Publié dans poèsie

Un printemps doux et plein de fleurs

 

8637fd49

Ce matin de jolis mots se sont étalés sur mon cœur.

Ils m’annonçaient un printemps doux et plein de fleurs.

Ces mots délicats m’ont fait frémir de bonheur.

Combien faudra t-il laisser venir de printemps

Pour que mille espoirs fabuleux nourrissent

Nos cœurs gonflés et palpitants.

Le vent de ton ombre m’a frôlé,

C’est à la fois peine et plaisir,

Et le ciel c’est embrasé au fond de mes pensées.

L’envie d’entendre ta voix m’a plongé

Dans un abîme  fabuleux de désir.

Ce printemps nouveau, souffle de douceur 

Et rime ce que dit le vent à un espoir d’amour retrouvé.

Roberte Colonel

Publié dans poèsie

Un printemps de renouveau…

p1520927

La brise à soufflé longtemps du bon côté

Sur les fleurs de violettes oubliées.

Les saisons changent

Une bourrasque de vent glacé

Avait suffi à les gelées. 

Cependant,

Au premier vent du printemps

les fragiles ont frémis sous la brise

Auréolées de délicatesses elles ont fleuris.

L’oiseau dans la futaie a chanté son amour

Puis il à pris son envol sans se détourné.

L’hiver à présent nous a quittés.

Souffle maintenant dans bois et forêt,

Un printemps de renouveau naturellement parfumé

De violettes fraîches, délicatement entrelacées.

(Roberte Colonel)

« La Violette … Symbole secret de l’ Amour … »

La violette symbolise la modestie, l’humilité, ou bien encore, un amour secret.
Offrir un bouquet de violettes est un geste empli d’humilité, qui rappelle la discrétion de cette petite fleur sauvage.
Un peu d’histoire :
Appelée aussi ‘fleur de mars’, la violette fut chez les Grecs et les Celtes, l’emblème de l’innocence et de la virginité ; elle ornait le cercueil des jeunes vierges. Les romains en faisaient du vin et des guirlandes. Dans le haut Moyen Âge, le ‘chapel de fleurs’ fut considéré comme une marque d’honneur et de respect. A la fin du XVè siècle, les dames de Naples offrirent à Charles VIII, à son entrée dans leur ville, une couronne de violettes. Napoléon voua une passion à la petite fleur mauve parce que le jour où il rencontra Joséphine de Beauharnais, celle-ci en arborait un bouquet à la ceinture. Durant son exil  sur l’île d’Elbe, ‘aimez-vous les violettes ?’ devint d’ailleurs la phrase de reconnaissance avec ses partisans.
Anecdote :
Dans certaines campagnes anglaises, la violette est réputée maléfique (comme la plupart des fleurs des champs) et ne doit être offert qu’en bouquet, car une seule violette dans une maison ferait mourir les poulets et les canards… On dit également que la floraison des violettes en automne Le genre Viola se décompose en 2 groupes qu’on reconnait en général par la disposition des pétales :

 

 

Publié dans poèsie

Joyeuse tourterelle tu as roucoulé si fort de bon matin.

tourterelles-couple

Joyeuse tourterelle tu as roucoulé si fort de bon matin.

Venais-tu m’annoncer l’arrivée des beaux jours ? Tu étais tout en joie.

Avec tes roues cous de si bon heures tu as réveillé tous les voisins!

 Te voici de retour auréolée de ce beau soleil printanier

Et ma joie n’a d’égale que le bonheur de ton retour en cette journée.

N’avais tu pas su que loin de ton ramier que tout au long de cet hiver je pleurais

Et me lamentais de ne pouvoir t’oublier.

Me moquant bien du froid et des brouillards, de la grêle et des vents, 

Par les chemins du ciel, j’avais eu tant peur que tu ne reviennes de ta longue migration.

Douce tourterelle comme je les aime tes doux rouent coucou dans ce printemps de lente

gestation alors que le soleil commence à bien réchauffé la terre où le temps ne compte

plus, où les jours se prête à l’amour dans les bois et forêts et toi sur l’arbre toujours

Tu égayes par tes couroucous  jusqu’au cœur de l’été de vrais histoires d’amour.

