poèsie

Je veux vivre le puzzle de ma vie…

jardin_plantes_secondaire5_924.jpg

Ne laisse entrer dans le jardin de ta vie que ceux qui ont des fleurs à Planter. (Mazouz Hacène)

Magnifique Fleurs

Qui aide a supporté

Ce qui abîme la vie,

Je veux vivre le puzzle de ma vie

À l’envie pour cette vie.

Rester en vie

C’est aimer laisser vivre.

Je voudrais vous dire

Comme il est bon de vivre,

Comme il est bon de rire,

Comme il est bon d’aimer,

Un sourire sans naufrage

L’humour ce partage

Ou la joie se propage

Par des chemins d’ombrages

Ou il fait bon respirer

Les fleurs parfumées des allées.

Je veux vivre des bonheurs

A me couper le souffle.

J’espère en demain

Des jours de soleil

Sans regretter la veille.

Je veux vivre ma vie sans détour,

Du mal qui tourne la page.

Roberte Colonel 11/10/2017

Publicités
poèsie

Le temps d’avant c’est arrêté…

images (65)

Le temps d’avant c’est arrêté,

Je ne sais plus ce que l’on sait dit.

Tant de choses que l’on sait raconter

Jusqu’aux moindres détails

Chaque réflexion, une méprise

C’est arrivé à tout le monde

De dire des mots incompris.

Derrière chaque déception

Se trouve un nouvel espoir

De recommencement.

Telle une page d’un livre

Où chaque jour tu lisais mes pensées

Tu as préféré t’en éloigné.

A l’instant présent

Rien n’y pourra changer

Laissons le temps passé.

Roberte Colonel 09/09/2017

poèsie

Le bonheur est comme un frêle voilier en pleine mer…

19665438_749540691893242_4751861683689369709_n

La nuit sombre s’efface, les étoles s’estompent

Mon cœur vogue vers  des royaumes bleus et doux,

Vers des mirages étoilés ou j’entrevois ton tendre visage,

J’ai besoin des merveilles, j’ai besoin du soleil.

A l’infini j’écris ton nom.

En marchant sur le port, je rêve a des contrées enchantées

je cherche dans l’azur un peu de cet air pur, je cherche des soleils.

D’où vient soudain ce moment magique, unique et nostalgique ?

Le bonheur est comme un frêle voilier en pleine mer

Il avait suffit d’un orage pour le détruire.

Le voile se dissipe inopiné la vie m ‘apparaît moins triste

Oh ! Non je ne rêve pas ! La mer berce mon âme de ses flots.

La vie s’écoule en moi lente et douce, je m’abandonne en elle.

Roberte Colonel 8 /07/2017

 

 

poèsie

Je cherche mes mots…

17201126_1263922053644472_8630536902408864674_n

Je cherche mes mots.

Ceux jamais écrits,

Mes incertitudes, mes questionnements,

Mes pourquoi, mes peut êtres,

Mes jamais, mes toujours,

Des aujourd’hui, des demain.

Je cherche du fond du cœur

Cette belle étincelle,

Ce rayonnement de douceur

Qu’autrefois on se donnait

A chacun, à toute heure.

Je cherche au fond de mon âme

Ce merveilleux parfum

Qu’on nome l’amitié

Et que nous avons gaspillé.

La lune éclaire le ciel étoilé

Et je suis seule à taire mon désespoir.

Pas un nuage, pas un oiseau, pas un cri,

Le silence épais qui s’ennuie,

Et la nuit s’étire sur le sable, sans bruit

Je frissonne un brin

Ce soir au dessus de la mer

Cette nuit est la mienne,

J’étouffe ma peine.

Roberte Colonel 02/07/2017

poèsie

Papillon tu es venu te poser sur moi!

18700263_1343860719062669_6864102341484537796_n

Dans une clarté pure

Papillon tu es venu

Te poser sur moi

Qui ressemble à de la soie.

