Pourquoi ce rêve ?

Pourquoi ce rêve ?

Chaque livre ouvre sur des histoires qu’on peut raconter ou inventer. Et quand on croira avoir tout dit, une autre histoire se glissera par la fenêtre.

Au grand étonnement d’Alice elle ne trouverait rien dans les livres étalés devant elle. Rien de se qui pourrait l’aider à comprendre qu’elle ne se trompait pas dans l’aventure qu’elle désirait entreprendre.

L’écriture était depuis toujours sa bouée de sauvetage, un passage obliger pour ne pas succomber au désespoir. Sa gorge se serra, elle était certaine d’avoir compris que la décision qu’elle souhaitait prendre était une bonne décision. Elle devait commencer ses recherches . Elle avait était retenue prisonnière si longtemps qu’il était urgent qu’elle puisse se libéré de toutes ses souffrances .  Alice sentit une sueur froide perler à son front. Elle était certaine de vouloir décoder correctement le message qu’elle avait reçu pendant son sommeil. Pourquoi ce rêve ? Et pourquoi maintenant  si ce n’est qu’il était temps que la vérité soit enfin connue d’elle seule. A cet instant, Alice entendait encore les paroles mensongères de sa mère de substitution : « Ta maman t’a abandonnée elle ne voulait pas de toi ».

Alice comprit que tous les messages codés qu’elle recevait la nuit dans son sommeil étaient autant de clés qui la conduiraient vers la vérité. Elle savait que pour parvenir à cette découverte il lui faudrait élaboré un astucieux chemin de piste. En se rappelant toutes les frustrations qu’elle avait du supporter elle se sentait prête  à affronter maintenant la vérité sur sa vie qui s’était défaite le jour de sa naissance.

L’automne était arrivé avec de belles palettes de couleur, l’air fraîchissait, Alice aperçut derrière les rideaux de la fenêtre le vent qui s’appliquait à soulever les feuilles des arbres.

Mon histoire c’est une longue histoire se dit elle. Vais je réussir à trouver le fil conducteur qui saura me mener jusqu’à la fin de mon puzzle ? Elle tenta de se concentrer sur les quelques mots entendus de ci de là pour une ébauche de lettres qu’elle enverrait aux administrations concernées. Pour se donner du courage  elle se força à respirer calmement. – « Tout ira bien se dit elle ». Cependant Alice savait déjà quelle devrait être patiente. Fébrilement,  elle souhaitait que les réponses à tous ses courriers lui soit le plus favorables possibles .

(texte Roberte Colonel)  (peinture de frannk Russell Wadsworth Américain 1874-1905. )

Publicités