Un si grand bonheur…

 

Le temps se gâte. C’est peut être la dernière fois de l’année qu’on peut manger dehors dit Marie.

Un silence feutré pèse sur le paysage. Il y a quelque chose d’immobile dans le ciel. On rentre il va neiger. Un silence si profond.En accord avec  la nature.

Elle le regarde, il attise le feu. Il est grave. Aujourd’hui L’un et l’autre se sont dits trop de choses tenues secrètes.

Elle se dirige à la fenêtre sa tasse de thé à la main.

-Oh ! Il neige !

Il la suit doucement, ils sont là, seuls au monde, debout  face à face. Il la touche d’abord par les yeux. Avec une avidité, une volonté intolérable et, sans quitter son regard, elle se débarrasse de sa tasse vide et reste, maladroite, grande, gauche devant cet homme qui la passe à l’épreuve de son regard.

Mais il respire aussi. On entend les pulsations de son sang. De grands battements oppressés. Il se passe quelque chose d’important entre eux.

Les corps s’approche lentement. Cœur battant.

Les lèvres ne s’uniront que plus tard. Tout est irrévocable avant d’avoir commencé.

A  la fois terrifiées et avides, ils sont entrain de comprendre que l’impulsion  ira jusqu’au bout.

Rien ne l’arrêtera.

Et quand à bout de force, leurs lèvres se joignent, ce n’est pas brutal. Rien ne se refuse en elle. Tout va au devant. Envie de pleurer, de dire des prières, de se mettre à genoux. Il la veut. Mais pour elle.

Et parce que le moment est unique et qu’il ne l’a pas chercher. Ni elle. Que c’est la vie et qu’il a besoin de faire couler la vie en elle et que cela va être bon.  Et puis c’est la tempête où elle chavire très vite, ahurie, emportée au-delà du consentement et de la conscience. Heureux il lève soudain les yeux et lui sourit tendrement, très au dessus d’elle. Il pose la main dans les cheveux blonds, sur cette tête charmante dans laquelle il navigue ivre et fou.

Immobile devant le feu, frissons, épuisements, bonheur. Il la serre très fort contre lui, lui embrasse l’oreille, les cheveux :

– A quoi pense tu ?

-Tu veux savoir ?

-Oui dit-il aussi grave qu’elle.

-A ce que nous venons de vivre. C’est si beau. Et je suis si bien. (Texte Roberte Colonel)

Publicités

Auteur : marieliane

Auteur de trois livres « Où es tu maman" livre document éditions Michel de Maule" et Grand Caractère". "Le Sac à dos Éditions Grand Caractère" Passion sur Internet" Avec la participation de Charef Berkani Éditions Ed2A Un roman "Le Sac à Dos" dont l'intrigue se déroule en montagne précisément à chamonix. "Le Sac à Dos" est paru aux éditions Grand Caractère. J'aime les belles ballades en montagne mais aussi dans les sentiers de ma région du Languedoc Roussillon. J'aime l'écriture et l'échange avec mes amies blogueuses.

6 réflexions sur « Un si grand bonheur… »

  1. J’ai pris le temps de lire.
    J’ai pris le temps de ressentir les mots que vous avez écrits.
    J’ai pris le temps de vous dire ici,
    J’aime tout simplement vos mots.

    Je vous souhaite une très belle semaine

  2. Coucou Roberte, un récit mener rondement tout en délicatesse et douceur, j’aime beaucoup, bravo à toi,c’est un régal de te lire !
    Je vais mieux , mes globules blancs sont remontés et çà va , hormis mes infections ici ou là sur le cou la bouche, mais ça va, je me soigne , quand la fatigue est là aussi, ben, je me repose, et je gère mes efforts….. Mais, tu sais, je pense beaucoup à mes amies qui sont touchées par différents bobos et par de bien plus importants bobos que moi,,, mais il faut se battre chaque jour !
    Je te fais de gros gros bisoussssss ❤
    Passe une bien belle soirée
    Reg !

Merci pour ce commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s