Le coeur blessé…

Le coeur blessé, rendu cruel par la souffrance, ramène sans cesse l’âme égarée au souvenir de l’amour perdu.

Comment son existence libre et heureuse avait-elle pu se transformer à ce point. Il balaya d’un geste ces absurdités, et cependant il avait senti dans une zone de son esprit un frémissement d’effroi, une courte ondulation de cette peur qu’il ne maîtrisait plus. Il appréciait cette femme et parfois il savourait de façon fugitive la conscience qu’il avait de son pouvoir sur elle, mais elle venait maladroitement de le blesser.

Il redevenait subitement lointain, l’avait -il volontairement perdue ?  Tout  à ce jour avait été simple et chaque désir semblait réalisable avec un peu d’attente.

Il tenait son dernier message, la feuille tremblait entre ses mains il ne parvenait pas à faire le moindre mouvement . Il se rappelait leurs moments heureux, cette immense confiance qu’elle lui accordait, leurs longues soirées passées en échanges de mots tendres et puis ce dernier soir où il l’avait abandonnée  sous un prétexte futile. Il était de cet race d’homme orgueilleux qui n’avouait pas facilement avoir eu tort. Malgré sa souffrance il était conscient qu’il lui serait difficile désormais de revenir en arrière.

Il ne recevrait plus en lui désormais qu’un vaste désert nocturne où  aucun mot qui fortifie, qui console, ne viendrait le surprendre. Il s’était senti déshabitué  de ces mots, de cette présence qui jamais jusque- là ne l’avait abandonné. Son coeur s’était fermé en lui sur une ombre épaisse. Cette clarté intime qui le rassurait à chaque instant sur le sens exact de sa vie s’était éteinte. Trop de rêves terribles continuaient  encore à hanter son sommeil lui reprochait de ne pas avoir entendu ses appels et parfois au contraire, il les entendait, venus des abîmes infinis, pleins d’échos caverneux, et se réveillait le coeur fou, le front couvert de sueur. (texte Roberte Colonel)

« Le coeur blessé, rendu cruel par la souffrance, ramène sans cesse l’âme égarée au souvenir de l’amour perdu. »

citation de (Romain Guillaumes) de son vrai nomBernard Diriken est un moraliste Belge d’expression Française né à Liège le 18 septembre 1963.

Publicités

Auteur : marieliane

Auteur de trois livres « Où es tu maman" livre document éditions Michel de Maule" et Grand Caractère". "Le Sac à dos Éditions Grand Caractère" Passion sur Internet" Avec la participation de Charef Berkani Éditions Ed2A Un roman "Le Sac à Dos" dont l'intrigue se déroule en montagne précisément à chamonix. "Le Sac à Dos" est paru aux éditions Grand Caractère. J'aime les belles ballades en montagne mais aussi dans les sentiers de ma région du Languedoc Roussillon. J'aime l'écriture et l'échange avec mes amies blogueuses.

10 réflexions sur « Le coeur blessé… »

  1. Très beau texte…touchant. Cette première phrase m’a particulièrement séduite :  »Le coeur blessé, rendu cruel par la souffrance, ramène sans cesse l’âme égarée au souvenir de l’amour perdu. ». Oui, tu as bien raison…l’âme s’égare lorsque le coeur est blessé et broyé. Les échos entendus rappellent chaque instant de chaque jour les mots d’une bouche qui s’est tut. Bravo pour ta plume magique, Delvi.

    1. D.A Lavoie Merci beaucoup pour votre gentil commentaire. Il est parfois difficile d’écrire son ressenti et ce lorsque le coeur est bléssé . Bonne journée dans votre beau pays .

Merci pour ce commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s