Publié dans Non classé

Equinoxe suite

60320994_2295391633854106_7968995343062794240_n

Citations du Livre Equinoxe écris à quatre mains par Charef Berkani et moi-même.

Vous pourrez vous procurer ce livre sur commande à :

Roberte. Colonel@sfr.fr

Les petites peines sont bruyantes et les grands chagrins muets.

Internet n’est pas l’apanage des extrémistes de tout bord. Internet peut semer l’amour au-delà des frontières et des cultures.

On peut par moments être triste et heureux, l’un n’empêche pas l’autre.

on est solitaire à force d’aimer écrire des livres, et tout ce qui a trait aux mots et au savoir On aime toutes ces choses parce qu’on est avant tout, par nature, solitaire.

L’amour n’est plus, l’amitié toujours.

Les souvenirs et les mots qu’on tait, sont de curieux souvenirs qui nous assaillent au détour d’une phrase.

c’est dans un esprit clair et libre, au dessus de la mêlée des membres, au-dessus des soupirs et des cris, que se creuse l’inquiétude.

Il faut apprendre à gérer ses tourments pour en faire une force et s’en servir afin de ne pas s’abîmer dans la souffrance.

le bonheur n’est jamais tout rose, il est blanc et rose. Mais les couleurs tendres lui reviennent de droit.

La femme passionnée est capable d’affronter n’importe quel supplice, certaine qu’elle avancerait sur une planche étroite, au dessus d’un précipice sans fond.

Les rêves qu’on lance dans la mer, sur une plage, finissent toujours par se rejoindre quelque part entre eux. Ils finissent par engloutir les larmes versées, jetées comme une poignée de sable dans la Méditerranée.

il y aura toujours des mots qui sembleront plus beaux que d’autres parce qu’écrits avec l’encre de l’amour.

On s’aime sans raison, et l’on se quitte sous le motif d’une grande incompréhension avec le sentiment d’avoir été trahi. Rien n’arrive dans la vie ni comme on le craint ni comme on l’espère.

L’amour s’écoule. Il ne connaît pas de frontière d’un autre toi et moi, indissociable.

La douleur posthume peine à cicatriser les traces qu’a laissées l’absence d’un être cher.

Il y a des voyages qui durent une éternité pour celui qui reste sur le quai.

Derrière chaque déception, se trouve un nouvel espoir de recommencement.  Une amitié douce et sincère naît toujours dans un mystère. Elle chemine à pas de loup, elle y creuse le doux nid du sublime bonheur.

Le sentiment d’être différent de l’autre nous rapproche et l’amour se charge de transformer le rêve en réalité.

La rime n’a plus sa place aux côtés de la prose qui savoure seule les fruits de la passion de deux corps soumis.

On regarde les nuages, on fixe le ciel et on pense à une personne avec quelques larmes aux yeux. C’est ça le manque.  a suivre