Gentil coquelicot mes dames…

 

un-coquelicot-1992339074-1466641

Symbole d’ardeur fragile, dans le langage des fleurs, le coquelicot signifiera:  » Aimons-nous au plus tôt. Le coquelicot annonce aussi une promesse de loyauté et de fidélité, malgré le côté éphémère des sentiments et de la beauté qui passe, les noces de coquelicot annoncent huit années de mariage. Dans le langage des fleurs, le coquelicot exprimera également un désir de quiétude et de réconfort. Le coquelicot  symbolise « l’ardeur fragile » l’apaisement, le repos.

Cher coquelicot tu restes un de mes plus merveilleux souvenir d’enfance avec cette ronde enfantine :

Gentil coquelicot mes dames

Je descendis dans mon jardin

Je descendis dans mon jardin

Pour y cueillir du romarin.

Refrain :

Gentil coquelicot, Mesdames,

Gentil coquelicot, nouveau.

J’en avais pas cueilli trois brins

J’en avais pas cueilli trois brins

Qu’un rossignol vint sur ma main.

Refrain

Il me dit trois mots en latin

Il me dit trois mots en latin

Que les hommes ne valent rien.

Refrain

Et les garçons encore bien moins

Et les garçons encore bien moins

Des dames, il ne me dit rien.

Refrain

Des dames, il ne me dit rien

Des dames, il ne me dit rien

Mais des demoiselles beaucoup de bien.

Refrain.

 

Publicités

Amour ! quel est le + important? Amitié!

2454358299_1

 

Il est des amours comme des amitiés, parfois lorsque l’on se quitte on ne peut le faire qu’avec difficulté.  J’ai besoin de ton épaule pour y déverser mon trop plein d’amitié puisque que d’amour je ne puis plus parler. Je peux me passer  de ton amour si je garde ton amitié. Mais es ce si facile que je l’imagine ? Amour, Amitié deux mots commençant par la même lettre comme c’est étrange! Es ce que l’Amour serait si proche de l’Amitié que je n’y ai pensé ? Les poètes clament souvent ces deux mots : Amour, Amitié. C’est peu dire que ces deux mots se confondent parfois. Lorsque l’un déserte, l’autre prend place.  Et vis versa !  Quand le A de l’Amitié est si grand  il laisse dès lors sa place  au grand A de l’amour.  Comment reconnaître le grand A de l’amitié si proche de celui du grand A de  l’amour ? J’ai beau tourner dans tous les sens mes deux grands A que je m’y perds. Amour, Amitié comment puis je faire pour ne plus vous confondre ? Laisser filer le grand A de  l’amour qui n’est plus, et accepte  celui du grand A de l’amitié qui va le remplacer. Voilà, l’ultime solution c’est qu’ il sufisait simplement de savoir  les séparer.

Roberte Colonel

L’amitié est le seul sentiment plus fort que l’amour, même s’il ressemble à l’amour dépouillé de l’attirance physique. (Nicolas Hulot)

La vie est devant moi…

.1916850_1059011700808886_1310725809772716109_n

Je m’absente pour une semaine de vacance. A très bientôt de vous retrouver.

La vie est devant moi comme un éternel printemps avec de nouveaux vêtements et brillant.
~ Carl Friedrich Gauss

« La guérison est le voyage. La destination est toi-même. »

« La pleine reconnaissance de tous les différents aspects de vous-même votre joie, votre tristesse, votre douleur, votre plaisir-tous vont vous conduire à la source de qui vous êtes.

Seulement en ayant des relations intimes avec cette source elle seule peut te faire découvrir la plénitude de ta vie. Seulement en apparence sans peur dans ce que tu peux embrasser le paysage de ta vie et t’ouvrir complètement à tout l’amour et la compassion qui vit à l’intérieur de toi. »   ~ Philip berk…

(cette citation copièe sur le blog de Simone Prilongan)

Image:  https://www.facebook.com/%E0%A5%90-Nature-Heals-Nature-Reveals-%E0%A5%90-729612107082182/?fref=nf:

 

Derrière chaque déception…un nouvel espoir de recommencement.

derric3a8re-chaque-dc3a9ce-ption

« Derrière chaque déception, chaos ou échec se trouve un nouvel espoir de recommencement.  »

Et soudain, un orage creva sur la ville et sur la mer. Claire se réfugia dans un de ces abris de terrassiers en bordure de la place de la République. Elle n’était pas seule dans la baraque. Des ouvriers du chantier l’y avaient précédé, cinq en tout, et Claire sortit son paquet de cigarettes achetées le matin même sur la place de la République. Elle en offrit autour d’elle, poussée par un besoin confus de se sentir à l’aise devant ses visages qui l’observait dans l’ombre tous les hommes sauf le plus jeune s’étaient assis sur des madriers, en attendant la fin de la pluie. Quelqu’un lui demanda :

– Vous n’êtes pas d’ici ?

– Non, de Paris !-

– Ah ! Paris…dit la voix comme s’il avait cité un pays exotique, une contrée fabuleuse.

