Le meilleur moment des amours…

Le meilleur moment des amours
N’est pas quand on a dit : « Je t’aime. »
Il est dans le silence même
À demi rompu tous les jours ;

Il est dans les intelligences
Promptes et furtives des cœurs ;
Il est dans les feintes rigueurs
Et les secrètes indulgences ;

Il est dans le frisson du bras
Où se pose la main qui tremble,
Dans la page qu’on tourne ensemble
Et que pourtant on ne lit pas.

Heure unique où la bouche close
Par sa pudeur seule en dit tant ;
Où le cœur s’ouvre en éclatant
Tout bas, comme un bouton de rose ;

Où le parfum seul des cheveux
Parait une faveur conquise !
Heure de la tendresse exquise
Où les respects sont des aveux.
René-François Sully Prudhomme sur www.poesie-francaise.fr

L’écrivaine joue avec les mots…

L’écrivaine joue avec les mots. Elle se plait à dire que le soleil inonde sa page blanche lorsqu’elle peut tout donner d’elle-même. Son imaginaire, elle la depuis toujours. Petite elle s’en servait pour y mettre des mots avec un crayon noir. Elle couvrait des pages entières de ses peurs, de ses souffrances à être séparée de sa maman. Rêveuse, elle savait mettre des couleurs à la nature, des oiseaux était  ses créatures vivante qui volaient très haut en portant ses secrets aux nuages. Les arbres son terrain de cache-cache. L’institutrice disait d’elle qu’elle irait loin avec son écriture si personnelle. Il faisait bon la lire.

Aujourd’hui l’écrivaine sèche sur son clavier. Quand les mots magiques ne s’écrivent pas elle se demande si elle à encore le feu sacré pour inondé ses pages de mots sortis de leur contexte qui ne lui apporterons rien ou du regret de n’être plus au temps de son enfance. L’écrivaine voulait écrire mais la scénarii ne lui venait pas. Il lui faudrait écrire ses rêves… ceux que l’on ne peut avoués tellement ils troublent ses nuits sans sommeil. Finalement elle se dit qu’il est peut être possible qu’elle puisse écrire un scénario dont le personnage principale serait un preux chevalier qui la sortirait de cette vie limpide où elle c’était laissée doucement enfermée.

Claudie regarda la terrasse de son appartement à l’endroit où le soleil transformait les feuilles luisantes en petites lames de zinc…Peut être que la limace l’observait aussi tapie derrière les fleurs  avec son besoin de se nourrir hachant les feuilles si verdoyante des pensées.

Sa vie Claudie se l’était construite et elle l’aimait telle qu’elle. Sûrement que tout autre a sa place l’aurait trouvée incommode, une vie de solitude sans lendemain. Difficile alors de se plaindre que personne s’intéresse à elle. Jusqu’a ce jour où Pierre était entré dans sa vie et avait tout bouleversé sur son passage. Elle s’arrêta un moment, le front dans les mains lorsqu’elle entendit la voiture s’arrêter sous ses fenêtres. Elle reprit le texte abandonner quelques instants avant et se remit à écrire. La cour était déserte pas une seule présence dans la résidence. Puis soudain une curiosité invincible s’empara de son esprit. Tout s’anima autour d’elle. Ses pensées, son cœur vide, inutile, qui avait cédé à la tentation de la découverte, de l’imprévu bonheur, la remplissait de joie. Quelle que chose s’était passé elle le ressentait à la brutale accélération des battements de son cœur. D’une manière où d’une autre elle devrait payer le pris de cette curiosité qui avait fait basculer sa quiétude. « Quelle folie ! » se dit-elle avec plus de tristesse, cependant que d’inquiétude. Et ce bonheur à portée de main elle ne voulait pas le refuser le rejeter. Pierre ma fait oublier toutes mes résolutions . Une subite rougeur lui colora les joues. Elle eut conscience que sans amour elle aurait était perdue. Ce lien avec ce bonheur éclatant dont elle sentait en elle-même les inépuisables pulsations la rendait ivre de passion. (auteur Roberte Colonel)

Que pensez de l’amitié dans ce monde virtuel ?

Que pensez de l’amitié dans ce monde virtuel ?

On dit que les histoires sur Internet ne se finissent qu’avec de l’amour où des larmes…

Pour que la belle histoire de rencontre se poursuive il faut être imaginatif, sincère et surtout que celui que vous avez invité ce comporte en gentlemen. Il en du monde virtuel comme celui des rencontres entre ami que l’on exige une réciprocité de sincérité.

Je sais qu’en me lisant vous allez tout de suite dire qu’il s’agit d’une rencontre que j’ai faite sur Internet… et c’est pour cela que vous ne cessez de me mettre en garde contre les dangers du Net.

« Mais il ne s’agit pas du tout de moi ! » Vous savez bien que j’aime imaginer des histoires …bizarre !

Il est des rencontres virtuels ou pas qui posent questions.

