Tournons la page…

13006627_1694670814127305_8767581340015243376_n « Tournons la page, apprécions chaque minutes de notre vie. Demain il sera peut être trop tard pour en profiter. Laissons de coté ce qui nous a blessés et laissons la place à notre bonheur retrouvé. La vie est un défi constant, mais cela vaut la peine de l’accepter. La vérité est qu’il n’y a pas de meilleur moment pour être heureux que le moment présent. » Roberte Colonel

 

 

Je viens de loin…

 

je viens de loin

 

Mathilde Planchon une fabuleuse rencontre avec laquelle j’ai pu dialogué, échangé sur ses projets,  elle désirait absolument lire « Passion Sur Internet » nous avons donc échangés nos livres. Les dédicaces c’est cet échange entre auteur qui font que des amitiés se créaient et se poursuivre ors lieux des dédicaces avec échanges d’adresses facebook où autres.

Mathilde écrit sa poésie, elle amoureuse des mots, de théâtre, elle écrit sa destinée. Une écriture puisée au plus profond de sa différence révélant son regard sur la vie. A partir de poème éponyme « JE viens de Loin «Marion Casabianca, comédienne, à réalisé un court métrage avec l’auteur comme actrice-interprète. D’une grande sensibilité, le film a été diffusé dans les salles MK2 et a été primé dans de nombreux festival. Il est lauréat du prix d’or du festival EOP 2013. Découvrez le film sur jeviensdeloin.com

De Mathilde une poésie parmi une centaine d’autres publiées aux éditions Ed2A

Laissez-moi vous voir

On ne se connaît pas.

J’ai besoin de vous voir.

Un peu plus près.

Je suis prête à mieux vous connaître.

Même si vous détestez la différence,

Laissez-moi voir votre visage et votre sourire

L’amitié pour moi existe.

Regardez-vous !

J’ai l’impression que vous avez peur

Alors que tout est là.

Je rêve de vous à chaque seconde.

Il ne me reste que vous

N’ayez pas peur.

Je vous conduirez à la tolérance et à la paix

Laissez tout tomber et venez.

Laissez-moi-vous voir.

Votre regard !

Laissez-vous aller sur la musique qui est en vous.

J’espérais que vous auriez une faiblesse, pour moi.

J’espère que votre égoïsme s’arrêtera.

J’espère qu’on pourra se comprendre.

Nous sommes tous différents.

J’ai besoin d’amour.

Sans votre tolérance

Je suis foutu.

J’ai besoin de tendresse,

D’espérance et

De beaucoup d’amour

Mathilde Planchon

 

 

Article de presse…

Roberte Colonel publie « Passion sur internet « , un sujet brûlant d’amour, chez Ed2A. Dédicace dimanche 26 juin à Bassan (34) parmi « les arts au soleil »

A la rencontre de Roberte Colonel, auteure et blogueuse

Photos valras mai 2009 009.jpg

 

 

Une vie déchirée

1941, Roberte naît le 6 mars à Paris. 3 ans plus tard dans les tourments de la guerre, elle est retirée à la garde de sa mère.
C’est ainsi que commence une histoire faite de manques, de détresses et d’interrogations.
Elle grandit de famille d’accueil en famille d’accueil, sans réponse sur ses origines.
De santé fragile, ses études sont modestes, et pâtissent de ses absences

Aussi loin qu’elle s’en souvienne son cahier d’écolière recueillait ses confidences, ses rêves secrets, et abritait son monde imaginaire. L’écriture était déjà une échappatoire à la solitude morale, à la souffrance psychologique.
L’apprentissage de la vie sans repères familiaux, le mariage, les enfants, le travail avec son conjoint, son fidèle soutien, ont été son université, et fait sa richesse.

 

img058

1999, Roberte entreprend des démarches compliquées pour retrouver sa mère.

« J’ai pressenti très tôt que des événements me manquaient, et que trop d’amour me liait depuis toujours à ma Maman. Il m’était impossible de laisser dormir mon dossier d’abandon et de souffrir sans savoir. Je vais donc entreprendre en 1999 des recherches douloureuses, longues, et obstinées, qui vont faire ressurgir des souvenirs qui m’aideront à faire de mon passé une merveilleuse histoire d’amour entre Maman et moi.
Preuve que le sentiment inassouvi et la volonté d’aimer peuvent mener à la vérité. »

La recherche de ses origines la conduit hélas jusqu’à une tombe.
Trop tard , les retrouvailles n’auront pas lieu !

