lettre oubliée….

david tanner

Elle ne comprend toujours pas pourquoi cette lettre est restée si longtemps dans les pages de ce livre… Marie avait pris l’habitude d’aller fouiller chez les bouquinistes Parisiens.  Son plaisir était de partir à la recherche d’un livre que des personnes avant elle, avait déjà lu. Dans ces livres d’occasions elle faisait souvent de drôles de découvertes. Des mots soulignés par un lecteur inconnu, des annotations parfois subtiles, où bien méprisantes face aux écrits de l’auteur. Aujourd’hui ce qu’elle allait découvrir était bien différent. A peine avait elle retiré son manteau qu’elle se précipita dans le salon et sorti de son sac le livre nouvellement acheté. Elle en effleura la jaquette c’était une habitude pour déjà s’imprégner de l’histoire. Elle pressentait que ce livre ci « L’Amour au Miroir  de Ludmila Tcherina » allait la combler. Elle découvrit la quatrième de couverture : « Pour la première fois, une grande danseuse -Ludmila Tcherina qui a triomphé sur toutes les scènes internationales, de l’opéra de Paris au Bolchoï de Moscou, raconte les secrets jamais dévoilés de cet univers si mal connu. Elle nous entraîne dans « le milieu de la danse » nous décrit ses passions, ses intrigues, et son infinie cruauté »…..

Comme par magie alors qu’elle s’apprêtait à poser le livre Marie découvrit une enveloppe blanche placée entre la jaquette et le cartonnage du livre. Cette lettre était adressée a mademoiselle « Chloé Brun » suit l’adresse. La curiosité poussa Marie à ouvrir l’enveloppe. Le message avait été écrit il y a très long temps. Avait–il été caché à cet endroit secret puis oublié? Au reçu du courrier Chloé avait elle été émue, combien de larmes avaient t-elle versées? En lisant la lettre Marie pensait aussi au jeune homme qui l’avait écrit. Avait t-il eu une réponse? Marie s’appropriait la lettre et elle en souffrait. Elle l’a lue et la relue à plusieurs reprises et elle se promit de retrouver l’auteur. Pendant quelques jours elle ne pensa à plus rien d’autre. Une douleur sourde étouffait sa poitrine. C’était une blessure profonde qui cependant  avait fini par s’atténuer. Comme elle se l’était promise elle s’employrait a rechercher l’auteur de cette missive. Après plusieurs mois d’infructueuses recherches Marie finit par avoir raison; sa ténacité l’avait emporté. La sonnerie du téléphone sonna et au bout du fil l’auteur de la lettre lui annonçait qu’il aimerait la rencontrer…elle n’en crut pas ses oreilles ! Cependant, rendez – fut pris. Le jour venu, pour lui, plus rien d’autre ne comptait que cette attente dans le restaurant à la petite table d’angle d’où le regard peut se promener et d’où il pouvait la voir arriver. Et maintenant il l’attendait. Elle n’était pas en retard. Il était juste midi et comme il relevait les yeux de sa montre elle fit son entrée au bout de l’allée. Elle paraissait fragile et touchante. Elle ne l’avait pas vu en entrant et il la regardait avec curiosité. Il se leva vint au devant d’elle lui tendit la main, il lui sourit. émus aux larmes, elle ne trouva rien a dire. Une envie idiote, forcenée, se levait en elle. Incapable de réfléchir, elle concentrait toute son attention sur les lèvres qui s’ouvraient à dix  centimètres de son visage.

-Pourquoi êtes vous venus ? dit-elle ?

–Votre voix au téléphone, dit-il. Votre pauvre voix !… Je ne l’oublierai jamais !… Il lui prit la main. Elle le suivit cependant l’expression grave de son visage pouvait laisser voir qu’elle était déjà follement éprise de Charles.

(Texte Roberte colonel)  Peinture David Tanner… Extrait de 4é de couverture de livre (Ludmila Tcherina) L’amour au Miroir roman Albin Michel 1982-1983

Publicités

Auteur : marieliane

Auteur de trois livres « Où es tu maman" livre document éditions Michel de Maule" et Grand Caractère". "Le Sac à dos Éditions Grand Caractère" Passion sur Internet" Avec la participation de Charef Berkani Éditions Ed2A Un roman "Le Sac à Dos" dont l'intrigue se déroule en montagne précisément à chamonix. "Le Sac à Dos" est paru aux éditions Grand Caractère. J'aime les belles ballades en montagne mais aussi dans les sentiers de ma région du Languedoc Roussillon. J'aime l'écriture et l'échange avec mes amies blogueuses.

9 réflexions sur « lettre oubliée…. »

  1. Que c’est agréable de lecture que cela Roberte … je viens de passer un bon moment …
    bonne nuit à toi et agréable journée de ce mercredi!
    Bisous.

