Publié dans conte, Non classé

Chat timide fait souris effrontée…

jouer-au-chat-et-a-la-souris-avec-son-ex

« Chat timide fait souris effrontée »

Il était une fois, une adorable petite souris gentille, douce qui ne faisait pas de bruit, qui ne chercher que l’amitié. Elle menait une vie tranquille dans un petit endroit sûre. Elle se pensait être à l’abri du rôdeur le vilain matou qui n’avait qu’une idée en tête, l’attirer dans un recoin de sa vie. Il l’avait découverte alors qu’elle  était à se prélasser tranquillement derrière le  bureau de Rose Monde. Ce sacré mistigri lui avait minaudé de doux ronrons et l’avait regardée avec de gros yeux tout ronds. Souricette avait eu un peu peur de lui. Mais elle n’était pas de la race des dégonflées aussi, accepta telle que gros matou se rapproche un peu plus prêt, juste pour voir s’ils pouvaient devenir des amis. Gros matou semblait ravi, il lui promit de bien se comporter ce qu’il fit pendant des jours entiers. Il la laissât même manger dans son écuelle. Souricette appréciât sa compagnie et gros matou devint de plus en plus câlin. Elle l’aimait son gros matou ! Cependant, elle resta toujours sur ses gardes il en allait de sa survie. elle savait depuis longtemps que les matous ça n’aime pas les gentilles petites souris ! Au moindre coup de patte de gros matou elle s’en éloignerait. Elle lui avait bien fait comprendre ! Leur idylle était joyeuse, et douce. Mais un gros matou restes toujours en chasse, il y a besoin de proie c’est dans sa nature de prédateur. Il est incorrigible. Si elle devait un jour le quitter se serait sous le prétexte qu’il lui aurait donné un vilain coup de griffe. Son choix serait alors vite fait. Elle choisirait de rester seule plutôt que de supporter les attaques de gros matou !

Souricette savait, que pour chaque fin qu’elle quelle soit, il y aurait toujours un nouveau départ.

Conclusion : soit cette petite souris grise est téméraire voire suicidaire soit ce chat tigré est patient et joueur. En effet, tout vient à point à qui sait attendre. Sur cette image on a presque l’impression que les deux comparses sont amis et que le chat ne fera aucun mal à la souris curieuse qui lui fait face. Le chat est un animal malin et peu craintif alors il y a plus de chances que ce dernier soit à l’affut en faisant mine de dormir plutôt qu’il ne soit ami de son habituelle proie. A mon sens, le proverbe signifie qu’il ne faut pas laisser de marge de manœuvre aux prédateurs car ceux-ci en profite aisément. (Roberte Colonel)

Ce conte fait suite à : « sous la douceur d’un prédateur »  publié sur ce blog le 1er décembre 2015.

NB/J’avais écris le 14 Février 2014 « Adorable petite souris gentille » j’ai repris le billet en le modifiant légérement pour le besoin de ce conte.