Mais Claire fut heureuse de cet intérêt, elle éprouva un sentiment qui ressemblait à de la reconnaissance, elle eut envie de parler d’elle, de convaincre ses compagnons de hasard qu’elle était digne de leur estime, de leur amitié !

De nouveau elle avait peur. Peur de cette solitude marécageuse dans laquelle, elle allait replonger.

Lorsque la pluie cessa, les hommes sortirent, reprirent leur place dans la portion de chaussée qu’ils défonçaient. « Attention travaux ! » Délavée la plaque noir et jaune luisait. Elle s’arrêta au coin de la rue posa un denier regard en direction des ouvriers. « Vous n’êtes pas d’ici ? » Non ni d’ici ni de nulle part ! Elle se souvenait de la voix grave, fraternelle, qui lui avait posait cette importante, cette décisive question, mais sur l’instant elle n’en n’avait pas compris le sens caché, le sens véritable. Convaincue de n’être jamais au bon endroit elle sentait au fond d’elle même qu’elle n’était de nulle part et que c’était son destin à elle que d’être toujours redevable à ceux qui l’approchait. Rien ne se passait jamais comme elle l’avait souhaitait, ni projetée, et aujourd’hui son amour pour Pierre venait de voler en éclat. Elle se souvenait encore de ses nuits ou il venait la retrouver, de son halètement dans le plaisir, de cette respiration précipitée qui était comme la respiration même du monde avec ses soleils solitaires, tournant dans l’épais velours de leur éternité.  Elle se disait que certaine nuit elle avait eu tellement envie de lui qu’elle se tournait, se retournais dans ses draps, qu’elle allait même sur la terrasse avec l’espoir qu’il serait là en bas, et qu’elle n’aurait qu’a l’appeler pour qu’il la prenne dans ses bras. Jamais un homme ne l’avait attiré ainsi soumise aux caprices de son amour dont l’étrangeté même la subjuguait.

Cet aveu la laissa désemparée comme s’il lui donnait conscience de vivre dans un monde inventé, sans fondations réelles et qui pouvait se renverser au premier choc.

Texte Roberte Colonel

Libellule…

74459158libellule-jpg

Libellule,

En te voyant toute belle

Blanche dans ta robe azur

Aussi légère que le vent

Tu es venue te poser sur ma main.

Tu m’as dit que la vie était belle,

Que si je traversais une mauvaise période

De ne pas me laisser abattre,

De ne pas tomber

Dans une quelconque addiction.

Nymphe parmi les nymphes

Tu voyais en moi mon potentiel,

Ma capacité à réagir.

Il me fallait juste croire en moi.

Gardienne de mes rêves

Tu passes ton temps sur l’eau.

Tu virevolte sur les roseaux,

 Sur les nénuphars.

Tu es si belle et si légère

 Tu embellie le paysage.

De tes ailes de dentelle

Tu me délivre ce message :

Accomplir ce que je désir

Vivre ma vie.

Laisser passer le monde frivole

Changer la scène et le décor,

Ne plus laisser mon esprit s’égarer

Dans des chimères dorées.

Libellule reprend tes ailes azurées,

Moi j’irais sous un ciel plus frais

Et plus léger,

 Je suis, à ce jour, apaisée.

 Roberte Colonel

Image et inspiration:http://www.divinatix.com/superstition/les-pouvoirs-libellule/

N’ignore jamais une personne qui t’aime…

faire-confiance-a-un-menteur-1170000230_545x341

 N’ignore jamais une personne qui t’aime,
Une personne qui s’inquiète pour toi,
Une personne qui t’ouvre tout grand son cœur,
Car un jour tu te réveilleras et te rendras compte
Que tu as perdu la lune en tentant de compter les étoiles.

L’amour est douloureux

parce que le bonheur est intimement lié à la souffrance…

L’amour ne veut pas la durée, il veut l’instant et l’éternité…

Je ne t’aime plus es ce la vérité ? Mensonge tu le sais.

Dans le sombre d’un mensonge en réalité

Se balance une tristesse excessive

 Alors qu’un fil nous retient encore relié

 même lorsque la trahison

Et la déception est commise.

Pourtant, un amour fort arrive à pardonner.

Il  dépend de l’intensité de l’amour

Et de l’aveuglement à aimer.

On peu, ne plus s’aimer d’amour,

Simplement d’amitié toujours.

« Roberte Colonel »

Ephémère…

1d93c7d34cf0267b67900adfc4c5dbb6Oh ! Combien   l’amour est éphémère.

D’ombre, d’illusion,  d’espoir, et de chimères.

Ces souvenirs qui  sont évanescent

disparaissent graduellement.

Ils deviennent flous, insaisissables, éphémères.

Les grands bonheurs,

Sont pires que les grands malheurs.

Cet amour que l’on voulait éternel

N’emporte avec lui  que le souvenir de bonheur.

Au-delà du temps, les serments

Qui brillaient de milles éclats dans le firmament

Ne  Subsistent  plus.

La force des sentiments  s’effaceront sous l’effet du temps

Ainsi va la vie, une succession de faibles étincelles

Qui disparaissent et meurent à  l’instant même où elles naissent.(Roberte Colonel)

Inspiré d’une poésie de Ernest PARDO :Vie éphémère et sentiments éternel