Publié dans poésie

Je t’avais attendu…


20150529_115941
 je t’avais attendu

mais jusque-là sans douleur
j’attendais aussi le poème véritable
tu me l’as donné
alors désormais je me tais
je te laisse ma dernière lumière
tu éteindras
tu m’embrasseras en quittant
car tu étais, depuis longtemps,
mon imprévisible douleur
et demain
mon silence malheureux

Normand de Bellefeuille, Un visage pour commencer