Les larmes de sophie

 Afficher l'image d'origine

En me promenant sur des pages de poésies  j’ai ouvert un des poèmes de Grégoire Le Prince-Ringuet. 

« Les larmes de Sophie »  que je m’empresse de vous faire découvrir.

Une fille pleurait, assise sur un banc.

Et moi je regardais ce visage émouvant.

Plein de petits diamants scintillaient dans ses yeux,

De plus en plus brillants, de plus en plus nombreux.

Une flamme a brûlé son sublime regard

Quand la première larme est tombée sous son fard,

Qu’elle a glissé ainsi à travers son visage et sur sa lèvre enfin a fini son voyage.

Mais je voulais savoir pourquoi des yeux si beaux avaient, le temps d’un soir versé autant de flots.

Je parlais doucement pour ne pas l’effrayer : « – Qu’avez vous demoiselle, je vous ai vu pleurer.

– Ne me regardez pas, m’a-t-elle répondu. »

– Vous pouvez tout me dire, je suis un inconnu.

– Je partage mes joies mais je garde mes pleurs personne n’a besoin d’un peu de mon malheur. 

Cette phrase est restée gravée dans mon émoi.

Jamais je n’avais vu pleuré comme cela :

Silencieusement, et sans aucun sanglot, Sans même qu’une ride ne plisse sa peau,

L’étincelle des pleures, une larme à nouveau sortait de son alcôve et quittait son berceau.

C’est ainsi qu’elle pleure, doucement, sans un cri pour que jamais personne n’en soit averti.

                                                         

                                                              
Grégoire Leprince-Ringuet
Né le 4 décembre 1987 en Normandie, Grégoire Leprince-Ringuet est un jeune acteur français qui compte déjà, dans sa filmographie, de très grands noms du cinéma français. Il se fait repérer alors qu’il est chanteur dans le chœur de l’Opéra de Paris. En 2002, André Téchiné le remarque et lui offre son tout premier rôle au cinéma, pour Les Egarés. Il joue notamment aux côtés d’Emmanuelle Béart et de Gaspard Ulliel. Il sera nommé au César du Meilleur Espoir Masculin. Pendant trois ans, il sera absent des écrans, suivant notamment les cours de théâtre d’Yves Macon (jusqu’en 2007). Grégoire Leprince-Ringuet s’exerce toutefois sur les planches, acquérant de l’expérience. En 2006, il intègre le prestigieux casting de Selon CharlieLes Chansons d’Amour de Nicole Garcia. Il joue aux côtés de Jean-Pierre Bacri, Vincent Lindon, Benoît Magimel, Benoît Poelvoorde… En 2007, il tourne pour Christophe Honoré dans , aux côtés d’un jeune acteur sur la montante, Louis Garrel. Il retrouvera les deux hommes en 2008, pour La Belle Personne. Ce film est une relecture moderne d’un des tout premiers romans français : La Princesse de Clèves, de Madame de La Fayette. Parallèle surprenant : en 2010, il est à l’affiche de La Princesse de Montpensier, réalisé par Bertand Tavernier, et qui est une adaptation de l’autre célèbre roman éponyme de Madame de La Fayette…En 2009, il tourne dans l’imposant film de Robert Guédigian, L’Armée du Crime. Mais c’est en 2010 que la carrière du jeune comédien prend son envol. Il est présent au Festival de Cannes pour défendre deux œuvres : La Princesse de Montpensier, ainsi que L’Autre Monde de Gilles Marchand (hors-compétition), où il joue aux côtés d’une jeune actrice elle aussi sur la montante, Louise Bourgoin. La même année, il est à l’affiche de Djinns, aux côtés de Thierry Frémont.

Histoire de la belle capucine

DSCN0197

Ma capucine. Chaque matin je l’admire…elle est parée de tous ses attraits, jolie  comme un coeur. Je l’ai faite mienne depuis des semaines qu’elle orne ma terrasse. majestueuse lorsque le vent vient la côtoyer sans lui en voir demander la permission elle se rebelle lui faisant comprendre qu’elle n’est nullement gênée que son feuillage sait très bien résister à ses rafales et que de toute les façon elle reprendra ses aises dès qu’il aura changé de direction. (photo et texte Roberte Colonel)

Histoire de La Grande Capucine ou Capucine (Tropaeolum majus) est une plante herbacée annuelle ou vivace de la famille des tropaélolacées.

Cette plante ornementale et comestible est probablement un hybride originaire d’Amérique du Sud. Elle a été introduite en France en provenance du Pérou à la fin du XVIIe siècle. Dans son pays d’origine, le Pérou, la capucine est pollinisée par les oiseaux-mouches. En Europe, les Bourdon s’acquittent de cette tâche. Mais la fleur secrète son nectar tout au bout d’un interminable éperon. Certains bourdons, dont la langue est trop courte, n’hésitent pas à percer un trou sur le côté pour accéder au nectar La grande capucine a été introduite par des conquistadors hollandais vers 1680en Europe où elle a fait son apparition dans les jardins de monastères et était tenue en haute estime en tant que plante aromatique et médicinale.

L’éperon de la fleur de capucine rappelle le capuchon de l’habit de moine, ce qui peut donner à penser que son nom serait dérivé de celui des moines Capucins. Selon d’autres sources, elle devrait son nom à ses feuilles en forme de bouclier (pelaté), car Tropaeolum se retrouve dans le mot latin tropaeum qui signifie « trophée » et était primitivement «un tronc d’arbre auquel on suspendait des boucliers et armes appartenant au vaincu en signe de victoire».

La capucine est une plante célèbre surtout en été. Vous savez, cette plante rampante embellit presque tous les jardins pendant cette saison ensoleillée. Depuis l’époque de Louis XIV, où elle encore appelée « Cresson du Pérou », la capucine rencontre un grand succès auprès de nombreux amateurs de jardinage. Un succès qu’elle doit autant à sa beauté flamboyante qui la destine à des fins ornementales qu’à sa comestibilité qui la rend, de février en octobre, presque incontournable dans la confection de certains plats. D’ailleurs, sa composition nutritionnelle est très intéressante (caroténoïdes, flavonoïdes, glucocynolate…). Mais outre sa propriété d’être consommable, elle comporte aussi des vertus médicinales très efficaces, surtout lorsque vous voulez évacuer les toxines de votre organisme.

Si le roi Louis XIV a fait introduire la capucine en France, c’était pour en faire une alimentation. En effet, tout ce qui la compose se consomme depuis les feuilles, les fleurs, les graines, en passant par les boutons de fleur et même jusqu’aux racines. Les fleurs que vous pouvez récolter pendant l’été, ainsi que les feuilles, entrent dans la composition des crudités, surtout les salades qu’elles décorent merveilleusement. Le mieux c’est de les assaisonner un peu plus tard. Rappelons que mangée de cette manière, la capucine a un goût proche de celui du cresson cru. Les graines, qui se récoltent surtout de septembre en octobre, ainsi que les boutons de fleurs, se consomment comme des câpres avec du vinaigre. Les racines, qui sont des tubercules, quant à elles, se consomment cuites.

La force de la raison…

 

Votre raison et votre passion sont le gouvernail et les voiles de votre âme qui navigue de port en port. Si votre gouvernail ou vos voiles se brisent, vous ne pouvez qu’être ballotés et aller à la dérive, ou rester ancrés au milieu de la mer. Car la raison, régnant seule, est une force qui brise tout élan ; et la passion, livrée à elle-même, est une flamme qui se consume jusqu’à sa propre extinction. Le Prophète
[ Khalil Gibran ]