Roberte Colonel

Publié dans textes, vidéo

Journée internationale de la femme.

 

Envie de rien, même pas envie de fêter la journée internationale de la femme, c’est tout dire.

Aujourd’hui est un jour sans rêve et sans désir sinon que celui de me laisser porter sur les vagues de la mer déserte en ce froid.
Aujourd’hui est un jour sans inspiration. Une journée où je tourne en rond, où j’attends que quelque chose se passe, sans savoir quoi.

Une journée où je n’arrive pas à me convaincre de bouger, où aucune image ne réveille en moi un souvenir à partager.

Une journée  où la seule chose que je veux entendre est celle des bruits des vagues.

Spleen du printemps qui tarde à arriver ?

Je sais seulement qu’aujourd’hui je n’arriverai à rien. Tout me semble inaccessible, alors je préfère ne pas en appeler de mes rêves et de mes ambitions.

Aujourd’hui, je reste entre parenthèses, je ne me livre pas. Donnez-moi une raison de rire et je rirai.
Donnez-moi autre chose que ces jours presque toujours pareils où malgré les livres, l’écriture je perds pied.

« Demain est un autre jour », je le pense toujours . Mais quoi faire avec les aujourd’hui d’aujourd’hui désastreux ? Roberte Colonel

Publié dans texte écris

Encore une année de plus sur mes épaules…

woman-knitting

Il n’y a que l’image qui change pour ce texte déjà paru sur mon blog !

Hier je fêtais mon anniversaire une année de plus sur mes épaules me fait penser à ses mailles de tricots est-ce ainsi que l’on tricote sa vie comme on tricote un chandail ? Je me pose la question. Je suis assise seule devant mon écran à rechercher un thème pour ce billet. Sur mon bureau règne un joli désordre de feuilles volantes,  un manuscrit achevé. 

Je me dis que ma vie est faite que des mots que j’écris récits personnel, romans, billets pour mon blog ou j’écris des mots passion qui ressemble à des mailles d’un tricot mailles à l’endroit, mailles à l’envers, et c’est ainsi que de mots en mots je traverse les années … mailles à l’endroit, mailles à l’envers, tapant sur mon clavier maille à l’endroit, mailles à l’envers tire sur la laine qui compte les jours et les années pour ne pas oublier que le temps se défile.

Ma vie est ainsi ? Un tricot qui s’allonge un peu plus chaque jour ? Avec des mailles à l’endroit et des mailles à l’envers ? Avec des mots à effacer parce que j’ai fait une erreur ? Avec des mots qui s’allongent sur mes pages blanche comme pour des projets qui n’auront été que des idées, mais qui seront restés en plan, va savoir pourquoi.

Oui, ma vie n’est autre chose qu’un long projet de mots ?  Un long cahier de mots dans lequel se glissent mes amitiés, mes rêves et mes voyages, mes chansons et mes rires, mes coups de folie et mes projets avortés, mes lectures et les jours de pluie ? Ma vie n’est qu’une longue enfilade de mots?

Et les liens avec les autres ne sont-ils pas eux aussi des mots patiemment élaborés et construits, ce qui fait parfois dire aux uns qu’ils pensent me connaître : « Je te connais comme si je t’avais écrite(e) » Aujourd’hui, malgré les années qui défilent j’aime à penser que j’ai encore beaucoup de mots à écrire devant moi.  Roberte Colonel 

Publié dans Non classé

La mi-carême

e7o39logIl est dans l’existence des moments où on oublie un peu certaines traditions et le pourquoi de la tradition. En parlant avec un ami ce matin une foule d’images  me sont revenue en mémoire au sujet de la mi carême. Je me suis rappelée des odeurs de cuisine et de mes  joies d’enfant le seule moment ou l’on me permettait de me déguisé . Cette année la mi-carême sera fêtée le Jeudi 8 mars 2018 .

La Mi-Carême est une fête carnavalesque traditionnelle, d’origine française.

