Publié dans poésie

Hier au soir…

299673fm7cnluf

Hier le vent du soir, dont le souffle caresse,

Nous apportant l’odeur des fleurs qui s’ouvrent tard;

La nuit tombait; l’oiseau dormait dans l’ombre épaisse.

Le printemps embaumait, moins que votre jeunesse;

Les astres rayonnaient, moins que votre regard.

Moi je parlai tout bas. C‘est l’heure solonnelle

Où l’âme aime à chanter son hymne le plus doux

Moi je parlais tout bas. C’est l’heure solonelle

Voyant la nuit si pure et vous voyantsi belle

J’ai dis aux astre d’or: vesez le ciel sur elle

Et j’ai dis a vos yeux: Versez l’amour sur eux.

Victor Hugo : Les contemplation

altes Buch mit Tusche und Feder

Cette poésie de Victor Hugo

N’est pas de saison

Pas plus que ne l’est la rose

que j’ai plaisir a vous offrir.

Rose fleur éternel de la passion

Dans les pas de l’amour

Elle surprends les amants

A leur corps défendant

La rose s’offre a vous en toute saison .

Roberte Colonel