Au premier frôlement

De tes ailes bleutées

Tu allais me donner

Cette occasion rêvée

D’encore, encore aimer

Et de ne plus jamais pouvoir t’oublier.

Avant de te connaître j’étais fleur de pissenlit

A peine éclose je m’épanouissais.

Puis, je perdais mon bel éclat

Et devenais duveteuse et douce à souhait.

Souffle le vent sur mes étamines de fleurons.

Recrée au cœur de la nature le bonheur absolu !

Amorce le temps, fait que les ailes bleues du papillon

Frôlent et virevoltent sur moi

Chaque jour et chaque nuit.

Roberte Colonel 19/06/2017

-Précision

Le capitule du pissenlit est grand et donc visible de loin : La réunion de toute ces petites fleurs minuscule donnent naissance à une grosse fleur. Le capitule est facile d’accès : Il offre une large surface et une belle piste d’atterrissage pour l’insecte butineur qui s’y pose facilement et ce charge involontairement des grains de pollen fabriqués par les étamines des fleurons.

Le pissenlit cache donc plus d’une fleur dans son sac !

 

 

poèsie

Une brume de bonheur après l’orage…

IMG_20170519_0040

Un très grand amour, ce sont deux rêves qui se rencontrent et, complices, échappent jus- qu’au bout à la réalité. (Romain Gary)

Pour franchir le vide qu’ouvre la feuille blanche sur la table, le nuage passe, se glisse dans les mots que je lui prête. L’ombre d’un instant glisse sur ma feuille. Pendant des heures je regarde le ciel et les nuages me tiennent lieu de pensées.

Faut-il se résoudre à laisser aller notre destinée vers des chimères qui ne nous conduisent que dans la douleur.

Il n’est plus aucune heure sur ton visage qui ne me souvient. Des bonheurs débusqués lorsque la vie espère des lendemains chantant, quand l’amour prend la vague du ressentiment à rebours, la vie devient un festin au repas du destin qui met le mal en fuite. Une brume de bonheur après l’orage pour ne pas oublier que c’était hier que nous nous sommes aimés.  (Roberte Colonel 31/5/2017)

 

poèsie

Exprimer ses émotions…

52f72eca74db827d6e578819a90c008b

Exprimer ses émotions, c’est comme d’enlever les nuages noirs devant le soleil pour laisser pousser les fleurs (Tania Senecal)

C’est regarder avec émotion la rosée matinal

Verser ses larmes sur les marguerites du jardin.

Toutes auréolées de blancheur

Elles se font si belles et pour elle

L’essentiel c’est qu’elles soient jolies.

Ce sont des fleurs simples

Qui pousse toute droite.

Marguerite, fleur tellement vivante

Blanche épanouissante.

Candide auréolée d’importance

Lors ce que curieusement on lui demande

De ne pas faire mystère de…

je t’aime un peu, beaucoup, passionnément, pas du tout!

Ou bien auréolée de fraicheur elle vous dira…

Je t’aime, un peu beaucoup, passionnément… pour la vie

(Roberte Colonel 22/4/2017)

 

poèsie

Mon Amour…

11224364_765436470250247_8876417564944682002_n

Mon Amour

Le ciel ce soir se mire sur la mer irisée

Et mes pensées s’envolent au loin te retrouver.

Tout s’illumine lorsque de nos mots échangés

Au cœur de notre passion nous sommes amoureux.

Toute cette candeur qui doucement se tresse

Au long de nos heures bonheurs

Le clavier pianote des mots douceurs.

Nous inventons des histoires que nous mettons en scène

Et nous rions de nos bons mots sans aucune gène.

Nous somme amoureux toi et moi du soleil, des étoiles.

Le soir venu nous n’avons plus peur de nos émotions

Qui parfois emballe nos cœurs et donne des frissons.

Jour après jour nous construisons notre vie sans heurt

Avec la révélation trait d’union de notre amour passion.

