Roses d’automne

Rose-BaroqueAu branches que l’air rouille et que le gel modore

Au branches que l’air rouille et que le gel modore

Comme par un prodige inouï du soleil,
Avec plus de langueur et plus de charme encore,
Les roses du parterre ouvrent leur coeur vermeil.

Dans sa corbeille d’or, août cueillit les dernières :
Les pétales de pourpre ont jonché le gazon.
Mais voici que, soudain, les touffes printanières
Embaument les matins de l’arrière-saison.

Les bosquets sont ravis, le ciel même s’étonne
De voir, sur le rosier qui ne veut pas mourir,
Malgré le vent, la pluie et le givre d’automne,
Les boutons, tout gonflés d’un sang rouge, fleurir.

En ces fleurs que le soir mélancolique étale,
C’est l’âme des printemps fanés qui, pour un jour,
Remonte, et de corolle en corolle s’exhale,
Comme soupirs de rêve et sourires d’amour.

Tardives floraisons du jardin qui décline,
Vous avez la douceur exquise et le parfum
Des anciens souvenirs, si doux, malgré l’épine
De l’illusion morte et du bonheur défunt.

Nérée Beauchemin

Publicités

Auteur : marieliane

Auteur de trois livres « Où es tu maman" livre document éditions Michel de Maule" et Grand Caractère". "Le Sac à dos Éditions Grand Caractère" Passion sur Internet" Avec la participation de Charef Berkani Éditions Ed2A Un roman "Le Sac à Dos" dont l'intrigue se déroule en montagne précisément à chamonix. "Le Sac à Dos" est paru aux éditions Grand Caractère. J'aime les belles ballades en montagne mais aussi dans les sentiers de ma région du Languedoc Roussillon. J'aime l'écriture et l'échange avec mes amies blogueuses.

6 réflexions sur « Roses d’automne »

    1. Tu as aimé la rose d’automne. Ce poème n’est pas très connu et je trouve comme toi que la rose est belle . De plus « la belle » se donne par ses couleurs un petit air d’autonme

  1. Nous voilà en automne, et comme toujours,
    Des feuilles jaunissent d’autres tombent
    Frémissantes et vers le sol accourent
    Elles vont mourir comme sous une bombe
    Tant d’innocents périssent…
    Mais quelques fleurs subsistent, résistent
    Ne craignant ni tramontane ni vent
    Elles s’ouvrent gaiement et restent
    Là devant nos yeux tout le temps
    C’est le don de la nature si charmant
    Comme le don de l’amitié tout simplement.
    Espace riche qu’est le vôtre, Merci pour ce partage.
    Mes amitiés….

    1. Antoine, Merci pour votre poème.
      J’ai eu plaisir de parcourir quelles que belle pages chez vous. Hélas moi je ne sais pas écrire des poèmes c’est pourquoi je m’appropie ceux de grands auteurs contemporan. Merci pour ces beaux partages.
      Amitiés

Merci pour ce commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s