« Ferai-je un jour mon deuil de Maman ? Je n’en n’étais pas encore là. Ma douleur de ne pas l’avoir retrouvée de son vivant empêche pour l’instant ma complète guérison.
Ceux qui auront vécu de semblables événements comprendront-ils que l’on ne peut se débarrasser de ses maux, de continuer une histoire sans savoir précisément où celle-ci a débuté ! »

 

FAM-1

2002 Roberte publie son premier ouvrage, « Où es-tu Maman »,
fruit de cette quête douloureuse
2005 paraît le roman « le sac à dos »

 

Une retraite apaisée et créative

p1000364.jpg

 

2006 : L’heure de la retraite est arrivée, le couple s’installe dans le Sud, et Valras petite station balnéaire dans l’Hérault devient un havre de paix.

Depuis sa venue en Languedoc, Roberte Colonel, profite de la nature environnante, de la Mer, en toute liberté et découvre l’usage d’internet. C’est ainsi qu’elle créé un blog sur lequel elle publie ses réflexions, ses poèmes, partage des citations, et se découvre des amis virtuels

« Une grande amitié est née entre nous. De là Charef Berkani (algérien, vivant sur un autre rivage) m’a dit qu’il aimait ce que j’écrivais et qu’il aimerait que l’on joigne nos noms dans un livre commun, puis s’en est suivi le choix du thème et la mise en place de « Passion Sur Internet. »

IMGP0099

2016 : rencontre avec Jacques Nain des Editions2A, et publication de « passion sur internet »

L’écriture est devenu le quotidien de Roberte depuis qu’elle est à la retraite.

La rencontre  sur internet de Roberte Colonel  avec Charef Berkani , poète algérien, blogueur international, marque le renouveau dans son inspiration et son écriture, et réveille son désir d’être éditée et reconnue.
Ensemble ils vont inventer une épistolaire histoire d’amour , par delà la mer, faire vivre une relation entre internautes et créer « passion sur internet ». Une nouvelle, une fiction très proche d’une possible réalité, qui fera vivre aux protagonistes une brève et dévorante passion .

 

Quelques lignes pour donner envie de lire:

13177877_1096094690446791_4554656678166907510_n

« Es-tu toi aussi, au bord de la mer, de l’autre côté de cette immensité qui nous sépare l’un de l’autre? As-tu une pensée pour moi? mon âme est si tourmentée… »
Entre Marie et Augustin:
« Qu’il est doux ce moment, se dit-elle où tout change dans notre vie. Ce moment magique, d’une tendresse inouïe, où les « je t’aime » sont des caresses qui enivrent et ne laissent de place pour d’autres mots aussi beaux…Augustin lui apporte encore les plus jolis mots, ceux que lui seul peut écrire et ne partager qu’avec elle:
«Une averse de baisers échoue sur la grève
agitée par le feu qui embrase mes rêves
les grains exaltés fouettent mon visage
deux coeurs de sable naissent sur le rivage … Augustin »

 Cyntiade des Editions Ed2A et Roberte Colonel

dscn1870

Un avenir empli de promesses

Le travail continu en collaboration avec Charef Berkani, auteur algérien.
La suite de « Passion sur internet » est en cours d’écriture.
Les négociations pour la réédition de « où es-tu maman » sont en cours avec les Editions Ed2A
Le manuscrit de « mon identité volée » est prêt.

Le blog  https://marieliane.wordpress.com    
attend les commentaires et les échanges entre internautes.
http://alexandra20ans.wordpress.com/ 

Actualité

Dimanche 26 juin 2016
rencontre /dédicace à Bassan (34) sur l’esplanade
lors de la journée festive et culturelle « les arts au soleil « de 9h à 17h

Partager :

Navigation des articles

Ce fut un dimanche très ensoleillé, un moment très agréable de partage avec d’autres auteurs, des lecteurs, des artistes du Languedoc Roussillon venus exposés leurs oeuvres.

Les souvenirs effacent l’oubli

09100707531639804594752

Pages blanches, pages chiffonnées,

ou pages déchirées,

Les souvenirs effacent l’oubli.

Elle a bu ses mots d’amour,

 En écoutant la mer chanter,

Avant que l’aurore du jour

Ne vienne tout effacer.

Elle a vécu des nuits torrides

ou son corps était fleurs

Et son cœur rempli de vide

Ne rêvait que d’êtres ailleurs.

Du septièmes ciels précaires

Qui s’efface avec l’âge

Des amours si éphémères

dont elle a déchiré les pages.

 Dans sa tour d’ivoire

Dans ses secrets innavoués

Elle garde toujours la mémoire

De ces nuits qu’on dit d’orage,

Les promesses d’un si bel été

Pour son grand amour secret.

 Roberte colonel