Publié dans texte écris

Le chant d’un soupir

i04jhxu9_thumb

Le chant d’un soupir

 J’ai les yeux qui se brouillent. Ils s’oublient dans le noir eux aussi. Je me perds dans des questions fades, qui n’ont pas de réponses. Je me retrouve isolée au bord de la mer où il n’y a rien. Le néant, la routine où l’impossible se mêlent autour de moi et frottent mes vêtements. Ils s’immiscent sous ma peau qui les transpire. Je suis la spectatrice directe de ce théâtre qui emmène mon cœur fatigué vers des lumières si petites qu’elles ne semblent pas exister. Et pourtant je n’ai pas le choix, je suis obligée de les suivre. D’aller vers l’inconnu. En soufflant. Puis peut-être un jour en marchant et en retrouvant mes sourires. Mes joies. Peut-être est cela, l’espoir ?  Il y aura derrière ce temps des souvenirs brûlés. Ils seront nés d’outre-tombe et viendront mourir sur la jetée. Parmi l’écume, se meurtrissant sur les rochers, ils s’éteindront. Ils se perdront à tout jamais dans la terre et le ciel, frémissants d’émotions.
Ils seront à eux seuls la composition de cette vie. Dans l’accablement et la tendresse, ils porteront leurs fleurs jusqu’aux sommets des montagnes invisibles. Il y aura derrière ce temps des souvenirs brûlés. Ces archives viendront un jour nous bouleverser. Mais pour l’instant, ils sont un frémissement d’hier, ou peut-être demain. Ils se forment dans mes annales à la plume du présent. Je les savoure à la lueur de la chandelle d’une éternité sans nom. Parce qu’ils sont ce moment. J’espère que j’ai su t’écrire comme un sourire.
Et je termine ainsi, par le chant d’un soupir, une histoire sans point, puisqu’elle n’a pu s’ouvrir. Roberte Colonel 30/10/2017

 

Publié dans Ecrivain

J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.

DE-ARQUER-BUIGAS-Cayetano-2 (1)

Beau texte de la littérature française : Robert Desnos

J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.
Est-il encore temps d’atteindre ce corps vivant
et de baiser sur cette bouche la naissance de la voix
qui m’est chère ?

J’ai tant rêvé de toi que mes bras habitués en étreignant ton ombre, à se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas au contour de ton corps, peut-être.
Et que, devant l’apparence réelle de ce qui me hante et me gouverne depuis des jours et des années, je deviendrais une ombre sans doute.
O balances sentimentales.

J’ai tant rêvé de toi qu’il n’est plus temps sans doute que je m’éveille.
Je dors debout, le corps exposé à toutes les apparences de la vie et de l’amour et toi, la seule qui compte aujourd’hui pour moi, je pourrais moins toucher ton front et tes lèvres que les premières lèvres et le premier front venus.

J’ai tant rêvé de toi, tant marché, parlé, couché avec ton fantôme qu’il ne me reste plus peut-être, et pourtant, qu’à être fantôme parmi les fantômes et plus ombre cent fois que l’ombre qui se promène et se promènera allégrement sur le cadran solaire de ta vie.

Un vrai plaisir que de revisiter de beaux textes de la littérature Française.

 

 

Publié dans texte

les chemins du bonheur …

nouvelle_image__511994

Pardon savez vous où est le chemin du bonheur qui mènent à Rome ? Rome c’est un peu loin  et n’y serais pas arrivée de si tôt !

Connaissez vous l’adage populaire  qui veut voyager loin ménage sa monture. Et qui ne doute de rien, ne se doute de rien. Alors continuez votre route ! Ne cherchez pas le chemin du bonheur, car le bonheur c’est le chemin !

Il arrive que le bonheur ce trouve à portée de main si près qu’on ne le voyais pas.

On cherche souvent le bonheur à l’autre bout du monde, pour finalement le retrouver sur le seuil de notre porte quand on revient chez-soi.

Le bonheur il est la clé de la vie. La vie est vraiment simple, mais nous persistons à nous la rendre compliquée.

Le plus souvent, on cherche le bonheur, comme on cherche ses lunettes, quand on les a sur le nez !

Texte sur une idée de citation sur le bonheur: Roberte Colonel le 22/10/2017

(Image Lucie Brunellière)

 

 

Publié dans texte

Mademoiselle Plume…

IMG_20170904_0032

Elle écrit du matin au soir Mademoiselle Plume

Elle griffonne ces silences des mots soulèvent un alphabet pour renouer avec l’écriture.

Elle dit que si toute fois ce doux billet était recouvert par l’écume de ses larmes

Elle terminerait ses derniers mots sur des soieries ourlées d’espoirs.