Roberte Colonel le 05/O4/2017

 

 

poèsie

Amour tu me dis…

17155325_1870439659868100_4837075427828307894_n

Amour, tu me dis :

Laisse-toi aimer,

Laisse-toi aller,

Je prends ton cœur dans mes mains

Et  je t’emmène pour oublier

Laissent tes chagrins de coté.

Je t’écoute te raconter

Une phrase inexpliquée

Des paroles démesurées

Ta peine est effacée.

Tout gommer, tout recommencer,

Viens, viens tout près,

Donne-moi la main,

Fermons notre cœur au passé

Partons touts les deux

Notre route est tracée

Vers des demain à réinventer.

Poésie Roberte Colonel le 28/3/2017

Peinture Trish Biddle

 

 

poèsie

Nous voici liés par les mots…

317409629_1500194299991122_1586366917_n

Nous voici liées par le plus beau lien que l’humanité ait créé : le lien d’écriture. Rien ne peut nous en déloger, nous séparer, pas même les neuf mille kilomètres de mers et de continents. Je souhaiterais bien sûr vous écraser moins sous ma prose indigeste. Je déteste l’idée d’être un fardeau pour vous, de vous forcer à m’aimer, à me répondre, même à penser à moi. Mais vous écrire m’est devenu vital. C’est ma respiration. Il faudrait que vous m’ordonniez d’arrêter pour que j’arrête.

Elisabeth Brami Blog la tentation d’écrire Didier Celiset

 

l5

Les mots

Qui un jour n’as pas eu cette approche de l’écriture pour transmettre son amour à l’être aimé.

Les mots sont des perles de culture d’une beauté inépuisable.

En vers pour rendre jolies les plus belles poésies ils se clament.

Chaque syllabe, chaque consonne, prends sa place pour dire : « je t’aime, tu es unique, tu es mon amour chéri.

Pour celui qui les reçoit l’instant ressemble au petit matin soleil dans la blancheur du ciel.

Et parce que la semaine a été dure, émotive ment et physiquement, écrire un poème, et m’y perdre, m’imprégner de ses mots et m’envoler loin, très loin, au delà de la mer et des rives si souvent pensées inabordables. Et m’oublier. N’écrire que quelques vers et franchir l’horizon où se profile mon rêve…

Les mots sont parvenus au bout de la jetée,

 Tu constates que la mer s’est retirée.

Demeure l’empreinte de la vague sur le sable,

Un peu de sel pour certitude.

La réalité est pourtant bien présente.

Tu as gommé tous nos mots

Pour que la page redevienne d’un blanc parfait.

Tu peux laisser la place à ton rêve dont l’imaginaire

Écourte le temps de tes sommeils.

Nul estuaire à l’horizon que longes le bateau en partance.

Navigue vers ton destin,

Désormais il est en toi ce bonheur que tu voulais parfait…

Écrit le sur ta page blanche.  

Roberte Colonel  23/3/2017    (Peinture SC Art)

 

Auteur, poèsie

Le flamand aux ailes rebelles

17240234_890653164407072_5592640742281923526_o

« Être poète c’est tremper la plume dans son cœur et écrire avec son sang »…(J.Z) « Les matins d’algue » (L’étrave.1968)

Le flamand aux ailes rebelles

Du poids fatal se croit le seul vainqueur !

A lui la liberté, la beauté du jour et du ciel.

Aisément haut perché sur sa belle

Elle le fait planer aux quatre vents

Sur les vagues des marais salants.

Lui, regarde brillait le soleil à l’occident.

Les roseaux qu’il effleure majestueusement

Se sont redressés à son passage sur l’étang ?

Au printemps quand tête baissée

Dans l’azure de l’eau irisée,

Du poids fatal du seul vainqueur

Le rose de ses ailes lui offre en toute liberté

De voler, voler, sur l’étang du marais salant.

