Publié dans poésie, texte écris

L’amour qui occupe tant nos esprits…

img_6924

L’amour qui occupe tant nos esprits, a fait battre le cœur des poètes, des philosophes et des écrivains…

En prose ou en vers, dans l’intimité d’une correspondance, au cœur d’un roman ou sur une scène de théâtre, le cycle amoureux n’a de cesse de naître, de se cristalliser, de s’épanouir…et parfois de s’évanouir. Des troubadours à Hugo à Musset, de Madame de Lafayette à Laclos et Genêt, de Toltoï à Margueritte Yourcenar, de Cocteau à Neruda, chacun d’entre eux n’ont cessé de nous émerveiller de leurs mots « Amour ».

Grande figure du romantisme autodidacte instinctive Marceline Desbordes-Valmore est considérée par Verlaine comme la seule femme de génie et de talent de son siècle. Elle est née le 20 juin 1786 à Douai (Nord) et morte le 23 juillet 1859 à Paris.

Voici parmi les nombreuses poésies écrites par Marceline Desbordes-Valmore celle qui m’a le plus émue.

Le Serment

Idole de ma vie,
Mon tourment, mon plaisir,
Dis-moi si ton envie
S’accorde à mon désir ?
Comme je t’aime en mes beaux jours,
Je veux t’aimer toujours.

Donne-moi l’espérance ;
Je te l’offre en retour.
Apprends-moi la constance ;
Je t’apprendrai l’amour.
Comme je t’aime en mes beaux jours,
Je veux t’aimer toujours.

Sois d’un cœur qui t’adore
L’unique souvenir ;
Je te promets encore
Ce que j’ai d’avenir.
Comme je t’aime en mes beaux jours,
Je veux t’aimer toujours.

Vers ton âme attirée
Par le plus doux transport,
Sur ta bouche adorée
Laisse-moi dire encor :

Comme je t’aime en mes beaux jours,
Je veux t’aimer toujours.
Comme je t’aime en mes beaux jours,
Je veux t’aimer toujours.

Marceline Desbordes-Valmore

Publicités
Publié dans texte

Oeuf de Pâques : symbole de vie

oeufs-de-paques-fourre-a-la-mousse-au-chocolat-blanc (1)

                              A vous tous je souhaite de joyeuses fêtes de Pâques

L’oeuf est un symbole universel de vie et de renaissance, il est notamment associé à de nombreux rituels. Depuis l’antiquité, l’œuf est chargé du symbole du renouveau et une promesse de vie et de nombreux rituels et fêtes lui rendent hommage et ce, bien avant l’arrivée du christianisme.

 

Pendant l’ère chrétienne, il a pris encore plus de sens tellement le rapprochement avec la Résurrection de Jésus était fort. Pendant le Carême, il était alors interdit de manger des œufs.

 

Ceux qui étaient pondus pendant cette période étaient conservés, bénis et décorés pour être offerts aux enfants le jour de Pâques pendant une grande chasse aux œufs.

 

Pâques est une fête très populaire en France et tous les enfants adorent participer à la chasse aux oeufs. Si La Pâque est née d’une tradition juive, puis est devenue la plus populaire des fêtes chrétiennes, elle est aussi le symbole du printemps et l’occasion de se retrouver en famille pour un délicieux repas de Pâques.

 

Publié dans poèsie

Un printemps doux et plein de fleurs

 

8637fd49

Ce matin de jolis mots se sont étalés sur mon cœur.

Ils m’annonçaient un printemps doux et plein de fleurs.

Ces mots délicats m’ont fait frémir de bonheur.

Combien faudra t-il laisser venir de printemps

Pour que mille espoirs fabuleux nourrissent

Nos cœurs gonflés et palpitants.

Le vent de ton ombre m’a frôlé,

C’est à la fois peine et plaisir,

Et le ciel c’est embrasé au fond de mes pensées.

L’envie d’entendre ta voix m’a plongé

Dans un abîme  fabuleux de désir.

Ce printemps nouveau, souffle de douceur 

Et rime ce que dit le vent à un espoir d’amour retrouvé.

Roberte Colonel

Publié dans poèsie

Un printemps de renouveau…

p1520927

La brise à soufflé longtemps du bon côté

Sur les fleurs de violettes oubliées.

Les saisons changent

Une bourrasque de vent glacé

Avait suffi à les gelées. 

Cependant,

Au premier vent du printemps

les fragiles ont frémis sous la brise

Auréolées de délicatesses elles ont fleuris.

L’oiseau dans la futaie a chanté son amour

Puis il à pris son envol sans se détourné.

L’hiver à présent nous a quittés.

Souffle maintenant dans bois et forêt,

Un printemps de renouveau naturellement parfumé

De violettes fraîches, délicatement entrelacées.

(Roberte Colonel)

« La Violette … Symbole secret de l’ Amour … »

La violette symbolise la modestie, l’humilité, ou bien encore, un amour secret.
Offrir un bouquet de violettes est un geste empli d’humilité, qui rappelle la discrétion de cette petite fleur sauvage.
Un peu d’histoire :
Appelée aussi ‘fleur de mars’, la violette fut chez les Grecs et les Celtes, l’emblème de l’innocence et de la virginité ; elle ornait le cercueil des jeunes vierges. Les romains en faisaient du vin et des guirlandes. Dans le haut Moyen Âge, le ‘chapel de fleurs’ fut considéré comme une marque d’honneur et de respect. A la fin du XVè siècle, les dames de Naples offrirent à Charles VIII, à son entrée dans leur ville, une couronne de violettes. Napoléon voua une passion à la petite fleur mauve parce que le jour où il rencontra Joséphine de Beauharnais, celle-ci en arborait un bouquet à la ceinture. Durant son exil  sur l’île d’Elbe, ‘aimez-vous les violettes ?’ devint d’ailleurs la phrase de reconnaissance avec ses partisans.
Anecdote :
Dans certaines campagnes anglaises, la violette est réputée maléfique (comme la plupart des fleurs des champs) et ne doit être offert qu’en bouquet, car une seule violette dans une maison ferait mourir les poulets et les canards… On dit également que la floraison des violettes en automne Le genre Viola se décompose en 2 groupes qu’on reconnait en général par la disposition des pétales :