poésie

Et si les fins n’étaient que le début d’une autre histoire ?

Et si les fins n’étaient que le début d’une autre histoire ? (Camille Brissot)

Aux plages étendues de nos errements

Érigée sur les rives secrètes de notre histoire

Ne me reste pour seul territoire

Ma passion désabusée.

Aux plis de ton absence

J’y puise ma force,

À portée de main.

C’est en entrant dans le noir

Que l’on trouve le jour quand

La mer surprend au loin

Une musique née du silence

de nos âmes en rade au cœur des tourments

Pour tant d’étoiles que tu avais semées.

Dans ma nuit sans son sommeil je remonte le temps

Vois le film de notre pauvre histoire arrêtée.

Ne rien regretter de ce bel autrefois

Il est doux de penser que des souvenirs

Viendront vite remplacer les larmes d’aujourd’hui.

Roberte Colonel 12/03/2020 image https:ladepeche.fr

Par défaut
poésie

Est-ce que tu m’entends ? 

6066471494_bfa232a530_b-e1413180994707

Les poèmes n’ont pas d’odeurs, quand on peut les sentir avec le cœur, on peut leurs donner le sens que l’on veut sans que se soit celui que le poète ait voulu exprimer.

Chacun de mes mots doit être dit avec prudence.

Je m’embrase pour toi. 

De cela tu ne le vois pas il faut que je le cache.

J’ai le désir de toi, est-ce que tu le vois ? La nuit est mon bonheur.

Je te confie mes peines et sans perdre la mesure

Du temps qui enracine les brisées de l’absence,

Dans le feuillage de tes doigts j’entrevois des étoiles.

Mon corps est une houe qui enroule ton corps.

Privée de tes bras, ton appel est mon bonheur

Quand ma chambre s’obscurcie, je rêve que tu es là.

Roberte Colonel 6/02/2019

 

Par défaut
Non classé, poésie

Ma vie, mon avenir, c’était lui…

atmosphere-citation-comavocat-divorce-divorce-par-consentement-mutuel-e1426657295308

Ma vie et mon avenir sont tes souvenirs.

Il n’est pas un instant ou je ne pense à toi.

J’ai perdu l’esprit 

Je ne sais plus ce que j’écrie

 Depuis ton départ qui ma laissée désemparée.

Par ton absence ma vie est difficile, vide, et triste.

Ton amour parcoure mon corps

Mon cœur à l’intérieur a perdu sa douceur.

Parfois je crie et je pleure de douleur.

Mon dieu c’est toi seul qui sens ma souffrance

Et toi seul qui peux m’offrir la patience.

Ma vie, mon avenir, c’était lui.

Roberte Colonel

Par défaut