Ma chère maman…

wild-flowers-849401_960_720

 Ma chère maman tu es là haut parmi les étoiles qui illuminent ma vie.

Mille fois j’ai essayé de lâcher ta main sans jamais y parvenir.

Il m’arrive de te confier mes secrets comme lorsque j’étais une petite fille.

Il y a dans mon cœur encore tant d’amour pour toi.

L’ors ce que ma vie devient trop dur à supporter,

je voudrais que tu sois près de moi

Tu étais  ma douce maman, tu m’as tant manquée.

Depuis toujours, je n’ai fait que t’imaginée, il m’était difficile

De croire que tu avais pu me laissée dans cette famille,

Qui n’eurent de cesse de me dire que tu m’avais abandonnée.

J’ai cueilli ces quelques fleurs des champs pour toi Maman

 Tout me rappel aujourd’hui que je n’ai jamais été autorisée

A te dire ces quelques mots : « Bonne fête maman. »

Publicités

Quand le bonheur nous inonde…

amour lois et clark 20 (1)

Nos Deux corps frissonnent de désirs

Quand nos lèvres se cherchent ,

 Nos coeur bouillonnent de plaisir

 Et le bonheur nous inonde.

On oublie vite l’ombre

Et tout ce qui est sombre.

 Au creux de nos bras

 Nos cœurs battent à l’unisson.

 Quand le soleil luit,

L’amour nous ressemble,

Miroir de nos émotions

Il y a toi et toi et moi à l’unisson.

Roberte Colonel

 

Tu voulais me conter fleurette ?…

12573189_1726244804328502_8919991277084780456_nNos pétales se frôlent,  se cherchent

Pour un baiser tendre et parfumé.

Tu voulais me conter fleurette ?

Je t’aime un peu, beaucoup,  passionnément.

Et toi, comment m’aimes tu ?

Un peu, beaucoup où pas du tout ?

Tes fines tiges te font pencher la tête

Sans doute voudrais-tu m’embrasser ?

Attention! Il y a danger tu pourrais tomber.

Il fait un peu frisquet ce matin.Tu trembles ?

Viens là au soleil te réchauffer!

La brume recouvre la forêt,

Et la rosée perle sur tes pétales

Fines comme de la soie argentée.

Suivons notre destin ma douce beauté,

Partons sur les chemins enchantés

Vivre  sans danger en toute liberté.

Roberte Colonel    (Photo ~ Wayne Muller ~)

Passion sur Internet…

passion sur internet 001 Sortie ce jour du livre « Passion Sur Internet »

 

L’amitié n’est pas un vain mot. Au détour de notre rencontre sur notre blog Charef Berkani et moi même avons décidé de joindre nos écrits et notre amitié à la réalisation d’un projet commun : l’écriture d’une nouvelle. La tâche d’un écrivain est aussi de donner une autre possibilité, une autre intelligence aux mots ainsi est née « Passion Sur Internet ». Paru aux Editions ED2A Une suite a ce livre est dors et déjà encours d’écriture.

Nous vous souhaitons de découvrir notre livre « Passion sur Internet » dans toutes les librairies ainsi que chez Amazon.fr

Mon jardin secret…

13010642_1767529043533411_7036155471596120059_n

Ma vie est pleine de moments magiques, et

J’attends patiemment qu’ils viennent à moi.

Aujourd’hui tout me semble être

Dans cet univers, un tendre jardin secret.

Mon cœur aussi fragile que les ailes de la libellule

Je frémis de bonheur à tes douces caresses,

Je te rejoins sur  les rives de tes désirs

Tel un roseau léger qui me frôle

En dessous du ciel immobile,

 Sous un soleil Printanier.

Tu donnes à  ma vie un bouquet de fleurs parfumées.

Un champ de blé frissonnant de coquelicots et de bluets.

