Qui sont les spammeurs qui envahissent nos blogs?

1739e776

Je me demande a quoi  s’amuse ces personnes qui n’ont d’autres occupations que celui  d’écrire des messages indésirables sur nos blogs.

Ce-ci ne serait pas grave en-soi si un de ces  messages n’avait dernièrement été écrit en commentaire sur mon billet «  lettre à maman »  Une déclaration d’amour ridicule… ce ci est insupportable et absurde. J’éprouve que du mépris pour cette personne.

Faites attention :   les spammeurs sont de plus en plus malins et écrivent de jolis messages génériques du genre « très joli site, vous écrivez bien »… bien sûr c’est  un peu flatteur, mais n’oublions pas la fable du « corbeau et du renard ! « 

Depuis la publication de mon blog wordpress j’ai reçu plus de 2000 spammes. Il faut surtout évité de les ouvrir. Ce qui est le plus rageant c’est que nous n’avons aucun moyen  fiable pour savoir qui nous les envoies, ni aucun moyen de dire à ces gens de cesser de nous importunés.  

Voici le type d’indésirable qui fleurit régulièrement dans mes commentaires et qui commence à sérieusement me lasser.

 

trahison…

Que de tristesse… Il était difficile à Françoise de comprendre ce qui c’était réellement passé. Chose curieuse lorsque José était partit travailler à l’étranger il avait éprouver tant de chagrin en la quittant et voilà qu’après seulement quelques mois il mettait un terme à leur amour.

-Le temps est peut être une notion différente de celle qu’il s’en faisait. L’être unique qu’elle attendait venait de lui écrire mettant fin à leur présent, à leur futur. Elle n’aurait jamais pensé qu’il puisse partir pour toujours. Des nuits et des nuits, couchée dans sa chambre, les yeux ouverts dans l’obscurité elle l’avait retrouvé au fond de ses rêves. Elle avait été si bouleversée la toute première fois ou il l’avait serré tendrement contre lui. A présent, ce geste de douceur,  prenait son sens réel de trahison. Emue par cette vision et reprise en même temps par un sentiment d’invincible solitude elle ce demanda à quoi bon repenser à tout ce qui fut et ne sera plus.

-Pour quoi ne pas lui écrire ? Une lettre suffirait elle à changer le cours de notre histoire ? Quel lien invisible l’unissait–il encore irrésistiblement à lui ? Elle semblait très lasse, la solitude l’envahissait et au lieu de lui écrire une lettre elle se mit à rêver d’une contrée lointaine où il lui serait possible de changer d’âme, d’abandonner là tout son chagrin pour un pays d’innocence ou elle se lèverait chaque matin avec un cœur tout neuf, sans désirs, ni regrets, ni angoisses, ni remords ! Où elle retrouverait un regard capable de s’émerveiller devant les beautés du monde. « Séquelles de l’adolescence ! » se dite-elle avec un agacement subit bien certaine qu’elle n’en ferait rien. Texte (Roberte colonel)  (Toile Hara- Takahiro)

« Tous nos malheurs proviennent de ce que les hommes ne savent pas ce qu’ils sont, et ne s’accordent pas sur ce qu’ils veulent être. » (Vercors)

Parler à mon père

Je voudrais oublier le temps

Pour un soupir,
pour un instant Une parenthèse après la course
Et partir où mon cœur me pousse.
Je voudrais retrouver mes traces où est ma vie, où est ma place
Et garder l’or de mon passé au chaud dans mon jardin secret.

Je voudrais passer l’océan
Croiser le vol d’un goéland penser à tout ce que j’ai vu ou bien aller vers l’inconnu.
Je voudrais décrocher la lune, je voudrais même, sauver la terre
Mais avant tout, Je voudrais parler à mon père.

Je voudrais choisir un bateau pas le plus grand ni le plus beau. Je le remplirais des images et des parfums de mes voyages.
Je voudrais freiner pour m’asseoir. Trouver au creux de ma mémoire
Les voix de ceux qui m’ont appris qu’il n’y a pas de rêve interdit.

Je voudrais trouver les couleurs
Du tableau que j’ai dans le cœur. De ce décor aux lignes pures
Où je vous vois, qui me rassure.
Je voudrais décrocher la lune. Je voudrais même sauver la terre
Mais avant tout, je voudrais parler à mon père, .

Je voudrais oublier le temps
Pour un soupir, pour un instant, une parenthèse après la course
Et partir où mon cœur me pousse.
Je voudrais retrouver mes traces où est ma vie, où est ma place
Et garder l’or de mon passé au chaud dans mon jardin secret.
Je voudrais partir avec toi
Je voudrais rêver avec toi,toujours chercher l’inaccessible, toujours espérer l’impossible . Je voudrais décrocher la lune et pourquoi pas sauver la terre.

Mais avant tout, Je voudrais parler à mon père .

Ce joli texte chanté par Céline Dion j’aimerai l’avoir écrit tant mon ressenti est douloureux pour mon père biologique que j’ai retrouvé mais hélas que je n’ai pu rencontré. Il est entré trop tardivement dans ma vie. 
Sa voix résonne dans mon cœur aux quelques mots que nous avons échangés. C’est un très vieil homme. Est venu le temps pour lui, pour moi, de laisser dormir notre histoire.
 

Émile Verhaeren…Les heures claires

C’est un pur bonheur de découvrir les oeuvres de (Émile Verhaeren, Les heures claires.  Et pour ce poème j’empreinte une  toile du peintre Alain Géneau)

Fut-il en nous une seule tendresse,
Une pensée, une joie, une promesse,
Que nous n’ayons semée au-devant de nos pas?

Fut-il une prière en secret entendue,
Dont nous n’ayons serré les mains tendues
Avec douceur sur notre sein?

Fut-il un seul appel, un seul dessein,
Un vœu tranquille ou violent
Dont nous n’ayons accéléré l’élan?

Et, nous aimant ainsi,
Nos cœurs s’en sont allés, tels des apôtres,
Vers les doux cœurs timides et transis
Des autres,
Ils les ont conviés, par la pensée,
À se sentir aux nôtres fiancés,
À proclamer l’amour avec des ardeurs franches,
Comme un peuple de fleurs aime la même branche,
Qui le suspend et le baigne dans le soleil;
Et notre âme, comme agrandie, en cet éveil,
S’est mise à célébrer tout ce qui aime,
Magnifiant l’amour pour l’amour même,
Et à chérir, divinement, d’un désir fou,
Le monde entier qui se résume en nous
.