Publié dans textes

Je suis feu, je suis passion…

ob_8edf9f_104320880-o-1 (1)

Un tableau est un petit monde qui doit se suffire.
(Pierre Bonnard, 1891)

Et parfois, la vie se charge de mettre sur notre chemin la phrase dont nous avions besoin, celle qui motive à elle seule toutes ces histoires imaginaire que j’invente à partir  d’images représentant des personnages, la mer, les amoureux.

Et, il fallait encore aujourd’hui que cette phrase ait été écrite par un peintre, dont je me sers pour écrire ce billet sur mon blog.

Le peintre lorsqu’il a peint cette toile était il comme moi amoureux en train d’inventer des histoires à sa toile ? Il me plaît grandement d’imaginer que c’est précisément ce qu’il était en train de faire. Il me plaît aussi de croire qu’en effet, « une histoire est un petit monde qui doit se suffire », et que chacun peut y voir ce qu’il veut.

-Le soleil couchant a teinté de rose et de mauve la page que j’écris, si bien que je ne peux que lever les yeux et profiter du moment. Intensément. Je ne savais pas que ça existait. Car si j’avais su j’aurais pris la photo et décris avec passion ce décor surprenant. On me dit douce, même que je parais bien sage, ainsi à écrire sur mon clavier, un dictionnaire des synonymes entre les mains. Mais demandez-moi seulement ce que je cherche. Je vous répondrai en un mot qui attirera du premier regard votre attention ? Je veux vous entraîner dans un monde que vous ne soupçonnez même pas. Voilà des années que je suis devenue une adepte de : je sais, je sais, je fais une fête d’un rien. Et j’aime qu’il en soit ainsi. Que chaque découverte, littéraire ou picturale me fasse autant d’effet. Il y a suffisamment de gens blasés sur cette planète pour que je ne rejoigne pas leurs rangs. Et puis, je n’ais pas envie de décrocher, de toute manière.

Aucune conversation ne saurait remplacer mon plaisir de ce soir alors que je suis sous le charme de ce tableau si inspirant de « Pierre Bonnard », qui me fut envoyé par (une amie) . Ce billet a été écrit pour toi. Mais aussi …  à ce bonheur d’écrire que j’aime partager  avec chacun (e) d’entre vous.

Demain sans doute je laisserai parler mon cœur de façon différente dans un autre écrit. Mes mots décront peut être la venue prochaine du printemps ou bien une merveilleuse histoire d’amour ce sera suivant mon « humeur bonheur » ! Ou pas !

Je sens les choses, mieux que bien des gens de mon entourage. Je suis feu, je suis passion, mes sentiments: des reflets de mes écrits. Mes mots sont amour ou larmes, tristesses ou désespoir, mais toujours écrits avec sincérité. Roberte Colonel le 12/03/2019