Lettre à Maman Au Paradis Blanc

Ma chère maman.

Chaque année a la même époque  je me dis que je dois cesser de t’écrire . Cependant, tracer mes mots c’est me donner l’illusion que je peux m’adresser a toi dans  ton paradis blanc.   J’ai la perception a chaque instant que tu me protége.

Peut il y avoir un plus beau mot à prononcer pour une enfant que celui  si tendre…  » maman ». 

Bien que je n’aie pas eu le bonheur de pouvoir te le crier très fort ce joli mot, des personnes, des responsables mes pas coupables, des personnes intransigeantes, si sures de leur toute puissance et de leur vouloir… avaient jugé que c’était (pour le bien de l’enfant)… hors, l’enfant c’était de moi dont il s’agissait. Comment des responsables de l’Assistance Publique peuvent ils avoir eu autant de certitudes et s’autoriser à un jugement aussi définitif ?

 Ma chère maman rien jamais ne pourra remplacer dans ma vie ton absence.

Le temps a passé doucement sans me laisser l’espoir de te revoir. J’ai parcouru un long chemin sans toi dans une confusion totale de sentiments contradictoires.

L’on s’était plu à me faire prendre pour vérité des faits qui n’étaient en réalité que mensonges. On avait semé le doute dans mon esprit  et à un moment j’avais cru la parole des adultes. Mais le cœur de la petite fille que j’étais alors, avait des sentiments très forts pour toi. Vint donc le jour où je ne voulus plus écouter ce que racontait les grands.

Maman, il y avait tant de rêves en moi qui me permettaient d’atténuer ton absence. J’arrivais à combler mes manques grâce aux sentiments très forts qui me reliaient à toi. Durant toutes ces années c’est aussi ce qui me permit  de croire à ton retour.

On ne peut rien changer à  ce qui fut programé a notre insu. Sans doute que je ne guérirais jamais de ton absence mais depuis mes recherches riches en renseignements te concernant je me suis apaisée. Ma chère maman,  je t’aimerais toujours.  Ton éternel enfant

Peinture de Catherine Stringfellow.

Que les années files,file vites…

 

Alexandra notre chère petite fille971870_10151588290854337_1412768723_n

Te voilà diplômée, Bachelor aux USA, à St Charles (Missouri), Lindwood University, d’un double cursus Sciences politiques et Relations Internationales, avec mention, récompensée aussi comme meilleure élève étrangère de l’année… est envisagé un retour pour une année à St Charles pour un Master Business puis tu t’envolera vers de nouveaux horizons…sans doute va tu choisir l’Afrique Du Sud.

Que les années files, file vite. Je me souviens de ta naissance ; ce jour du 7 décembre où déjà tu avais surpris toute la famille empressée que tu étais à montrer le bout de ton nez. Au  dehors, il neigeait et toi notre petit flocon de neige, jolie comme un cœur, était arrivée avant la date prévue. Ton grand père et moi même avions eu le bonheur de te voir dans les minutes qui suivirent ta venue au monde. Tu avais déjà cet instinct volontaire que nous te connaissons si bien. Nous nous étions approchés doucement de toi, et avec précaution  pris ta petite main. Spontanément tu avais entouré tes petits doigts autour du notre, un petit signe de reconnaissance qui scéllait à jamais la tendresse que nous avions pour toi.  Quelle joie que ta venue au monde ! Toute notre famille était comblée. Alors que tu n’avais que quelques semaines, j’allais chaque après midi te rendre visite chez tes parents. Je t’installée confortablement sur ma poitrine et nous allions nous promener de longs moments dans le jardin public. Tu observais ce qui nous entouraient tes yeux déjà voulait entrevoir un petit coin de notre terre. Ces instants sont pour moi des souvenirs inoubliables. Vint le jour où tes parents décidèrent de partirent s’installer à Chamonix. La séparation, nos moments calins de l’après midi me manquait beaucoup,  et bien que des centaines de kilomètres nous séparés de toi nous trouvions toujours une bonne occasion pour aller te serrer dans nos bras. On t’emmena très souvent en vacance avec nous…et bien que parfois, ton caractère volontaire m’exaspérait un peu j’étais la plus heureuse des mamies. Je me souviens encore de ce jour où tu n’avais rien voulu entendre de ce que je te demandais. Je m’étais mise en colère… et pour te faire pardonner de ta désobéissance tu m’as serrée très fort dans tes petits bras en me disant « Mamie tu es la plus gentille mamie du monde ! De cet épisode nous en avons reparlé dernièrement ensemble et je fus fort étonnée que tu t’en sois souvenue…

Alexandra, quel souvenir gardera tu de tous ces moments, de toutes les belles fêtes que nous fêtions entouré de toute notre famille ? Il me faudrait bien plus qu’une page pour décrire tout ce que nous avons vécu de tendre avec toi. Nous avons partagé tant de beaux moments ensemble. Aujourd’hui, je suis triste. Je n’ai pu être auprès de toi pour assister à la remise de ta graduation.

