poèsie

Paisible sur le bord…

love-1643452__340

Une femme dit au voyageur : emmène-moi à la mer,
C’est là-bas que je suis née,
Dans l’exaltation des vagues
Emportée par le vent dans un voyage
Dont il ne me reste qu’une mélancolie
Se perpétuant dans le désert de l’âme
Il ne me suffit plus d’aspirer à un peu de chance
Pour prendre mon mal en patience
Quand je remue les braises de
Ma très longue attente

Ali Al Hazmi, Paisible sur le bord

PAISIBLE SUR LE BORD

Poésie
Ali Al Hazmi

Aَli Al Hazmi Né en 1970 à Damad, en Arabie Saoudite, Ali Al Hazmi a publié « Une porte pour le corps » (Jedda,…

Traduit de l’arabe par Manel Bouabidi
LITTÉRATURE POÉSIE MAGHREB, MOYEN ORIENTArabie Saoudite
Paisible sur le Bord, tel est le titre de ce recueil qui se révèle paradoxal, plongeant d’emblée le lecteur dans un univers caractéristique à la poésie d’Al Hazmi. Comment peut-on se sentir paisible et en sécurité tout en étant sur le bord, aussi solide soit-il ? Puis, de quel bord s’agit-il ? Tout comme le souvenir et la réalité, le solide et le vide se confondent pour ne faire qu’un. Dans la fuite des temps vécus par le poète, le passé qui a réellement existé devient aussi irréel et impalpable que l’Inconnu qui se profile à l’horizon.

 

Par défaut
poésie

Des mots douceurs …

59701960_2406402846248092_8961874864298262528_n

Tu m’entoures de ton amour,

Guérissant mes blessures,

Apaisant mes peurs.

Orage après orage,

Ton amour me façonne.

Il me redonne confiance,

Volant par tous les temps,

Au dessu de la mer décharnée,

Vague après vague,

Toujours présent.

Toujours je te désire,

Toujours je t’aime,

Malgré les tempêtes.

Tu me retiens amoureux,

M’empêchant de me noyer.

Fragile je m’offre à ton regard.

Tu m’entoures de tes ailes,

Solide comme un récif.

Ancré au fond de moi,

Je te laisse m’aimer.

Roberte Colonel

Merci au blog « Le sens des mots » pour cette belle image.

 

Par défaut
poésie

Vague de mots…

10417616_1511830345741088_8927068811861417323_n

 

Vagues de mots,

Qu’importe les événements,

 Et la forme que nous leurs donnons .

Les mots s’alignent, traversent la mer

Et rejoignent dans la lueur du matin

Ton souffle qui se fait lent.

Des meurtrissures d’un soir

Les vocables se déversent,

Des tournures de phrases

traverse le récit

Allusions qui se brisent contre le récif

Brûlent les événements de la veille.

Roberte Colonel 30/01/2019

Par défaut