Roberte Colonel

Photo :

Pascal Events Rebillard, photographe Valrassien mets dans son objectif l’amour de sa passion… Mélange de mots et d’images pour rendre un sensible hommage à l’amour sous toutes ses formes. L’amour pour lui, c’est le sel de la vie. Il donne de l’éclat aux choses, aux oiseaux qu’il photographie il met de la lumière dans les détails : la fossette d’un sourire, la silhouette d’une femme, le chant mélodieux d’un oiseau, la fragrance d’un parfum… où Tout est permis d’imaginer !

poèsie

L’amour est fragile

 

f34be253

L’amour est fragile

A chaque Jour au fil de nos vies

Au cœur de nos passions

Nous traversons mille turbulences

Qui nous fragilise, qui nous blesse

Qui emballent nos cœurs.

Que le soleil sous la toile

De l’émoi apparaisse,

D’un mot, redonne à l’amour sa noblesse.

Il éloigne le poison et toute sa tristesse

Et il redessine notre vie en couleur.

Roberte Colonel

Oui, l’amour est fragile. Il a ses saisons, ses cycles. Oui, il rayonne, il s’étiole, s’éteint puis renaît à nouveau. A condition qu’on le traite avec respect, qu’on lui donne le temps de se transformer, qu’on lui fasse confiance.(Sophie Brocas) Cet article »L’amour est fragile est apparu en premier sur la Tentation D’écrire

 

 

poèsie

Tu es le soleil de ma vie

14639753_974023079391584_5629857462571906708_n

Tu es le soleil de ma vie

Qui me fait croire en des jours meilleurs.

Dans tes puissants rayons, qui raniment mes sens

Enveloppé de calme, et d’ombre, et de silence

Mon âme, de plus près, adore ta présence ;

D’un jour intérieur je me sens éclairer.

Qui me dit d’espérer a chaque instant de la journée

Je te vois en tous lieux et j’entends ta voix

Tu es le Soleil qui inonde mon cœur

De tes mots tu me couvre de bonheur

 M’inonde de chaleur, de vie et lumière

Qui ranime mes sens, c’est ton souffle que je sens

Je te cherche partout, j’aspire à toi, je t’aime 

Quand la nuit, guidant son cortège d’étoile, tu viens me retrouver

Alors mon âme est un rayon de lumière et d’amour

De désirs dévorants loin de toi consumé

Brûle de remonter à sa source enflammée

Je respire et je sens, je pense, j’aime en toi

Là, quand l’aube, agitant son voile dans les airs

Entrouvre l’horizon qu’un jour naissant colore,

Je veux croire pour nous en des jours de bonheur.

Roberte Colonel 

 

 

 

 

 

citation, poèsie

L’humour c’est un choix

vicente-fernando-2

Un sens de l’humour bien développé est comme le pilier qui donne de l’équilibre à tes pas pendant que tu marches sur la corde de la vie. (William Arthur Ward)Blog Lali2

L’humour c’est un choix

Il déstresse ceux qui en sont pourvus.

Par principe il les rend heureux.

L’humour mets a mal le trop sérieux,

Alors je revendique et j’insiste

Avec tous les comiques

Ce petit droit a vouloir être heureuse

D’en rire c’est aussi ma survie.

Roberte Colonel

*illustration de Fernando Vicente

 

 

poèsie

La vie est un beau voyage

16114599_1060550430738848_9124997080571448070_n

La vie est un beau voyage,

La vie est belle quand on y pense

Malgré des zones de turbulences

Ont prend la vie comme elle vient

Qu’elle soit mauvaise ou bien

Qu’elle importance puis a chaque instant

Nous voyageons dans un nouvel espoir

Des recommencements avec ses joies et ses peines

Avec un rien qui nous fait sourire ou trébucher

Quelque chose qui est derrière sois

La vie est belle avec juste un peu de bonheur,

Un peu de chance, une page blanche avec

Le bleu et le gris des beaux et mauvais jour

La vie un beau voyage au  long cour.

Roberte Colonel

poèsie

Le cœur à ses raisons

97777216.jpg

Le cœur à ses raisons.

Désormais j’ai vieilli

Je ne perçois plus ma vie

Comme un jour de pluie

Devant mes souffrances

J’ai tiré ma révérence

Ainsi va la vie.

