qui passent…

Blessée  dans mon cœur,

Et dans mon âme

La douleur chemine

 Le long de mes rêves,

Lancinante, cuisante.

J’ai bravé la tristesse… chercher en vain

Le sens caché de ma destinée.

Le temps vient fatalement à bout de toute chose. 

Dépassant la folie des passions,

Ma douleur peu à peu s’apaise

faisant place à des sentiments sublimés.

Roberte Colonel le14/0 6/2021

Par défaut
livre, poèsie

Page poétique tirée du livre Équinoxe…

écrit à quatre mains par roberte Colonel-Charef Berkani

Un livre de partage, de tolérance et de diversité !

 » Nous nous aimions entre les mots et entre les lignes, dans les silences et les regards, dans les gestes les plus simples. Nous nous aimions dans le plaisir précieux de nous retrouver souvent. »

Grégoire Delacourt.

« Je t’aime Augustin

Nos deux cœurs battent à l’unisson

Nous voguons vers un horizon

Que  nous seuls savons atteindre.

Nos deux corps unis de désirs

N’en font plus qu’un pour l’éternité.

Telle une page de mon livre,

Où chaque jour tu lis mes pensées,

Où tu devines mes mots d’amour,

 Pour illuminer de joie et de soupirs

 Je veux lire dans ton cœur

Comme dans mon précieux livre

Te combler de bonheur comme tu as guéri mes maux

Écouter tes envies, rallumer la flamme de ce qui fut

Pour en faire ma demeure.  Marie »

Roberte Colonel le 11/06/2021

Par défaut
citation, poèsie

J’ai fait une erreur fondamentale dans ma vie…

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 0c436b1bbfa64f6be3ab529654b409e1.jpg

J’ai fait une erreur fondamentale dans ma vie, j’ai parfois cru que le bonheur était à demain, et j’ai attendu demain [..] J’ai perdu tant de jours à attendre demain. Alors que demain était là, dans mes mains, dans la beauté des fleurs, dans l’air que je respirais.

Claudie Gallay- (Avant l’été)

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 4_separateur-156.png

L’averse sur mon être c’est abattue

Et mon cri de tendresse s’est heurté

Aux parois d’une falaise implacable,

Répercuté sans fin en un long et cruel écho.

L’averse sur moi se déversant, m’a terrassée.

L’averse m’a dissoute ;

Les fines particules de moi,

Dispersées dans l’incohérence de mon rêve

Je n’étais plus là…

J’avais attendu un arc-en ciel

Pour évaporer l’abondance de mots,

Mais l’arc-en ciel  laissait en moi

Qu’un amas de mots me privant de mon souffle.

J’avais cru a à l’éternité du bonheur.

J’avais cru au futur possible 

Au-delà de moi-même ;

Rêve chimérique ! …

En plongeant dans une obscurité

Pleine de pièges tout c’est effondré.

Roberte Colonel 06/06/2021

Par défaut
citation, poèsie

la fin du printemps.

Si Dieu vous donnait une autre chance, feriez-vous les choses différemment ? » J’ai répondu oui, mais en vérité je ne sais pas. Tout ce que je sais, c’est que mon cœur est aujourd’hui une ville fantôme, peuplée par les passions, l’enthousiasme, la solitude, la honte, l’orgueil, la trahison et la tristesse. Et je n’arrive pas à me débarrasser de tout cela, même quand je m’apitoie sur mon sort et que je pleure en silence. Je suis une femme qui s’est trompée d’époque et rien ne pourra corriger cela. Je ne sais pas si l’avenir se souviendra de moi, mais si c’est le cas, que l’on ne me voie jamais comme une victime, mais comme quelqu’un qui a vécu avec courage et n’a pas eu peur de payer le prix fort.

Paulo Coelho.

La fin du printemps.

J’ai psalmodié mes mots douceurs,

Mes mots de douceurs,

Et le vent m’a écouté.

Le vent chaleureux  doux,

Cherchait un indice d’espoir,

Une raison de croire à l’avenir.

J’ai psalmodié mes mots de tendresse,

Mes mots de tristesse

Et dans le vent et les nuages

J’ai voulu les ténèbres de l’oubli et

Je n’ai trouvé  que la lumière

Au bout de la souffrance

Pour reprendre courage

Et retrouver ma vérité

Retrouver la présence de moi même

Roberte Colonel 04/06/2021

Par défaut
citation, poèsie

Le langage de l’amour…

Quelle magie le langage de l’amour n’emprunte-t-il pas

De la poésie et des beaux-arts.?

Qu’il est beau d’aimer par le cœur et par la pensée !

De varier ainsi de mille manières un sentiment

qu’un seul mot peut exprimer…

Madame de Staël

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 4_separateur-156.png

Le langage de l’amour

Je t’ai vu venir de très loin

Me cherchant pour me protéger.

Quand tu m’as enchainé à ton âme

Devant l’immensité de la mer

J’étais comme folle

Je voulais grimper aux étoiles

M’accrocher aux rayons de lune.

La folie et le rêve se ressemble parfois.

Le rêve faiseur de magie

Engendre un bonheur profond.

Il y a tant de choses étranges et

Belles aux quelles on a peur

De croire pour ne pas être déçue.

Roberte Colonel 2/06/2021

Par défaut