Fêtée le jour arrivé à la moitié du Carême, c’est-à-dire, selon la tradition judéo-chrétienne, au vingtième des quarante jours du jeûne avant Pâques, c’est une pratique qui remonte au Moyen Âge et se perpétue jusqu’à nos jours aux Antilles, dans certains villages de France (par exemple à Équihen-Plage) ainsi que dans les anciennes colonies françaises (comme au Québec, dans l’ancienne Nouvelle-France ou à Saint-Martin). La Mi-Carême était aussi jadis en France la Fête des blanchisseuses, des débitants de charbon et des porteurs d’eau1.

Fêtée à grande échelle à Paris, la Mi-Carême a disparu dans cette ville au début des années 1950. Elle est reparue sous le nom de Carnaval des Femmes en 2009, et donne lieu de nouveau à un défilé chaque année.

Au Brésil, une fête carnavalesque ayant lieu en dehors de la période traditionnelle du Carnaval est appelée micareta, mot dérivé du français mi-carême.Origine de la Mi-Carême Aux AntillesAu CanadaÀ Paris Date Célébration Canots à glac Voir aussi Notes et références Lien externe  

Origine de la Mi-Carême

Le char automobile de la Reine des Reines de Paris à la Mi-Carême au Carnaval de Paris 1903.

À l’occasion de la Mi-Carême 1890, le journal parisien La Presse écrit2:

L’invention de la Mi-Carême est bien plus récente que celle du carnaval. On avait de très bonne heure senti le besoin d’inaugurer par des plaisirs bruyants une longue période d’abstinence ; quand la foi se fut encore affaiblie, on jugea à propos de couper par une halte cette longue période de privations : on créa la Mi-Carême. Telle est sa raison d’être évidente ; quant à la cause occasionnelle de son existence, elle est moins sûrement connue. On attribue la Mi-Carême à la coutume établie dans quelques petites villes, parmi les jeunes gens, de donner, le mardi-gras un dernier bal aux jeunes filles du pays ; celles-ci donnaient à leur tour une fête le troisième jeudi de carême.

À cela s’est joint, surtout à Paris, l’habitude parmi les blanchisseuses, de se nommer à cette époque une reine, de se déguiser et de donner un bal dans leur bateau.

Cette coutume, souvenir probable des anciens rois des métiers, s’est étendue de Paris à la banlieue et bien au delà. Dans beaucoup de villes, la Mi-Carême demeure la fête des jeunes filles.

Aux Antilles

La Mi-Carême est toujours fêtée aux Antilles par exemple en GuadeloupeMartinique3 et en Guyane française, .Au Canada Au Canada, par exemple, on célèbre toujours la Mi-Carême en cinq endroits, en Acadie, et au Québec :

Acadie (provinces Maritimes)[ dans la région de Chéticampen Nouvelle-Écoss sur l’Île-du-Prince-Édouard

Au havre de Grand Étang en Nouvelle-Écosse, il y a un Centre de la Mi-Carême qui vise à préserver cette ancienne tradition qui perdure dans la région acadienne du Cap-Breton depuis plus de 200 ans. Le Centre offre entre autres une exposition de masques confectionnés localement4.

À Cheticamp, la Mi-Carême est fêtée pendant la troisième semaine du Carême, du dimanche au vendredi.

Québec[à Natashquan,à Fatima, aux Îles-de-la-Madeleine àL’Isle-aux-Coudres(Charlevoix)

La Mi-Carême au Carnaval de Paris, appelée aussi fête des blanchisseuses, est, avec la Promenade du Bœuf Gras, une des deux grandes fêtes du Carnaval de Paris.