Celui dont je parle ici est beau comme un dieu sur la photo de son journal. Mais ne sont ils pas toujours très beaux ceux qui veulent gentiment devenir vos amis ?

Je me demande pour quelle raison il recherche une amie sur le Net ? Es ce un jeu, une timidité chez lui, ou bien un manque de personnalité ? Il faudra que je lui pose la question.

Hier au soir mon ordinateur à su jouer de mes nerfs. Je vous raconte : -toute l’après midi de dimanche je l’avais sollicité pour qu’il tombe en panne. J’avais une bonne raison. Pensez donc, j’étais morte d’inquiétude ! Je me suis même rongé mes ongles…  en me demandant ce que je pourrais bien avoir à dire d’intéressant à ce beau jeune homme qui avait cliqué sur mon facebook pour une invitation !… Et oui j’avoue, ce jeune homme  n’est pas vieux, vieux ! il est beaucoup, beaucoup, plus jeune que moi !!!

Donc a l’heure que nous avions convenus, je ne voulais pas être en retard et bien figurer vous que c’est se moment que mon ordinateur fit des siennes…alors que nous étions fin prêt pour nos premiers mots d’échange  mon ordinateur cette machine infernale s’est déchaîné. Le mauvais œil à  bloquer mes touches. Une malédiction qui venait anéantir cette première prise de contact. Je pensais déjà qu’entre se garçon et moi rien ne marcherait jamais et que cette mésaventure c’était pour m’avertir qu’il fallait que je me méfie de lui. Cette panne à bien durer deux minutes !! Ne  souriez surtout pas, vous ne savez pas dans quel état cela mets lorsque à l’autre bout de la France vous savez qu’un beau jeune homme ne comprend rien à ce qui vous arrive ! A force d’implorer ma panne d’ordinateur voila, j’avais été entendue ! Il arrive cependant que le mauvais œil ne vous trouve pas très intéressante alors il va jouer de ses armes chez le voisin. Et c’est ce qui ce passa…

Une fois le calme revenu dans mon infernal ordinateur il ne me restait plus qu’à faire courir mes doigts sur les touches de mon clavier. Ce fut un très agréable moment de découverte de respect mutuel et d’amitié naissante …

 Le reste de l’histoire s’écrira demain et demain c’est encore loin ! auteur:

Roberte Colonel

L’Amitié virtuelle est –elle de l’amitié ?

Pensez-vous que l’on puisse réellement développer une amitié profonde sur le net ? Je ne parle pas d’amour mais bien d’amitié. A priori, j’aurai tendance à dire que c’est quelque chose d’impossible, qu’il y a toute une dimension de l’amitié que l’on occulte si l’on ne reste que virtuel. Partager une glace ou des vacances ensemble par exemples, préparer à manger, boire un apéro… et j’en passe.

Cependant, je me dis aussi que la complicité peut s’avérer plus forte, dans la mesure où l’on découvre d’abord les gens de « l’intérieur » alors que dans la vie, on est d’abord et bien souvent,  attiré par un « physique » et on ne découvre donc pas l’autre de la même façon, puisque certains aspects de la personnalité des gens seront négligés au profit de caractéristiques plus superficielles. Le virtuel évite aussi d’avoir des préjugés sur la personne. On évite les commentaires et les avis « des autres » qui vont inévitablement influencer notre perception et notre rapport avec les gens. On apprend à connaître réellement la personne sans avoir d’aprioris. Il peut donc arriver, lors d’une rencontre qui suit un échange virtuel, qu’on connaisse l’autre plus en profondeur et qu’on n’ait plus la sensation de se retrouver face à un(e) inconnu(e).

Finalement, le tout est de savoir ce que l’on attend de ses amis. Si c’est de pouvoir « papoter », pourquoi pas le virtuel ! En revanche, le contact est important pour renforcer une amitié… il faut se voir pour s’aimer vraiment profondément.

Une amitié virtuelle est très souvent une amitié qui naît d’un mot, d’une phrase échangée entre deux  internautes. On découvre que de l’autre coté de l’écran, il y a une présence qui nous devient peu à peu indispensable.

Finalement, je suis tenté de dire que l’amitié est aussi réelle que virtuelle. Il s’agit de personnalités qui se côtoient sans passer par les filtres souvent déformant du physique et des préjugés…
Est-ce mieux ou moins bien que le réel? C’est tout simplement différent!

Cependant, derrière le virtuel, il y a une part d’inconnu qui permet toutes les cachotteries. L’inconvénient d’une « amitié » virtuelle, est que l’on masque nos défauts, ou du moins ceux qui nous paraissent trop gênants, et on idéalise l’autre. Le résultat provoque inévitablement un décalage et un risque de déception…
C’est quelque chose d’impalpable. On ne peut pas connaître vraiment les gens à fond car ils se cachent derrière l’écran .On ne sait pas à qui on a vraiment affaire alors que l’amitié réelle est quelque chose de concret avec un contact. Ainsi, il est possible le manque de contacts physiques (regards, sons de la voix…) crée une impression d’insécurité dans une relation « virtuelle », ce qui peut faire douter de la sincérité de l’autre. Pourtant une relation « réelle » n’est pas exempte de jeux, de tricheries et d’aveuglement. (Blog y a quoi dans ma tête) http://stephgodefroy.unblog.fr

 

 

Ce soir je voudrais que mon ordi soit en panne!

