Publié dans et poèsie

Dis Moi …

3003160573_1_3_rn0fDkqV

Dis moi,

Dis moi ,si nous faisions une petite escale là où nous n’aurions  plus jamais mal.

Je veux regarder tout en bleu et ne plus rien prendre au sérieux.

On va étudier les plaisirs là où les rêves se réalisent et viennent nous prendre par surprise.

Dis moi, si on faisait une paranthése là où tous les ennuis se taisent.

Et puis travailler nos désirs oublier nos malheurs, et ne plus penser

Qu’a des  matins bonheurs  là  où les rêves se réalisent

Si nous inventions un nouveau bonheur qui durerait des heures et des heures.

 Dis moi, si nous faisions une p’tite escale là où on n’a plus jamais mal ;

Passer des jours devant les vagues et instaurer des tours de drague.

Traverser notre vie au soleil en s’disant : « l’existence est belle! »

Oublions tous les fous de guerre, et ne vouloir  que le nécessaire.

Dis moi, Si nous faisions une p’tite escale pour oublier que j’ai mal …

!cid_B179DE9A0EB343B2A392EBA12CA392A5@JaniePC(Robertecolonel)

Publié dans livre

Cent pétales d’amour…

      Cent pétales d’amour    

Jusqu’au terme de notre vie retrouvons-nous . Laissons exploser notre amour
J’ai renié très tôt  c
e cœur ébréché devenu un gong prêt à résonner, prêt à clamer son amour pour toi. Librement pleinement. Je t’aimerai même s’il faut pour mieux te voir me tenir immobile sur la pointe des pieds telle une statue de pierre mêlons notre respiration

Soyons l’un pour l’autre ce souffle d’où jaillit la vie sans commencement sans fin.

Toujours tu as vécu des tâches avilissantes. Séparations, retrouvailles
Voilà ce qu’a été notre existence . À présent marchons ensemble Jusqu’au terme de notre vie . 
J’apprivoise mon cœur jour après jour

La lune monte et grandit puis lentement elle décroît
Ainsi Tout au long des mois j’apprivoise mon cœur et retrouve la sérénité.
Hélas toujours prise de vertige je me laisse emporter même si les trente nuits
Sont toutes différentes. Si les douleurs endurées et les étourderies
Suivent les phases de la lune. Tu es là, tu m’éclaires et tu me dis
C’est cela la nostalgie. Dis-moi pourquoi Oui pourquoi
Toute la nuit Le fleuve gémit. Il tremble. Il murmure. Dis-moi
En souvenir de quoi il pleure au sommet du mont Wolyou où la lune elle-même se repose. Où les soupirs s’apaisent. Les belles-de-nuit sont intimidées serrant ce cœur
Prêt à fondre en larmes au moindre effleurement. J’irai vers toi même dans l’obscurité. Tu ne peux m’oublier, plus tu t’éloignes de moi plus grande sera ma nostalgie.
Tu ne m’as pas fermé ton cœur volontairement. Tu ne peux m’oublié aussi tu me suggère de nous sourire à cœur ouvert quand sous terre toi et moi
Reposerons. Toi mon bien-aimé dans ma poésie tu revivra. (Kim Cho-hyé), extrait de « cent pétales d’amour. »

Biographie et informations de l’auteur Kim Cho-hyé

Nationalité : Corée du Sud
Né(e) : 1943

Biographie :

Kim Cho-hyé est née en 1943 en Corée du sud. Elle est l’auteur de nombreux recueils de poèmes et d’essais, dont plusieurs ont été couronnés par des prix prestigieux.

 (Blog http :// lalitoutsimplent.com/)