poèsie

A vif…

A vif,

Quand le cœur alangui

Arrache à la chair ses certitudes.

A vif

Quand la nostalgie précède

Les vagues amarrées au récif du bonheur,

Mes rêves cheminent sans répit sur la grève.

Les embruns de la mer distillent les fragrances de l’algue,

Portées par la bruine matinale de l’aube?

Qui  pose  un rayon sur les lèvres du matin.

Une douce brise m’apporte les senteurs  

De l’aube naissante sur mon corps,

dans mon âme engourdie.

 Jouissant de la beauté de l’instant,

mon être n’est plus que volupté.

Hébétée j’avance doucement, entre deux rives

A la moindre percée de son nombre qui fuit .

Roberte Colonel 14/07/2021.

Huile sur toile de Fine Arts Mihai Olteanu 

· 70 x50 – huile sur toile (détail)

Par défaut