Des mots se sont étalés sur mon cœur…

Cette nuit  des mots se sont étalés sur mon cœur.

Ils m’annonçaient un automne plein de douceur.

Le temps d’un temps, le temps  d’un siècle.

Ces mots délicats m’on fait frémir de bonheur.

Combien faudra t-il laisser venir d’automne

Pour que mille espoirs fabuleux nourrissent

Encore mon cœurs gonflé et palpitant.

Le vent de ton ombre m’a frôlé,

C’était à la fois peine et plaisir.

Le ciel c’est embrasé au fond de mes pensées.

L’envie d’entendre ta voix m’a plongé

Dans un abîme tourmenté de désir.

Automne caressé par une brise dorée

Rime ce que dit le vent et si mon corps exsangue

Est assoupi, c’est que tout à une fin dans l’infini.

 Dépassant la folie des passions…

Les feuilles mortes d’automne s’emmêlent, voltigent

Le temps, le temps  d’un siècle qui se révèle être immuable.

Copyright©2022Roberte Colonel