Un souffle posé, un grand collier d’air,

Nos deux corps amoureux ondulent de plaisir

Sous l’impulsion de nos désirs avoués.

Roberte Colonel

~ Image par Magdalena Wasiczek

Victor Hugo: lettre à Juliette Drouet …

lettre-d-amour-pour-exprimer-des-sentiments

« J’aime cette lettre qui prolonge le mystère d’une belle nuit d’amour, loin du tumulte, dans le silence. »

C’est pour honorer la nuit qui les rapprocha huit années au paravent que Victor Hugo envoie cette tendre lettre à Juliette Drouet

Nuit du 17 au 18 février 1841

T’en souviens-tu, ma bien-aimée ? Notre première nuit, c’était une nuit de carnaval, la nuit du mardis-gras de 1833. On donnait je ne sais dans quel théâtre je ne sais quel bal où nous devions aller tous les deux, et où nous manquâmes tous les deux. (J’interromps ce que j’écris pour prendre un baiser sur ta belle bouche, et puis je continue.) Rien, — pas même la mort, j’en suis sûr, — n’effacera en moi ce souvenir. Toutes  les heures de cette nuit-là traversent ma pensée en ce moment l’une après l’autre comme des étoiles qui passent devant l’œil de mon âme. Oui, tu devais aller au bal, et tu n’y allas pas, et tu m’attendis, pauvre ange que tu es de beauté et d’amour. Ta petite chambre était pleine d’un adorable silence. Au dehors, nous entendions Paris rire et chanter et les masques passer avec de grands cris. Au milieu de la grande fête générale, nous avions mis à part et caché dans l’ombre notre douce fête à nous.  Paris avait la fausse ivresse, nous avions la vraie.

N’oublie jamais, mon ange, cette heure mystérieuse qui a changé ta vie. Cette nuit du 17 février 1833 a été un symbole et comme une figure de la grande et solennelle chose qui s’accomplissait en toi. Cette nuit-là, tu as laissé au dehors, loin de toi, le tumulte, le bruit, les faux éblouissements, la foule, pour entrer dans le mystère, dans la solitude et dans l’amour. Cette nuit-là, j’ai passé huit heures près de toi. Chacune de ces heures a déjà engendré une année.  Pendant ces huit ans, mon cœur a été plein de toi, et rien ne le changera, vois-tu, quand même chacune de ces années engendrerait un siècle.

altes Buch mit Tusche und Feder

Cas unique dans la littérature Française, Juliette Drouet, la maitresse de Victor Hugo, aura reçu et écrit plus de lettre que l’épouse de l’immense écrivain. Cinquante ans de lettre de passion historique retracent cette grande histoire d’amour, à l’image d’un serment de renouvellement d’une passion qui n’a jamais pu s’officialiser.

L’inspiration sera t-elle toujours au rendez-vous?

hans-peter-szameit

L’inspiration sera t-elle toujours au rendez-vous?Les histoires s’éclipsant et les mots manquant difficile pour moi de l’imaginer. A court de mots. Trop souvent. Et pourtant tout à dire. Du moins le croire, malgré le silence qui prend toute sa place, malgré les mots qui se dérobe, les alinéas qui s’imposent , les petites histoires quotidiennes dont on voudrait rendre compte, mais dont à échappé le fil et qui se sont envolées. Tant à ne pas dire, aussi. pour éviter les drames, les interprétations, les doubles sens, tous ces regards qui détournent les phrases. Ecrire dans sa tête, qui ne marche plus très bien pour que la vie ne s’échappe pas tout à fait. Avoir ce désir d’assembler des mots, de créer des histoires, des images. Sentiment de liberté. D’intense liberté. Porte ouverte sur ciel qui prend des couleurs. Les oiseaux qui mêlent leurs voix. la petite flamme de l’écrivaine se réveille. Elle fait ce qu’elle à de mieux à faire: Elle écrit. texte Roberte Colonel

(Peinture Hans peter Szameit)