Pouvoir imprimer mes mots sur cette page me ramène a des souvenirs d’hier  qui n’appartienne qu’a toi, a ton papy, et a moi.Nous sommes très fière de ton parcours universitaire si loin de la France. Soit heureuse ma chère petite fille dans ta vie, ainsi que dans tous les choix d’avenir que tu effectuera. Alexandra ton papy et moi t’aimons très fort.

Devant ce que la vie à de plus cruel…

634961142578287200-evening-glow.jpg

Devant ce que la vie a de plus cruel toutes les pensées parfois s’effondrent, privées d’appui, il nous reste plus qu’à demander aux arbres qui tremble sous le vent de nous apprendre cette compassion que le monde ignore.(citation de Christian Bobin)

La goutte d’eau

 

fontaine
Au détour de mes lectures sur d’autres blogs, je viens de découvrir ce magnifique poème, je m’empresse de vous l’offrir. Mes amies Canadienne connaissent sûrement l’auteur qui est  de leur beau pays!…

 

En regardant la terre
Au coin de l’horizon
En regardant la mer
La vie et la saison

Les lacs, les rivières, les fleuves : l’eau douce
Les mers, les golfes, les océans : l’eau salée
Trois fois plus d’eau que de terre. Et parmi toutes ces gouttes
Unité de la rivière, unité de l’océan

Où est la goutte plus utile
Où est la goutte! plus importante. La profondeur la surface

La vague qui se brise

Le fond qui se cache
Le profond qui nous grise

Où est la goutte plus importante. Celle qu’on voit ou ne voit pas

Où est la goutte plus utile. Celle qui tient ou qui soutient

La profondeur. La surface. En regardant la terre

En regardant la mer. En regardant le monde. Les peuples de la terre
Humains de l’univers

Où est l’homme plus important. Où est l’homme plus utile.

En profondeur. En surface.  Celui qui tient ou qui soutient.

Celui qu’on voit ou ne voit pas. Celui qui parle ou ne dit rien.

Au destin de l’humanité. Au mystère de la vie
Sur la mer. Sur la terre
Où est donc
Le plus utile.

poéte Roland Jomphe

 

http://www.novanor.qc.ca/echodesmers/jour3.html

Blog momentanément en pause….

gordon 6

Mes amies,

Besoin de quelques jours de vacances… Une dizaine de jours feront mon affaire. Parfois il faut savoir partir pour mieux revenir. J’ai ce besoin…un peu de lassitude   j’ai décidé de mettre momentanément en congé mes blogs. J’espère vous retrouver à mon retour. Je vous embrasse. Peinture (Edward B. Gordon)

Le muguet, la fleur du bonheur…

File:Muguet.jpg

-Le muguet la fleur du Bonheur. Que vous dire d’autre pour offrir à chacun d’entre vous ces jolies clochettes symbolisant le portent bonheur.

Le 1er mai prochain, les brins de muguet vont s’offrir par milliers en France et dans le monde. Une tradition qui pourrait vous inciter à cultiver cette fleur à clochettes, fraîche et parfumée.

Le muguet est une plante de la famille des liliacées. Il est d’ailleurs surnommé le lys de la vallée du fait de son caractère sauvage et a gardé ce nom en langue anglaise. Contrairement à ce que son offrande annuelle pourrait laisser penser, le muguet est une fleur qui fleurit dès le mois d’avril et ce jusqu’à la fin du mois de mai. Il pousse bien à l’ombre et à la mi-ombre, ce qui la rend plutôt fréquente dans les sous-bois, dans un sol rustique, riche en humus, et d’où il tire son autre surnom, « clochette des bois ». Le muguet peut très rapidement vous envahir, cette plante poussant spontanément et rapidement dans l’ensemble de l’Europe.

 Le muguet symbolise le bonheur. Le traditionnel brin de muguet du 1er mai remonte à 1561. La fête du travail, décrétée à la fin du XIXe siècle, est officialisée sous le régime de Vichy. Attention ! Le muguet est une plante extrêmement toxique. Sa tige, ses feuilles, ses clochettes, ses racines et même l’eau du vase qui l’a contenu renferment  de la convallarine, substance qui provoque des troubles respiratoires.

Pour ceux qui préfèrent l’originalité, sachez que Convallaria majalis ‘Rosea’ présente de jolies clochettes rosées, tandis que Convallaria majalis ‘Striata’ arbore un feuillage rayé de fines bandes jaunes. Enfin, sachez qu’en été, les clochettes sont rouges. (Doc l’internaute.com)