  2. Comme par magie alors qu’elle s’apprêtait à poser le livre Marie découvrit une enveloppe blanche placée entre la jaquette et le cartonnage du livre. Cette lettre était adressée a mademoiselle « Chloé Brun » suit l’adresse. La curiosité poussa Marie à ouvrir l’enveloppe. Le message avait été écrit il y a très long temps. Avait–il été caché à cet endroit secret puis oublié? Au reçu du courrier Chloé avait elle été émue, combien de larmes avaient t-elle versées? En lisant la lettre Marie pensait aussi au jeune homme qui l’avait écrit. Avait t-il eu une réponse? Marie s’appropriait la lettre et elle en souffrait. Elle l’a lue et la relue à plusieurs reprises et elle se promit de retrouver l’auteur. Pendant quelques jours elle ne pensa à plus rien d’autre. Une douleur sourde étouffait sa poitrine. C’était une blessure profonde qui cependant avait fini par s’atténuer. Comme elle se l’était promise elle s’employrait a rechercher l’auteur de cette missive. Après plusieurs mois d’infructueuses recherches Marie finit par avoir raison; sa ténacité l’avait emporté. La sonnerie du téléphone sonna et au bout du fil l’auteur de la lettre lui annonçait qu’il aimerait la rencontrer…elle n’en crut pas ses oreilles ! Cependant, rendez – fut pris. Le jour venu, pour lui, plus rien d’autre ne comptait que cette attente dans le restaurant à la petite table d’angle d’où le regard peut se promener et d’où il pouvait la voir arriver. Et maintenant il l’attendait. Elle n’était pas en retard. Il était juste midi et comme il relevait les yeux de sa montre elle fit son entrée au bout de l’allée. Elle paraissait fragile et touchante. Elle ne l’avait pas vu en entrant et il la regardait avec curiosité. Il se leva vint au devant d’elle lui tendit la main, il lui sourit. émus aux larmes, elle ne trouva rien a dire. Une envie idiote, forcenée, se levait en elle. Incapable de réfléchir, elle concentrait toute son attention sur les lèvres qui s’ouvraient à dix centimètres de son visage.

    1. Madame, je ne comprends pas votre commentaire? vous avez recopié mon billet sans m’en donner la raison. Il y a t-il quelque chose qui vous a déplu où vous êtes vous reconnue dans l’imaginaire que je décris. Toutes critiques fait avancer …je recevrais la votre bien volontiers si tel est votre désir ! J’attend donc votre réponse.
      Cordialement.
      Roberte Colonel

      envoyé par Tina – le 26/04/2013 à 7 h 43 min
      Comme par magie alors qu’elle s’apprêtait à poser le livre Marie découvrit une enveloppe blanche placée entre la jaquette et le cartonnage du livre. Cette lettre était adressée a mademoiselle « Chloé Brun » suit l’adresse. La curiosité poussa Marie à ouvrir l’enveloppe. Le message avait été écrit il y a très long temps. Avait–il été caché à cet endroit secret puis oublié? Au reçu du courrier Chloé avait elle été émue, combien de larmes avaient t-elle versées? En lisant la lettre Marie pensait aussi au jeune homme qui l’avait écrit. Avait t-il eu une réponse? Marie s’appropriait la lettre et elle en souffrait. Elle l’a lue et la relue à plusieurs reprises et elle se promit de retrouver l’auteur. Pendant quelques jours elle ne pensa à plus rien d’autre. Une douleur sourde étouffait sa poitrine. C’était une blessure profonde qui cependant avait fini par s’atténuer. Comme elle se l’était promise elle s’employrait a rechercher l’auteur de cette missive. Après plusieurs mois d’infructueuses recherches Marie finit par avoir raison; sa ténacité l’avait emporté. La sonnerie du téléphone sonna et au bout du fil l’auteur de la lettre lui annonçait qu’il aimerait la rencontrer…elle n’en crut pas ses oreilles ! Cependant, rendez – fut pris. Le jour venu, pour lui, plus rien d’autre ne comptait que cette attente dans le restaurant à la petite table d’angle d’où le regard peut se promener et d’où il pouvait la voir arriver. Et maintenant il l’attendait. Elle n’était pas en retard. Il était juste midi et comme il relevait les yeux de sa montre elle fit son entrée au bout de l’allée. Elle paraissait fragile et touchante. Elle ne l’avait pas vu en entrant et il la regardait avec curiosité. Il se leva vint au devant d’elle lui tendit la main, il lui sourit. émus aux larmes, elle ne trouva rien a dire. Une envie idiote, forcenée, se levait en elle. Incapable de réfléchir, elle concentrait toute son attention sur les lèvres qui s’ouvraient à dix centimètres de son visage.

Merci pour ce commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s