poèsie

Automne s’en est fini de notre bel été… 

42469893_1275234949282223_7784383505353408512_oPhoto de Pascal PixT ici avec son aimable autorisation.  : Coté port – valras-plage – 25.09.2018  Ne pas utilisé cette photo sans l’agrément de son auteur.

Pour la beauté du spectacle et l’œil avisé du photographe,

Valras-Plage baigne sous les premières brumes de l’automne.

La mer c’est parée d’une palette de couleurs du plus bel effet.

Un spectacle grandiose que nous offre cette fin d’été.

Avec l’arrivée de l’automne, les gros nuages sont revenus.

Hélas, les beaux jours se font de plus en plus laconiques

Et les vagues s’alanguissent dans un va et viens monotone

Cependant que sur la mer irisée les bateaux restent au port amarrés.

Les plages sont désertées. Plus de bousculades, plus de rires d’enfants.

Les touristes s’en sont allés et les fleurs du jardin se sont fanées.

 Sous le soufle  du vent, les feuilles une a une tourbillonnent  en danses effrénées.

Les vignes alentours prennent leur couleur automnale rouge-orangée.

Le muriers gardent jalousement ses mûres desséchées,

 les hirondelles sont réunies sur les fils électriques,

s’en est fini pour cette année de notre bel été.

Roberte Colonel 25/09/2018

Par défaut
et poèsie

Vingt deux septembre…

21740050_1758879084404790_2127301004866338584_n

Dans l’air frais d’une fin d’été

Les feuilles d’automne une à une

S’envolent doucement au soufle du vent.

Elles vont rejoindrent d’autres feuilles: leurs jumelles

sur le sol flavescent de la forêt.

Feuilles gavées du soleil d’un bel été.

-Bonjour dit la feuille à sa jumelle

-Bonjour lui répond t–elle.

Aujourd’hui nous sommes le vingt deux septembre

L’automne vient d’arriver et

Pour nous les beaux jours sont terminé

C’est la fin de l’été!

-Que c’est triste !

Plus d’oiseau dans la forêt nous n’entendrons chanter?

Oui en effet c’es triste lui répond sa jumelle.

Le vent si doux en ce jour demain soufflera très fort

Et nous entrainera pour une dernière valse.

Puis, nous finiront tristement au sol

détachée les unes des autres.

-Que crois tu qu’il puisse nous arriver de pire ?

Nous allons mourir!

-Il le faut tu sais…

De nos feuilles mortes

La forêt a besoin de nous pour survivre et se renouveler

.Roberte Colonel 22/O9/2017

Par défaut