Publié dans Non classé, poèsie

Le destin qui un jour…

11222685_766946136765947_5265591876478360348_n (1)

J’aime le destin qui un jour offrit ces coquillages à la mer.

Le va-et-vient des vagues les à subtilement façonnés

Les incitants à venir s’échouer a mes pieds.

La mer m’offre  ces perles qu’elle a rejeté.

Prends-les, et va t’en faire un joli collier.

Roberte colonel

ob_217b33a5e7d1f505426a90beb906c026_pensee5

Pensées aux teintes jaunes et poupres

 De leurs corolles sans parfums

S’ouvrent au vent qui fraîchit et les effleure.

Bouquet de souvenir et non bouquet d’adieux

Point n’altère leurs éclats lumineux.

Aux vagues qui s’enroulent

le vent marmonne des refrains doux

Au ciel alangui  de l’hiver.

 (Roberte Colonel)

Publié dans livre, Non classé

Savoir lire entre les lignes d’un roman…

913445

« Savoir lire entre les lignes d’un roman c’est ce mettre en scène avec l’écrivain, vivre ses émotions, voir couler ses larmes, parfois souffrir avec lui. Au travers de son récit il décrie de façon détournée une part de sa propre vie. Lors que son œuvre est achevée il n’est jamais tout à fait satisfait, pas facile d’écrire le mot fin pour lui.

L’écrivain a généralement  l’impression qu’il manque toujours quelques lignes, quelques détails, quelques mots supplémentaires qui transmettraient plus de force à son manuscrit. Aurait-il oublié une phrase qui changerait la teneur de ses écrits, qu’il lui faut compléter, corrigé il ne peut s’en empêché?

Ce sont là les épreuves que je me suis imposée à moi-même avant d’abandonner mes récits entre les mains de l’éditeur.

Écrire est la chose que j’aime entre toutes.
Car j’aime les mots, les phrases, les images, les idées qu’on développe quand on écrit. Et je ne me lasse pas de chercher le mot, les mots, de les adjoindre pour qu’ils créent un ensemble qui ouvre la porte à l’imaginaire. Je ne réussis pas toujours. Car s’il faut l’inspiration de départ, il faut aussi la patience, la minutie et la détermination. (roberte colonel)

Une petite partie de cet écrit se retrouve sur « Je me nourris de mes mots » le 24 mars 2013

altes Buch mit Tusche und Feder

« Le nombre d’écrivains est déjà innombrable et ira croissant parce que c’est le seul métier, avec l’art de gouverner, qu’on ose faire sans l’avoir appris.

Le roman est l’histoire éternelle du cœur humain. L’histoire vous parle des autres, le roman vous parle de vous. On s’aime sans raison, on s’oublie sans motif.

Deux citations D’Alphonse Karr. Ecrivain journaliste Français  Né le 24 novembre 1808 à Paris. Décédé le 30 septembre 1890 à St Raphael. »

Publié dans Non classé, textes

point d’interogation?

946477_10153876303593919_279470037650186271_n

Nouvelle année, changement de décor avec la ritournelle question que sera cette année : point d’intérogation?

Voilà à quoi je suis confrontée, un joli point d’interrogation.
Quel sera mon avenir ? Dans quelle sphère vais-je me retrouver ? Est-ce vraiment pour le meilleur que tout ça arrive ?
On dirait un casse-tête de 10 000 morceaux, ceux-ci éparpillés dans toutes les pièces.
Ou alors peut-être est-ce ma tête qui est comme un puzzle. Tout est là, mais par quoi commencer ? Faire le cadre ? Démêler les couleurs ? Quelle méthode est la plus efficace ?
Pour le moment, j’avouerai être plutôt pétrifiée face à tous ces morceaux, même si je sais que j’en viendrai à bout. Je me sens désorientée, Mais le point d’interrogation reste entier.

Point-dinterrogation-123RF42458560_s-e1450966887335

Si seulement j’avais une petite idée de ce qui m’attend, il me semble que tout irait bien mieux.
Je déplacerais les morceaux du puzzle en conséquence.

Mais il est là, entier, et je déplace les pièces, tantôt avec conviction, d’autres fois avec hésitation.
Normal, me dit-on. Mais encore une question sans réponse: c’est quoi la normalité ?
J’y répondrai un autre jour.