à la Une
Publié dans poèsie

Elle et lui…

59325887_1141333586047282_7943645191951351808_n (1)

Un jour tout prendra sens

Alors, pour l’instant

Souris à travers tes larmes…

Et Rappel- toi que tout arrive

Pour une bonne Raison…

Tu détourne ton regard,

Ce bonheur entrevu

Tu n’y croyais plus.

Tu te sentais perdue

De peur à surmonter…

Avec ce bonheur-là

A portée de tes bras

Qu’il te suffit d’ouvrir

à l’automne de ta vie,

Tu ne voulais plus aimer

Et d’un coup l’amour est-la

Qui remets le soleil

A sa place,

Un concentré d’amour,

Un tracé de lumière,

Deux cœurs qui se réveillent,

Semés au vent de l’amour

Rappel- toi que tout arrive

Pour une bonne Raison… »

Roberte Colonel le 20/11/2019

à la Une
Publié dans poèsie

Les étoiles me sont chères…

Fantaisie, Paysage, Montagnes, Étoiles, Ciel, Nightsky

Les étoiles me sont chères

Toute étoile est chère à mes yeux
Pour la pureté de son feu
Pour son vol parmi des milliers,
Pour son éclat particulier,
Parce que sa clarté profonde
Dans chaque goutte peut se fondre.

Toute étoile est chère à mes yeux
Car jamais n’est double son feu
Quand elle offre à l’eau sa lumière,
Rien n’est plus sombre ni plus clair
sur la route longue et dorée
Qui monte jusqu’à l’empyrée.

Toute étoile est chère à mes yeux
Tant son ordre est vertigineux,
Je trouve mesure pour elle,
Mais sa lumière en moi se perd
Car elle appartient à la terre
Tout comme elle appartient au ciel.

Shmule Halkin (1897-1960)
(Anthologie de la poésie yiddish)

 

à la Une
Publié dans information

La midorexie …

cb3b7a05da136d60eb8b68b3e3af4f86 (1)

Pourquoi cache-tu ton visage ?

Pourquoi caches-tu ton âge ?

N’aimes tu pas que l’on voit tes rides ?

Il faut bien te donner un âge !

Je crois que tu es femmes midorexique.

Les femmes de 40 ans et bien plus utilisent tout un arsenal pour paraître et se sentir spectaculaires, mais en plus de ça les malignes, elles sont aussi des exemples, de séduction et de dynamisme. C’est ce qu’on appelle la midorexie, une addiction à la jeunesse.

En connaissez vous des femmes midorexie… Non ? moi si !

Par conséquent, la midorexie désigne le problème des femmes obsédées par le fait d’arriver au “milieu” (“mid” qui est la contraction de “middle” en anglais) de leur vie, et qui ressentent le besoin de se sentir toujours plus jeunes. Elles vieillissent plus les midorexiques enfilent des vêtements osés comme des pantalons en cuir et se demandent pourquoi elles ne l’ont pas fait avant.

“La midorexie : c’est croire que non seulement on peut être attirante à cet âge, 40 ans et plus, mais qu’on est même beaucoup plus attirante qu’avant.”

A bon !

Mais que se passerait-il si toi, tu te sentais bien à ton âge, avec tes rides et que tu préférais éviter les vêtements serrés et prendre des selfies pour tes amies sur les réseaux sociaux ? Bien rien, c’est que tu serais toi ! Tu ne serais pas une midorexique.

Es ce donc la raison pour que certaines de nos amies sur les réseaux sociaux facebook… et différents blogs montrent leur visage sous certains déguisement sans que l’on puisse réellement connaître leurs  vrais visages, leurs âges. Alors on peut se poser la question, à quoi ressemblent elles-donc dans la vraie vie !

Conclusion et je suis bien aise de l’apprendre, c’est que les personnes qui se sentent plus jeunes présentent moins de signes de vieillissement mental, ce qui peut expliquer qu’intellectuellement elles soient toujours en mouvement c’est le phénomène de la midorexie.

Pense-tu être une midorexique toi ? Ou connais-tu quelqu’un qui l’est ?

Regarde bien autour de toi !

Résumé sur un texte de sympa-sympa.com/

à la Une
Publié dans poèsie

Nos mots secrets…

read-369040_960_720

la mer est déchainée,

Quatre saisons je t’aime.

J’ai beau y mettre la volonté

Je perds le fil de mes idées.

Le temps s’écoule

Comment ne pas apprécier

Que derrière nos mots secrets

D’une même écriture

Sont devenus singuliers.

Irréversible  revanche d’espoir

Que nos corps enlacés,

Enivrés d’un  amour éffréné.

Roberte Colonel le 11/11/2019

à la Une
Publié dans poèsie

La tendresse …

N9oXiqPRNt0EMDmm6eGvsPac1_g@550x421

« Écrire, c’est comme être amoureux, on est de nouveau, libre – et porté par un désir formidable » Francis Dannemark, »

Je suis heureuse d’être en vie,

Et de cette liberté qui est mienne.

Fallait-il tant de détresse,

Tant de tristesse, pour apprécier la vie ?

Pour te le dire j’écrie mes délires

De ceux qui te faisaient rire

Tu t’en souviens ?

Le soleil ces jours là brillait de mille éclats.

Tu me disais : tant fais pas

Demain sera meilleur, tu seras guérie.

Mais demain était encore pire

Je souffrais le martyre et n’osais te le dire.

Il m’a fallu du temps pour retrouver ma santé.

Aujourd’hui je suis guérie, et

Nous avons quelques années de plus.

Avec une excitation contagieuse nos mots,

Sonnent en écho

La tendresse et l’amour  réunie.

Roberte Colonel 04/11/2019

 

à la Une
Publié dans texte

J’adore les petits matins …

pg-rochotel-035.jpg

J’adore les petits matins quand je me glisse hors de mon lit et qu’à l’extérieur il fait déjà soleil au dehors et que j’entends les vagues au loin se fracasser sur les rochers.

J’adore les petits matins quand mes yeux se posent sur l’orb, je retiens mon souffle pour voir la lumière argentée courir sur l’eau.

J’adore les petits matins et la bonne odeur du café chaud préparé par mon mari.

J’adore les petits matins avec une jolie table bien garnie de pots de confitures, de miel, de lait et de pain grillé.

J’adore les petits matins lorsque je découvre mes messages laissé par mes amies la nuit .

J’adore les petits matins c’est alors que je salue le nouveau jour qui est né.

J’adore les petits matins suspendu au tic tac de l’horloge quand la marche du monde s’impatiente.

Roberte Colonel30/10/2019

à la Une
Publié dans poèsie

Nuit d’automne

aldana-carl

Nuit d’automne

Comme si…
dans la nuit du temps

s’établissait un silence

qu’elle pourrait saisir dans son livre.

Un temps où elle pouvait encore rêver ses vœux

D’un paysage immense

où se déploient ses souvenirs 

Ceux voilés par les ombres portées

Avec au ralenti leur rencontre, leurs rires

comme des ponts flottants, complices

de deux rives brisées.

Allongé sur sa couverture

dans ses rêveries elle le voit la nuit

Sa tête posée sur sa joue elle s’endort

Dans ces gestes qui les amarrent. 
Roberte Colonel 26/10/2019  (Peinture Aldana Carl)