Non classé

Il la regardait avec ravissement…

Il la regardait avec ravissement, comme on regarde une aurore, comme on écoute de la musique, avec des tressaillements d’aise. (Guy de Maupassant)

Autrefois. Hier encore. Elle ne sait plus. Tout se confond dans sa mémoire. Elle ne sait plus rien, elle qui pourtant n’oublie jamais rien, qui emprisonne ses souvenirs dans les pages de son cœur pour qu’aucune d’elles ne s’échappe, pour que toutes restent à jamais gravées.

Il la regardait avec ravissement. Et elle se laissait regarder. C’était la première fois. Il y a longtemps. Ce matin même. Elle n’est plus certaine.

Et tandis qu’elle posait son regard amoureux sur lui, elle apprenait à aimer. Elle n’avait rien à offrir. Rien, sinon elle, entière, complexe, avec ses rêves, ceux qu’elle avait biffés comme ceux qui lui restaient encore. Elle n’avait rien à offrir qu’elle-même. Et il a tout pris. Même ses doutes, ses peurs, ses larmes. Et surtout son rire, ses mains sur sa peau, ses yeux pleins de tendresse. Tout ce que personne n’avait jamais vu, ou pas voulu voir.

Elle n’avait rien à offrir, disait-elle. Il disait : tu as tout à offrir. Et elle lui a tout a donné.

Elle ne reprendra rien, ni un sourire, ni une caresse, ni une phrase, ni une larme, ni une seule minute partagée avec lui. Jamais. (Roberte Colonel)

Par défaut