poèsie

Joyeuse tourterelle tu as roucoulé si fort de bon matin.

tourterelles-couple

Joyeuse tourterelle tu as roucoulé si fort de bon matin.

Venais-tu m’annoncer l’arrivée des beaux jours ? Tu étais tout en joie.

Avec tes roues cous de si bon heures tu as réveillé tous les voisins!

 Te voici de retour auréolée de ce beau soleil printanier

Et ma joie n’a d’égale que le bonheur de ton retour en cette journée.

N’avais tu pas su que loin de ton ramier que tout au long de cet hiver je pleurais

Et me lamentais de ne pouvoir t’oublier.

Me moquant bien du froid et des brouillards, de la grêle et des vents, 

Par les chemins du ciel, j’avais eu tant peur que tu ne reviennes de ta longue migration.

Douce tourterelle comme je les aime tes doux rouent coucou dans ce printemps de lente

gestation alors que le soleil commence à bien réchauffé la terre où le temps ne compte

plus, où les jours se prête à l’amour dans les bois et forêts et toi sur l’arbre toujours

Tu égayes par tes couroucous  jusqu’au cœur de l’été de vrais histoires d’amour.

Roberte Colonel

Par défaut