textes

Un Jour Sûrement

Un Jour Sûrement … Un jour pourrais-je entendre sa voix ce demanda Marie, pourrais je la reconnaître parmi tant d’autres voix ? Comment saurais je que c’est bien la sienne ?

A ses yeux les mots qu’ils s’échangeaient ne remplaceraient  jamais la voix de Justin,  sa présence physique  tout ce qui fait qu’il est lui l’homme qu’il emplie ma vie de bonheur, de tendresse et de joie.

Elle se répéta la question : -Un jour aurais je enfin l’occasion d’entendre sa voix ? Le temps reste à jamais maître de notre destin se dit elle comme pour parer à ces manques de celui qu’elle aime.

Depuis des mois ils s’écrivent régulièrement et Marie implore chaque jour le ciel pour qu’un miracle se produise pour qu’elle puisse entendre sa voix. Cependant, elle sait aussi que pour l’instant il n’y aura pas de miracle elle ne doit rien attendre d’autre que ses messages qui les relies l’un à l’autre. Il ne peut être question que de cela et elle le sait bien. Depuis le premier jour de leur rencontre Justin et Marie savent que des chaines les retiennent prisonniers des obligations indéfectibles aux quels il sont soumis. Trouveront il un jour le bonheur?  Aujourd’hui, malgré leur désir de vivre ensemble pleinement leur amour ils savent que cela leurs est impossible . Texte Roberte Colonel

Et ce qui glisse en nous
qu’on repousse
de toutes nos forces
et qu’on tient à l’écart
ce qui bat à l’étroit
dans nos cœurs
nos lisières

Cet au-delà de nous
qui nous fait peur
qui nous fait vivre

Pourras-tu garder
ces abîmes de feu
pour la journée qui vient
l’inattendu qui nous ressource
comme la visite d’un ami

Au fond de tes poches
tous les secrets
et je n’y peux plus rien
tu n’y es pour personne

Avant la rouille
le vertige muet
des lointains

Quelque chose s’achève
qui laisse des fêlures
qui éclaire à jamais nos chemins

Vies qui se croisent
qui se mêlent
qui s’entremêlent
qui prennent leur envol
et touchent le ciel
du bout des lèvres
finissent-elles par se décroiser?

(Vers de Mireille Fargier-Caruso)

Par défaut