La déchirure…

femme-assise-sur-le-sable-au-bord-de-la-plage-1560x1037

Bouleversée par un passé qui n’est plus, Marie à poser délicatement leurs mots, leurs histoires sur les vagues bleu de la mer. Le vent se chargera de les faires naviguer jusqu’à lui sur  l’autre rive, de l’autre coté. Elle regarde les flots  emporter un a un leurs souvenirs. Quelques larmes s’échappent de ses yeux, roulent sur ses joues, sur ses lèvres. Elle savait que leur histoire était folie. Absorbée par le roulis sans fin elle pense à tous ces mots, à l’histoire si belle qu’elle venait de traverser pendant des mois en sa compagnie, à toutes les images qu’elle avait conservées de lui. Marie aurait aimé en garder la trace ailleurs que dans sa mémoire. Tous ces mots elle ne les écrira plus jamais. Augustin ne la comprend plus. Leurs échanges sont définitivement rompus. Elle sait maintenant que sans lui, elle ne sera pas bien. Elle doit s’abandonner à une autre vie,  à tout ce quelle s’était empêchée de vivre, retenue par une sorte de peur qui peu à peu prends moins de place. Cet amour qui était arrivé par des chemins détourné est terminé. Il en est ainsi. Elle doit se résoudre à faire le deuil de cet amour improbable, de cette relation insensée.

Surtout ne pas se retourner, souffrir en silence et ne rien oublier.

L’espace d’un instant, le temps se fige autour de Marie. Les roulis de la mer, l’ombre d’un nuage qui filtre sur le sable, le chant d’un oiseau au loin… toutes ses sentions l’assaillent comme dans un rêve ou l’espace et le temps n’a ni substance, ni réalité. Augustin lui a dit : « le roman d’amour entre nous c’est de l’histoire ancienne définitivement close. »

Marie cligne des yeux, secoue légèrement la tête comme pour retrouver ses esprits. A présent, ce tableau idyllique lui semble faux, le simple fruit de son imagination, le songe d’un jour de pluie au printemps, qui ce termine dans la déchirure.  Roberte Colonel

Ce passage termine une nouvelle à paraître écrite à quatres mains avec Charef Berkani. (photo par Jeanmarc)

Publicités

Auteur : marieliane

Auteur de trois livres « Où es tu maman" livre document éditions Michel de Maule" et Grand Caractère". "Le Sac à dos Éditions Grand Caractère" Passion sur Internet" Avec la participation de Charef Berkani Éditions Ed2A Un roman "Le Sac à Dos" dont l'intrigue se déroule en montagne précisément à chamonix. "Le Sac à Dos" est paru aux éditions Grand Caractère. J'aime les belles ballades en montagne mais aussi dans les sentiers de ma région du Languedoc Roussillon. J'aime l'écriture et l'échange avec mes amies blogueuses.

13 réflexions sur « La déchirure… »

  1. Bonjour marieliane,
    Une histoire parmi tant d’autre…Comment rester insensible à la fin d’un amour ? ! Bien souvent douloureux pour l’un des deux…Ainsi va la vie…
    Bonne journée marieliane
    🙂

  2. Bonjour fanfan
    Oui ainsi va la vie je pense en effet que se soit sans doute difficile pour celui qui reste en chemin. Ici ce n’est que de la littérature.
    Bonne journée a vous.

  3. C’est triste pour Marie, Mais c’est le destin des femmes qui tombent amoureuses, alors qu’elles ne le devraient pas, ce que je trouve triste, c’est que cet Augustin est méchant, une histoire d’amour ca se termine bien, quand on y met fin, il y a longtemps que l’amour a disparu. Bonne journée a vous ma chere Roberte

    1. J’aime bien comme tu analyse mes écrits… Tu as raison cette histoire avait si bien commencée qu’elle aurait du se terminer de belle manière. Mais l’écrivaine que je suis aime bien aussi qu’il se passe quelque chose d’exceptionnel pour passionner son lecteur.
      Bon après midi Laurent.
      Ballade Où ski ?

      1. La semaine non, je suis occupé, je ne peux que skié que le week end, sur mes videos tu a les dates et l’heure en plus du gps,et la ca part pour 7 semaines plein gaz. mais j’aurais quand meme mes weeks ends, heuresement mdr, j’ai reussi a limité mes semaines a 35h, l’autre il a pété les plombs, il me voyait a 40h, quand je lui ai dit ok, mais tu me payes les heures sups, il a dit non mdr, bon 35h alors pas plus.

        Pour en revenir au texte, moi j’aime les histoires qui finisse bien aussi, terminer sur une lueur d’espoir, ou que la vie peut etre merveilleuse quand on a trouvé la personne qu’il nous faut. Comme tes contes que tu nous avaient écris, moi j’avais adoré personnellement. Après j’imagine que c’est tout une mise en ooeuvre, une psyché, un etat d’esprit. Bonne fin d’apres midi a toi, sous le vent de folie j’imagine ici ca fait peur, je n’arrivais meme pas roulé droit avec la voiture.

      2. Laurent j’aurais aimé que l’histoire ce termine bien mais j’ai écris une nouvelle avec un ami qui sera sans doute publiée prochainement et je laisse dans les dernières lignes du manuscrit une lueur d’espoir qu’un jour peut être le destin les réunissent. J’écrirais d’autres histoires plus gaies. Cela me changera de la poésie. Bonne soirée Laurent

  4. Il est vraiment rare qu’on se quitte bien,
    car si on était bien,
    on ne se quitterait pas.
    (Marcel Proust)

    « Triste » et « belle » histoire « triste »
    Bonne journée Roberte
    Ggo

Merci pour ce commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s