Publié dans Non classé, poèsie

Le destin qui un jour…

11222685_766946136765947_5265591876478360348_n (1)

J’aime le destin qui un jour offrit ces coquillages à la mer.

Le va-et-vient des vagues les à subtilement façonnés

Les incitants à venir s’échouer a mes pieds.

La mer m’offre  ces perles qu’elle a rejeté.

Prends-les, et va t’en faire un joli collier.

Roberte colonel

ob_217b33a5e7d1f505426a90beb906c026_pensee5

Pensées aux teintes jaunes et poupres

 De leurs corolles sans parfums

S’ouvrent au vent qui fraîchit et les effleure.

Bouquet de souvenir et non bouquet d’adieux

Point n’altère leurs éclats lumineux.

Aux vagues qui s’enroulent

le vent marmonne des refrains doux

Au ciel alangui  de l’hiver.

 (Roberte Colonel)