poèsie

Dans se bel autrefois…

Il lui suffisait d’écouter le silence, pour retrouver ses mots jetés sur les vagues bouillonnantes de la mer.

Elle avait traversé sa vie sous différents  printemps.

celui auquel sa pensée la ramenait

Aucun n‘avait été aussi beaux

à cette heure  en de mi- teinte.

Elle voulait regarder tout en bleu

Ne plus rien prendre au sérieux.

Seulement les plaisirs,

Et vivre ses désirs,

Les uns après les autres

Passer des jours devant les vagues,

Traverser  le reste de sa vie au soleil

Là, où les rêves se réalisent.

Se dire que « l’existence est belle »

Plus belle qu’a ses vingt ans.

Qu’elle voulait vivre sans souci,

Voir s’en aller le temps

Sans rien regretter de se bel autrefois.

Roberte Colonel

19/07/2021

Par défaut
poèsie

A vif…

A vif,

Quand le cœur alangui

Arrache à la chair ses certitudes.

A vif

Quand la nostalgie précède

Les vagues amarrées au récif du bonheur,

Mes rêves cheminent sans répit sur la grève.

Les embruns de la mer distillent les fragrances de l’algue,

Portées par la bruine matinale de l’aube?

Qui  pose  un rayon sur les lèvres du matin.

Une douce brise m’apporte les senteurs  

De l’aube naissante sur mon corps,

dans mon âme engourdie.

 Jouissant de la beauté de l’instant,

mon être n’est plus que volupté.

Hébétée j’avance doucement, entre deux rives

A la moindre percée de son nombre qui fuit .

Roberte Colonel 14/07/2021.

Huile sur toile de Fine Arts Mihai Olteanu 

· 70 x50 – huile sur toile (détail)

Par défaut
poèsie

Quand on à aimé, au-delà de soi.

Quand on à aimé, ressenti de l’amour on est porté au-delà de soi.

Je ne crois plus que je peux choisir d’être à nouveau heureuse et

d’essayer de le croire…

J’aimerais vivre les joies d’une vie, sans culpabilité. Je voudrais…

Partir

gouter au bonheur de ne plus me sentir prise dans un étau

Qui m’enlève mes espoirs de lendemain meilleurs.

Partir…

loin, très loin pour ne plus avoir  peur.

Partir…

Ne plus revenir,

laisser mes doutes se dissiper…

Et vivre jours après jours mes désirs.

Partir…

Emplie de ce sentiment, de cet élan du cœur,

exister, embrasser toutes les belles choses simple de la vie.

Danser par une douce nuit d’été sous un ciel étoilés.

Ecouter la mer  et ses vagues qui grondent.

Partir vivre dans ce monde d’enchantement,

me laissant croire qu’il ne dépend que de moi

a le vouloir pour être heureuse.

Roberte Colonel 06/07/2021 

Par défaut
texte

De l’écriture — the poet’s insomnia

An 2000 et quelque… En cours de… je ne m’en souviens pas vraiment. Écrire ? Coucher des mots sur du papier, presser les touches d’un clavier et voir s’afficher sur l’écran des lettres qui forment des mots qui, eux-mêmes, forment des phrases qui, elles-mêmes, forment des paragraphes qui, eux-mêmes, forment un chapitre etcétéra.Mais pourquoi fait-on […]

De l’écriture — the poet’s insomnia
Par défaut