poésie

Mon amie….

13006480_1720367764875291_2556544919064667707_n

Pardonne-moi, amie,

Si je suis trop « gavroche »

Si je ris à la vie

Ne m’en fait pas reproche ;

 

Si j’affiche souvent

Cette fausse assurance

Qui sert de paravent

A ma grande ignorance

 

Tu as vraiment,

Pour moi la patience.

Ô, je te remercie de l’indulgence

Dans l’art d’être mon amie

 

Quand tu parles de ta vie,

Je vois tes yeux s’animer

Tu es sans précédente

Et soudain je t’envie.

 

Lorsque gentiment

Tu dis que pour moi

Il ne me faut pas pleuré, 

que le soleil reviendra,

 

Il y a dans ton regard

Cette belle noblesse

Que dans l’mien, on ne peut voir

A cause du chagrin qui m’étreint .

 

Merci pour le bonheur

Que tu mets dans ma vie

Merci de tout mon cœur,

D’être Sylvie, mon amie.

21/01/ 2019

Par défaut
et poèsie

Mon tendre amour…

77634719707997083961758784481598515107n

Mon tendre amour, Je voyais briller en tes yeux tant de projets d’avenirs. Tu pensais que nous deux devions vivre une éternité d’amour. Ce soir l’angoisse me serre, m’étreint, elle est un peu comme le chagrin,tout doucement, elle s’enfonce, elle est en moi, comme une ronce. Elle me brûle, elle m’étouffe j’en perds presque mon souffle. Elle vient en moi comme la mort et même si je fais des efforts, elle resserre encore son étreinte, elle est en moi lugubrement, teinte. Elle est presque comme la peur et elle me donne des frissons, elle m’amène à des torpeurs oui  mon cœur tu me faits faux bond. Ô ! Étrange organe sièges des sensations, des émotions, des sentiments, des passions ! Toi, mon cœur du problème organe central de mon amour quand tu serre un peut trop fort ma poitrine,tu dissous mes aspirations d’être aimée pour toujours. Roberte Colonel

Par défaut