Date[Comme son nom l’indique, la Mi-Carême se célèbre au milieu de la période dite du Carême, une période de quarante jours de privations qui précède la Semaine sainte dans le calendrier chrétien. Constituant une pause dans l’observance austère des journées menant au dimanche de Pâques, la Mi-Carême est fêtée par définition « le jeudi de la troisième semaine entière des quarante jours de pénitence ». En faisant un simple calcul (40/2), on pourrait penser que la fête doit tomber le troisième lundi du Carême (vingtième jour à compter du Mercredi des Cendres), mais les dimanches ne faisant pas partie du carême de pénitence, il faut donc rajouter trois jours de la semaine ce qui tombe un jeudi. La pratique semble déroger à ces deux règles, puisque certaines localités choisissent une date antérieure ou postérieure au troisième jeudi ou au lundi mitoyen, et optent plutôt pour plusieurs journées de fastes culminant généralement en une grande célébration communautaire.

Célébration La célébration de la Mi-Carême ressemble notamment à celle des Mardi gras en Louisiane. À l’Isle-aux-Grues (Québec), par exemple, les hommes (et, moins fréquemment, des femmes) sont déguisés par les femmes du village qui s’investissent souvent des mois durant à confectionner de somptueux costumes. En groupes plus ou moins importants, les « mi-carêmes » défilent dans le village, de maison en maison. Ils visitent les salons et les cuisines où on leur a préparé des mets et des boissons alcoolisées. Lorsque le groupe de lurons masqués – plus ou moins éméchés à mesure qu’avance la soirée – investissent un salon en dansant et faisant toutes sortes de simagrées, les enfants encore debout à cette heure tardive, et n’attendant que ce moment, s’écrient typiquement : « les Mi-Carêmes !, les Mi-Carêmes !» – un peu à la manière dont ils s’exclameraient à la vue d’un Père Noël -, tandis que les adultes tentent de deviner qui se cachent derrière le masque (l’identité des Mi-Carêmes est un secret chèrement gardé jusqu’à la toute fin des festivités, qui durent cinq soirs). Ce n’est que lors d’un dernier tour de piste dans une grande salle communautaire le soir du samedi que les Mi-Carêmes finissent par retirer leur masques dévoilant leur identité, au grand plaisir des spectateurs. Le lendemain matin, dimanche, une messe est célébrée à l’église du village et il est de coutume que les Mi-Carêmes assistent à l’office encore vêtus de leur costume de la veille.

À Paris, la Mi-Carême est traditionnellement la fête des femmes. Après une interruption de soixante-trois ans, son cortège est à nouveau organisé depuis 20095. La Fête des blanchisseuses, baptisée Carnaval des Femmes ou Carnaval des Femmes de la Mi-Carême, a lieu à nouveau depuis chaque année le dimanche qui suit le jeudi de la Mi-Carême6.

Canots à glace On constate récemment un renouveau dans une vieille pratique alliant deux traditions, soit celle de la Mi-Carême et l’autre, non moins typique du fleuve Saint-Laurent, dite du canot à glace. Moyen de transport essentiel entre les îles du Saint-Laurent durant les long mois d’hiver d’antan, il est à nouveau coutume pour une petite flottille de canotiers à glace de Québec et des environs de franchir les ultimes champs de glaces suivant la débâcle des rivières au printemps afin de se joindre aux insulaires et célébrer avec eux la dernière soirée festive à l’Isle-aux-Grues.

Voir aussi[ Sur les autres projets Wikimedia :

 

Résultat de recherche d'images pour "image de mi-carême"Carnaval de Nantes

Notes et références[

En 1858, dans une étude consacrée à la famille d’un porteur d’eau parisien [archive], publiée par la Société internationale d’économie sociale, est mentionnée « la fête patronale des porteurs d’eau, qui a lieu le jeudi de la mi-carême. » Timothée Trimm écrit dans son article-éditorial Les festoyeurs de la Mi-Carême [archive]Le Petit Journal, 24 mars 1865, page 1, 2e colonne : « C’est donc aujourd’hui que les filles du lavoir, les débitants de charbon et les porteurs d’eau sont en liesse ; »

Article sur la Mi-Carême paru dans La Presse du 14 mars 1890 La Mi-Carême à Paris [archive], page 1, 5e colonne. Le même article reproduit dans Commons.

Vaval renaît de ses cendres pour la Mi-Carême. [archive]

Centre de la Mi-Carême [archive]

Fr.wikipadia.org/wiki/Mi-Carême