Derrière mon sourire

Au-delà du temps

sous les nuages et le vent

Je connais de merveilleux moments.

Tourner les moulins à vent

Qu’importe le temps,

Sublime et troublants instants.

Que passe le temps

Que tournent les moulins à vents

Qu’il pleuve ou qu’il fasse vent

Mon cœur à ses raisons

Pour n’aimer qu’avec passion.

Roberte Colonel  (image minibouts.canablog.com)

poèsie

J’écrivais des silences..

 

ecrire-300x224

« J’écrivais des silences, des nuits, je notais l’inexprimable. Je fixais des vertiges. (Arthur Rimbaud) »

J’écrivais la nuit nul ne le savais même pas toi mon amour.

J’écrivais l’inexprimable besoin de t’aimer au grand jour.

J’écrivais mes désirs ceux que je te réservais dans mes silences.

J’écrivais des vers pour te dire combien déjà tu me manquais.

J’écrivais la nuit ma déception de te savoir dans les bras d’une autre.

J’écrivais mon tourment que tu puisses lui dire nos mots si beaux.

J’écrivais notre bonheur passé, notre futur incertain.

J’écrivais sans tabous la dure leçon de la passion.

Roberte Colonel

 

Non classé, poèsie, texte

Blog en pause…

1508587_1004406159574458_1193701668802604038_n

Bonjour à tous et toutes

Pendant quelques jours je serai moins présente, je prends ce temps pour me ressourcer un peu, je pense que vous le comprendrai. Je passerai seulement pour vous lire et commenter.  

 LA VIE. 

La vie est une chance, saisis là.

 La vie est beauté, admire là.

 La vie est un défi, fais lui face.

 La vie est un devoir, accomplis-le.

 La vie est précieuse, prends en soin.

 La vie est une richesse, conserve-là.

 La vie est amour, jouis-en.

 La vie est un mystère, perce-le.

 La vie est une promesse, remplis-là.

 La vie est tristesse, surmonte-là.

 La vie est un hymne, chante-le.

 La vie est un combat, accepte-le.

 La vie est une tragédie, assume-là.

 La vie est une aventure, ose-là.

 La vie est un bonheur, mérite-le.

 La vie est la vie, défends-là

.          « Mère Térésa »………..

 

 

poèsie

Délire de L’Ecrivaine…

header

Juste un clin d’oeil

garder mon  sourire.

Ma tête est vide

L’esprit dans le délire.

Plus de mots à écrire.

Mes rimes se font la mâle

Mes mots se mélange

J’en fait tout un plat

Mon cœur est malade !

Ho là, là, ça va mal !

Pas très orignal, mes délires

Quand mes pensées dérivent

Rien de tangible,

c’est la panique

Je deviens irascible

J’échappe au classique

Un pas dans la folie,

Le fou rire de la vie

C’est catastrophique !

Roberte Colonel

 

citations, poèsie

Écrire sans rimes et raison…

940578350e2fb4

“Écrire, c’est une liaison d’amour avec soi et les choses, et les moments et les gens. Écrire, c’est comme vivre une vie parallèle à sa vie de chaque jour ; c’est le vase purificateur de l’âme et de ses mouvances.  citation Louise Portal

 Écrire sans rimes et raison

Aujourd’hui comme demain avec mes mots

Qui sombre dans la mer

Je t’écris comme de nulle part

Parce qu’il le faut et c’est ainsi sans rime

Mais avec raison qu’il m’est facile

De ne plus être attristée.

Comme au premier jour, comme au premier mot

Qui cour encore sur le parchemin

Je t’aime pour ces pauvres mots entre nous tombés

Je ne sais où

Et par nos mots qui bifurquent et font silence

De ta part

Et par toutes celles qui refont les mêmes mots

Avec le désir sensuel de trouver rime et raison

A leur je t’aime

J’écrire sans rimes et raison.

Roberte Colonel