Publié dans Amitiés, et poèsie

Au coeur de l’incertitude…

au-coeur-de-lincertitude

A mon ami fripon

Il avait toi, et moi, lorsqu’ici nous étions à rimer

Puis, sans que j’en connaisse la raison tu es devenu insaisissable.

Tu es partis en laissant dans ma vie les traits de ton passage.

Les cicatrices d’une amitié qu’on clamait trop fort.

Tu as gravé ton image ami des toujours

Dans les mots que tu semais.

Malicieux, tu vivais ta vie a contre temps

Et tes rimes mimaient ce que disaient les vents.

Tu me disais que ton absence n’était que passagère et que

Le bonheur en vainqueur viendrait un jour reprendre ses droits.

Ami, je le sais tu ne faisais parti d’aucun ordre rangé.

Au cœur de l’incertitude il y a toujours l’espoir si fragile soit-il a réinventé.

Roberte Colonel