Roberte Colonel 20/10/2107 (illustration signée Lucie Brunellière

 

Publié dans texte

Sur une vague d’insomnie.

18766594_1448975461789317_6630958159161598696_o

Je suis allongée sur les vagues de mes insomnies

À t’aimer dans cette nuit étoilée de rêves

Attendant jusqu’au petit matin que le jour se lève

Je n’ai qu’un bagage, un encrier d’amour

pour noyer mes mots à l’encre bleu.

Un je t’aime venant dans le vent chaud de mes désirs

Fait vibrer la source de mon corps.

Je m’invente des étreintes de soleil,

Des mirages courant sur ma peau brûlante,

Le parfum assouvi de ma jouissance embaume l’air.

Un éclair, une lueur d’aurore me ramène à la réalité.

Je frissonne devant l’éphémère de mes rêves étoilés.

Roberte Colonel 18/10/2017

 

Publié dans poésie

Petits poissons rêveurs

poissons

Petits poissons rêveurs

Dans les eaux profondes nagent les poissons

Jamais les sables des rives ne les attirent

L’a parmi les coraux se donne la leçon

Comment, devant le danger, s’enfuir…

Avec le courant, ils se balancent dansant solitaire ;

D’autres cherchent parmi les soupirants

Un pour féconder, peupler la mer.

Ainsi les poissons du genre humain,

Instable ils sont, vivants sur la terre

Ils aiment l’aventure et sont malins

Mais ils se baignent dans leur chimère.

Femme poisson tendre, amoureuse,

Elle sacrifie l’amitié pour son amour,

Elle est timide mais aussi chaleureuse,

Indécise, elle fantasme nuit et jour !!!

Enfin les poissons rêvent, et flottent

Sans cesse, dans la mer des Sargasses.

 

 

 

Publié dans poèsie

Je veux vivre le puzzle de ma vie…

jardin_plantes_secondaire5_924.jpg

Ne laisse entrer dans le jardin de ta vie que ceux qui ont des fleurs à Planter. (Mazouz Hacène)

Magnifique Fleurs

Qui aide a supporté

Ce qui abîme la vie,

Je veux vivre le puzzle de ma vie

À l’envie pour cette vie.

Rester en vie

C’est aimer laisser vivre.

Je voudrais vous dire

Comme il est bon de vivre,

Comme il est bon de rire,

Comme il est bon d’aimer,

Un sourire sans naufrage

L’humour ce partage

Ou la joie se propage

Par des chemins d’ombrages

Ou il fait bon respirer

Les fleurs parfumées des allées.

Je veux vivre des bonheurs

A me couper le souffle.

J’espère en demain

Des jours de soleil

Sans regretter la veille.

Je veux vivre ma vie sans détour,

Du mal qui tourne la page.

Roberte Colonel 11/10/2017

Publié dans Ecritures

Elle pouvait noircir des pages et des pages sans s’arrêter…

yoakam-richard-2

Elle pouvait noircir des pages et des pages sans s’arrêter. Elle avait tant à dire, tant à raconter qu’elle avait peur que le moindre mot s’envole si elle ne s’en emparait pas immédiatement. Et la plume grattait avec énergie le papier. Elle raturait peu tant tout coulait de source, de façon intarissable.

De temps en temps, quand elle avait mené un paragraphe à terme, elle s’arrêtait quelques secondes, puis elle tournait la tête vers la fenêtre. Juste pour que son regard se perde dans les nuages. Juste pour ce souvenir du premier regard qu’il avait eu la première fois quand elle l’avait regardé avec autant de passion qu’il en mettait dans l’amour.

Puis les mots reprenaient leur course folle. Elle tournerait encore quelquefois la tête. Pour s’assurer qu’elle était là. Qu’elle attendait ses mots qu’il ne manquerait pas de lui écrire

Elle ne veut pas y penser, mais elle ne pense qu’à ça. Une minuscule tache sur le blanc étale de sa vie. Et elle a beau fermer les yeux, elle sait que la tache est là. Toute petite, presque invisible, mais là, présente. Sur le mur noir de la nuit, une étoile s’est accrochée.

Et si la tache sur le blanc était une étoile venue tout exprès lui dire que l’amour ne s’éteint jamais quand il reste un rayon d’espoir ? Roberte Colonel 09/10/2017

Publié dans poésie, rêve

Chimères…

bd738de3eb0d2c8255903389a0979748

Je me construis des Chimères

Je les emberlificote dans ma tête

Au fond de mon cœur d’entan

Comme lorsque j’étais enfant.

