poésie, texte

Ainsi va la vie

 » Je lui demandais comment elle faisait pour supporter ces déboires qui s’accrochaient à elle comme des revenants. Elle me répondait d’une voix limpide : « On fait avec. Le temps s’arrange pour rendre les choses vivables. Alors, on oublie et on se persuade que le pire est derrière soi. Bien sûr, le gouffre nous rattrape parfois et on tombe dedans. Mais curieusement, dans la chute, on éprouve une sorte de paix intérieure. On se dit c’est ainsi, et c’est tout. On pense aux gens qui souffrent et on compare nos douleurs. On supporte mieux la nôtre après. Il faut bien se mentir. On se promet de se ressaisir, de ne pas retomber dans le gouffre. Et si, pour une fois, on parvient à se retenir au bord du précipice, on trouve la force de s’en détourner. On regarde ailleurs, autre chose que soi. Et la vie reprend ses droits, avec ses hauts et ses bas. On a beau acheter ou se vendre, on est que des locataires sur terre. On ne détient pas grand-chose finalement. Et puisque rien ne dure, pourquoi s’en faire ? Quand on atteint cette logique, aussi bête soit-elle, tout devient tolérable. Et alors, on se laisse aller, et ça marche. »

Extrait de  » Les anges meurent de nos blessures  » de Yasmina Khadra

Ainsi va la vie

On porte en nous notre croix

 Parfois lourde où plus légère

Elle est notre croix.

On se dit que demain sera meilleurs

Mais,

Demain est pire torture  à peine supportable.

La vie nous prend, nous balance,

Et nous ballotte dans tous les sens.

Sans prendre gare aux embûches

On perd pied et trébuche.

Toi,

Ton mal invisible te fait mal.

Que de souffrances,

Que de sourires ont disparus de tes lèvres,

Que d’espoirs avais tu imaginés

Que d’illusions tu t’es bercé ?

Que faudrait  qu’il soit

Pour y changer ta condition et

Retrouver d’infimes moments heureux ?

Enchainé à tes gongs tu suis ton chemin,

Je voulais te donné la force de combattre

Mais le ciel n’a pas entendu mes prières

Et la voleuse, la tortionnaire,

c’est emparée de ta vie emportant tes souvenirs.

Roberte Colonel le 22/09/2021

Par défaut

10 réflexions sur “Ainsi va la vie

  1. Oui
    La maladie de mon mari est terrible tu sais elle est sans issue, sans espoir de guérison. Nous venons de prendre mes enfants et moi même la pire des décisions
    … Le placement.
    Je dois rester debout et trouver du courage à continuer à vivre.
    Bon dimanche ensoleillé pour toi..
    Bisous Colette.

    • Bonsoir Roberte,
      Je comprends, c’est une décision bien difficile à prendre, mais c’est la bonne solution, hélas ! De tout 💗 avec toi, courage, je ne t’oublie pas, sois en assurée.
      Douce soirée,
      Gros bisous 😘

  2. Dure dure la vie qui n’épargne personne. Elle n’arrête pas de crier aux quatre vents, au suivant… au suivant… au suivant… Une justice divine à laquelle nul n’échappera. A Dieu nous appartenons et à à Dieu nous reviendrons. Tu sauras traverser cette épreuve Roberte. Comme l’eau de la rivière tu suivras ton chemin le cœur apaisé et serein. bon dimanche.

  3. Charef,
    Dure dure le destin lorsqu’il décide de mettre le désordre et la maladie dans notre vie.
    Justice divine dis tu ?
    Je la déteste cette justice divine qui nous anéantie.
    Oui peut être que je saurais une fois encore me relever de la tourmente comme à chaque épreuve mais celle ci est sans espoir et c’est ce qui fait ma colère.
    Bon dimanche

Merci pour ce commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s