 

navarro-jesus

Faut-il croire aux histoires d’amour qui se racontent sur Internet ? J’ai des certitudes mais elles m’appartiennent…

  Je sais qu’en me lisant vous allez tout de suite dire que c’est de moi qu’il s’agit…pas du tout vous savez bien que j’aime imaginer des histoires …bizarre …

 Ce soir je voudrais que mon ordinateur soit en panne! Je voudrais n’avoir jamais accepté de dire oui à sa demande ! Mais qu’est ce qui m’a prise ?… Je ne suis pas coutumière de ce fait. Je ne devais pas être  dans mon état normal si non sûre que   je lui aurais demandé de se faire voir ailleurs. Un grand nombre des demandes d’amis finissent toutes au panier.  Au lieu de cela, lui, à su retenir mon attention et je l’ai même autorisé à correspondre avec moi. Je n’ai pas d’excuses sinon celle d’avoir eu un coup de cœur. Il est beau comme un dieu sur la photo de son journal je vous l’assure. Mais ne sont ils pas toujours très beaux ceux qui veulent gentiment devenir vos amis ? Ce monsieur me fait penser aux belles photos de mannequins souriants qui savent si bien faire craqué les minettes et minette je ne le suis plus !

Qu’allons nous bien pouvoir nous raconter ? J’ai pas l’habitude de correspondre de cette façon je suis vraiment sans expérience. Alors que faire, lui dévoilé mon âge ?…ce serait une grave erreur il fuirait tout de suite. Vais-je lui dire que je suis mariée ce qui est la vérité et que j’ai une ribambelle de gamins qui chiâlent sans arrêt ça bien sûre c’est faux mais il ne le sait pas. Oui, je vais lui dire cela ! Avec ce mensonge je vais le mettre tout de suite à l’aise. C’est une bonne idée non ! Cependant je sais bien que raconter des mensonges c’est pas correcte et, imaginez que cet homme soit sincère et que mon irrésistible portrait sur facebook l’ait séduit me ferait à ses yeux apparaître comme une méchante personne qui se moque de lui alors qu’il a déjà eu de gentils mots envers ma personne.

 Ce soir c’est comme si c’était hier, c’est encore loin !… le reste de l’histoire s’écrira demain. auteur Roberte Colonel 

Un Enfant seul…

Un enfant seul,

Tout seul avec en main

Une belle tranche de pain,

Un enfant seul

Avec un chien

Qui le regarde comme un dieu

Qui tiendrait dans sa main

La clé du paradis des chiens.

Un enfant seul

Qui mord dans sa tranche de pain,

Et que le monde entier

Observe pour le voir donner

Avec simplicité,

Alors qu’il a très faim,

La moitié de son pain

Bien beurré à son chien.

 Maurice Carême.

Il y a tant de poèmes écrits par Maurice Carême. Lorsque l’inspiration me fait défaut comme ce soir, je pars au hasard rechercher une de ses oeuvres. Ce poème ci est très enfantin. Je le dédie à une adorable petite fille Rayhana qui suit réguliérement mes écrits sur mon blog.(elle se reconnaîtra)

Pourquoi penser comme tout le monde?

Quand on lit la même chose que tout le monde, on ne peut que penser comme tout le monde. citation (Haruki Murakami)

L’auteur de cette citation est limité à son jugement personnel. Bien que nous soyons peu rigoureux sur les choix que nous imposent les médiats, nous sommes encore apte à penser différemment de notre voisin. Et vous qu’en pensez vous ?

Cependant, en ce qui concerne la lecture je m’étonne toujours de voir dans les librairies des quantités de livres d’auteurs que tout le monde s’arrache ! Pourquoi ? La presse bien pensante a donné son point de vue personnel pour tel où tel auteurs et pour beaucoup d’entre nous, l’achat du livre de cet auteur devient une nécessité ! Réfléchissez… il y a en France et de par le monde de si bons auteurs qui écrivent avec talent. Leurs livres ont aussi de bons textes, de belles histoires. Pour les découvrir il faut  très souvent se donner de la peine car l’ouvrage est remisé dans un coin de la librairie et de ce fait inaccessible au public. Si vous ne demandez pas au libraire de vous le faire connaître il ne vous le proposera pas. Je puis vous assurez pour avoir passer du temps à dédicacer mes livres dans de grandes librairies que certains auteurs sont traités avec des inégalités flagrantes. En ce qui me concerne j’essais le plus souvent possible d’aller à la découverte de nouveaux auteurs. *toile de Thomas Andersen