Je ne me console pas, je rêve, je rêve

Du spectacle de mes chimères

Même que je ne dors plus

Massacre et torture-la sous mes yeux

De vertiges, de questions

Il faut avouer que le rêve

N’a pas besoin de sommeil

Pour prendre place et s’agiter

Dans le dédale d’un cœur blessé.

Roberte Colonel le 9/10/2017

 

Publié dans Livres

Ne pleure pas mon ange…

images (60)

Ne pleure pas mon ange

Je vais te raconter une histoire pour que ton sourire revienne fleurir sur tes lèvres.

Il y avait dans un grand palais au bout du chemin qui mène à la montagne une petite princesse qui ne sortait jamais de chez elle. Elle ne voyait jamais personne et on lui avait interdit de se mêler aux grandes personnes. Alors la petite princesse pour se distraire avait plus d’un tour dans son sac. Elle montait sur une chaise et regardait par la fenêtre les voitures arriver dans les allées du château. Puis elle attendait que le calme revienne pour ajuster son œil dans le trou de la serrure de sa chambre. Et de là, elle pouvait observer ce qui se passait dans la grande salle à manger. Elle écoutait parler les grandes personnes.

Mais ce jour là, elle en avait eu assez de regarder par le trou de la serrure. N’y tenant plus elle décida de se faire remarquer.  Elle   chanta si fort qu’elle fut entendue des grandes personnes.

Sa maman qui la tenait enfermée a clé dans sa chambre dut se résoudre à satisfaire la demande de ses invités. Elle dut aller chercher la petite princesse qui n’en crut pas ses oreilles qu’on puisse la féliciter pour sa voix si pure. On exigea d’elle qu’elle chante encore les quelques chansons de son répertoire quelle connaissait parfaitement. Elle chanta si bien que les grandes personnes très émues de l’écouter se mirent à l’applaudir.

De ce jour la petite princesse ne resta plus jamais enfermée dans sa chambre. Sa maman dut faire en sorte qu’elle puisse continuer de chanter. Cela rendait la petite princesse si heureuse. Elle n’avait plus besoin de regarder par le trou de la serrure de sa chambre la porte restant ouverte.

-Toi mon petit ange ne pleure plus. Un jour ton tour viendra où  tes larmes cesseront de couler et comme la petite princesse tu seras applaudi pour ce que tu auras accompli de bien dans ta vie.

Les enfants cachent souvent leur chagrin au fond de leurs cœurs et n’en parlent à personne.  Un jour un miracle se produit pour l’un d’entre eux.

Souhaitons que beaucoup de miracles se produisent dans le monde pour que chaque enfant dans la souffrance puisse sécher ses larmes et devenir lui aussi heureux.

Roberte Colonel 28/08/2017

Publié dans Auteur, textes

Moi les mots, j’aime bien…

17504523_10210817157338542_6764337323864651178_o

 » Moi les mots, j’aime bien. J’aime bien les phrases longues, les soupirs qui s’éternisent. J’aime bien quand les mots cachent parfois ce qu’ils disent ; ou le disent d’une manière nouvelle. »Grégoire Delacourt

Aujourd’hui l’écrivaine a revêtue d’autres habits que ceux qu’elle porta de long mois pour se mettre au diapason d’une histoire virtuelle qu’elle mena avec frénésie jusqu’ à la fin de ce long voyage d’amour, de rebondissements en tout genres. Elle s’était oubliée dans des vêtements trop incommodants pour elle.  Son imaginaire dévorant l’avait portée vers un univers si captivant d’amour qu’elle fut éblouie par l’homme qui l’accompagna tout au  longs des mois dans ses écrits.

Elle s’était laissée griser au travers d’un amour si particulier qu’ils décrivaient …

Aujourd’hui elle se réapproprie ses propres habits, ceux taillés à sa mesure et qui lui vont si bien. Le réel lui est plus confortable.

Ils vont porter prochainement cette histoire aux lecteurs  où s’entremela le réel et l’irréel de leur propre vie. Pour autant elle, elle n’abandonnera pas cette grande amitié venue des jolis mots qu’ils ont écrit ensemble à deux mains.

Ils reecriront dans les prochains jours sans doute d’autres mots où s’entremêleront toujours amitié, confidences mais où l’amour passion ne sera plus leur sujet principal.

L’écrivaine aujourd’hui est heureuse de retrouver ses mots nouveaux à elle pour décrire la beauté des fleurs, des oiseaux, de la mer, de son environnement qui la passionnent tant.

Roberte Colonel le 1/10/2017 Photo (Marie Blanche Muller.)