Publié dans citation, poèsie

Tous les deux…

tout-ce-qui-manque-naturellement

« Lamour, tu sais, ce dont il a le plus, besoin c’est l’imagination. Il faut que chacun invente l’autre avec toute son imagination, avec toutes ses formes et qu’il ne cède pas un pouce de terrain à la réalité ; alors là, lorsque deux imaginations se rencontrent…il n’y a rien de plus beau »… Romain Garry

Tous les deux,

Tous les deux on ressemble aux mauvaises herbes.

Tous les deux on s’accroche l’un à l’autre, on enserre nos bras tel le lierre

Qui, de ses tiges poussent et s’entremêlent, au pied de l’arbre solitaire.

Tous les deux on se contente de peu, juste de voire briller le soleil.

Tous les deux nous sommes à l’écoute du chant des oiseaux le matin au Réveil.

Tous les deux on s’accroche amoureusement aux branches de notre vie.

Tous les deux on pense le soir à l’autre déjà endormi dans son lit.

Tous les deux on s’aime et on s’échange de tendres mots

Ou tout tourne autour de nous à l’orée de notre histoire.

Tous les deux on s’écrie dans la nuit noire de sublimes poésies.

Nos envies affriolantes font vibrer nos deux corps de leurs désirs,

Où les choses ne parlent qu’à tous les deux quand on ferme les yeux.

La nuit noire nous pensons qu’à tous les deux oubliant nos déboires

Pour ne concevoir que des lendemains plein d’espoir pour tous les deux.

Roberte Colonel