L’amour aux yeux ouverts…

 

Tu as fait les premiers pas, ceux qui engagent, et ensuite tu t’es jeté à corps et cœur perdus dans l’aventure. Je n’ai pas compris, je ne comprends toujours pas pourquoi. Ne manquaient pas autour de toi des  femmes (hommes) séduisant (es) et de grande valeur. Pourquoi moi? Je te disais que tu te montais la tête. Ce n’était pas fausse modestie de ma part ou tentative de prêcher le faux pour savoir le vrai. Il y avait une inexplicable disproportion entre tes sentiments et la femme (l’homme) que je suis.(citation de Jacques de Bourbon Busset) Que l’auteur me pardonne je me suis appropriée sa citation et remplacer des hommes par des femmes!!!                    

L’amour aux yeux ouverts
L’engagement, chance de la liberté
Aimer, c’est être prêt à donner sa vie pour ceux qu’on aime. Donner sa vie, ce n’est pas la risquer pendant quelques minutes dans l’excitation du danger, c’est l’engager dans le combat quotidien, l’exposer à l’usure, aux traverses, la répandre goutte à goutte dans l’effort et parfois la souffrance. Aimer, c’est aussi être prêt à accepter la confiance de l’autre ; il est essentiel de lui en être reconnaissant, de se sentir lié par elle. L’amour est un acte de confiance, confiance absolue que la différence ne cesse de provoquer et de nourrir.
On s’accomplit en aidant l’autre à s’accomplir. L’individu n’est pas une fleur en pot qu’on cultive avec soin. L’homme n’existe que s’il s’expose. Il se trouve en s’oubliant, il se fait en aidant un autre à se faire et trouve sa joie dans la joie de l’autre. Il crée une alliance dans le respect de la différence. Mais bien vite l’autre peut être ressenti comme une limite à la liberté. Or, ces limites ne sont pas des brimades, mais des chances ; les limites guident l’illimité. Le fleuve construit la rive qui l’empêche de se répandre et de se perdre. La rive donne au fleuve sa cohérence ; la rive est la chance du fleuve. De même, l’engagement est la chance de la liberté et du respect mutuel. En fait, c’est un défi permanent lancé à l’égoïsme et à l’instinct de possession. Quand par l’amour on a appris à respecter un être, il devient plus facile de respecter les autres. L’amour est la meilleure préparation à la vie en société.
Jacques de Bourbon Busset : Jacques de Bourbon Busset est le nom de plume de l’écrivain et diplomate français, membre de l’Académie française, Jacques de Bourbon, comte de Busset. Il est né le 27 avril 1912 à Paris et mort le 7 mai 2001 à Paris

 

Publicités

Auteur : marieliane

Auteur de trois livres « Où es tu maman" livre document éditions Michel de Maule" et Grand Caractère". "Le Sac à dos Éditions Grand Caractère" Passion sur Internet" Avec la participation de Charef Berkani Éditions Ed2A Un roman "Le Sac à Dos" dont l'intrigue se déroule en montagne précisément à chamonix. "Le Sac à Dos" est paru aux éditions Grand Caractère. J'aime les belles ballades en montagne mais aussi dans les sentiers de ma région du Languedoc Roussillon. J'aime l'écriture et l'échange avec mes amies blogueuses.

11 réflexions sur « L’amour aux yeux ouverts… »

    1. et oui… je suis en passe rose que veux tu… n’ai pas envie d’en sortir il y a de si beau texte sur le Net.
      Tu ne m’as pas répondu ce que je dois faire pour te laisser un commentaire sur ton blog. Mon adresse mail ne passe pas.

  1. que tout est joli ici, de l’amour, du respect, de la confiance toutes ces choses pour pouvoir avancer main dans la main
    bonne fin de journée
    bisous
    reg

    1. Merci Régine ton commentaire me va droit au coeur.
      Tu as bien compris qu’en ce moment je suis dans ma période rose! Bonne fin d’après midi. Surtout prends bien soin de santé..

      1. tu as bien raison, la période rose, douce comme un bonbon, comme un marshmallows, lol
        merci à toi, oui je prends soin et je me surveille en ce moment j’ai un gros ganglion gonflé sur le cou mais pas de fièvre et pas trop de douleurs ,, donc ça va !! bisousss

  2. J’aime beaucoup ce texte ! merci du partage
    « Aimer, c’est trouver, grâce à un autre, sa vérité et aider cet autre à trouver la sienne. C’est créer une complicité passionnée. »
    de Jacques de Bourbon Busset

Merci pour ce commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s