La nostalgie qui est en moi

 Voilà que ce matin je me plais à rêver à des jours où il n’y aurait que de la joie et du bonheur dans notre foyer à cet instant je ne pense  qu’à l’arrivée chez nous de notre petite fille Alexandra. Nous sommes heureux de l’accueillir pour une semaine de vacances. Nous avons tant de souvenirs d’elle lorsqu’elle était enfant. Nous la prenions avec nous à chaque vacance… Sa mémoire est infaillible. Lorsque je lui rappel certains détails la concernant elle sourit et semblant s’amuser de ma question me dit « tu parles si je m’en souviens) ! Les petits enfants sont notre richesse et notre bonheur. Nous n’avons pas eu la charge de les élever,  de les éduquer seulement celle de les chérirent. Voilà sans doute la raison pour laquelle nos petits enfants n’oublient jamais leurs grands parents. Ce que j’ai omis de vous préciser c’est que notre petite fille à 21 ans et qu’elle fait ses  études dans le Missouris USA pour devenir avocate international. 

*toile de Barbara Kassel

L’amour même…

Les larmes de Laura avaient cessés de couler sur ses joues. Elle avait pensé ne jamais revoir Charles. Les yeux fixés sur la fenêtre, elle songeait justement à lui lorsque l’interphone sonna lui annonçant un visiteur. Elle décrocha, un peu contrariée d’être dérangée.  

Cela faisait quelques mois qu’ils  s »était rencontrer dans un restaurant indien . Charles et elle  se trouvant seul pour le dîner décidèrent de se joindre à la même table.  Bien que ne sachant rien de la vie de l’autre le repas ce déroula dans une ambiance feutrée, agrémenté d’une music mélancolique. Pendant le temps que dura le repas Laura n’avait cesser de se demander où la conduirait cette rencontre. Elle trouvait cet homme si séduisant. C’était le genre d’homme dont rêvent toutes  les femmes. Laura le contempla avec admiration. Elle avait de la peine à croire à ce qu’elle vivait. A la fin du repas , au moment de quitter la table, ils échangèrent leurs adresses et numéros de téléphone, puis ils sortirent main dans la main regagner leur véhicule respectif.  Elle n’avait jamais vécu un moment aussi enivrant elle garderait cet instant jusqu’à la fin de ses jours. Comme enivrés par ce merveilleux moment ils ne pouvaient se résoudre à se quitter si vite . Ils parlèrent encore pendant une bonne heure. 

Charles s’empara à nouveau de la main de Laura et y déposa délicatement un baiser. Amoureusement il  Chercha son regard, puis d’un doigt  lui releva tendrement quelques mèches de  cheveux, il la prit dans ses bras et l’embrassa avec passion. Anéantie par cet amour naissant, Laura s’était laissée embrassé sans chercher à repousser la chaleur de ses lèvres. Cette journée resterait à jamais gravée dans sa mémoire, songea-t-elle.

Depuis cet instant, Laura avait espéré  chaque jour le moment où Charles lui donnerait  de ses nouvelles. Aussi, Sa surprise fut grande de le voir apparaître si soudainement devant elle. Son cœur s’était  mit à battre la chamade, il y avait bien longtemps qu’elle n’avait ressenti un tel tumulte dans sa poitrine. Charles l’obligea à tourner son visage vers lui et l’embrassa.  Le plaisir que sa visite éveillait en elle rendit cet instant bien réel . Il l’anlaça et lui donna un baiser à lui couper le souffle. Comme au premier soir, il la serra tendrement dans ses bras, puis l’avait rassurée sur ses sentiments… il l’avait désirée dès le premier regard qu’ils avaient échangé… ‘(Texte  Roberte Colonel)

Qu’est-ce que le bonheur ?

Qu’est-ce que le bonheur sinon l’accord entre un être et l’existence qu’il mène ? »

Nous sommes tous sourds quand cela arrange notre bonheur. Cela repose un peu de ne pas tout entendre.(Tahar ben Jaloun)

Ne change pas ta nature si quelqu’un te fait du mal; prends juste des précautions. Les uns poursuivent le bonheur, les autres le crient. Quand la vie te présente mille raisons de pleurer, montre lui que tu as mille raisons pour sourire ?

Le premier baiser…

Le premier baiser, c’est l’union de deux fleurs parfumées afin que de leurs senteurs mêlées, il naisse une troisième âme. (Khalil Gibran).

Cette citation me fait penser à deux enfants s’observant, puis d’un coup  vont  franchir le  pas, se rapprocher, et échanger un baiser.

Je vous propose une autre forme de premier baiser : cet extrait de mon livre « Le Sac à Dos »

Nous buvons notre vin à la lueur vacillante des bougies, qui projetaient des ombres joueuses sur les murs. J’étais heureuse. L’alcool et la chaleur des flammes de la cheminée contribuaient à mon bien-être. J’avais le visage en feu. Je faisais confiance à Nicolas et me sentais divinement bien en sa compagnie. Je ne lui résistai pas lorsque, dans une nouvelle étreinte, il passa son bras autour de ma taille.

-Tu es si belle ce soir, Eugénie ! Troublée par sa déclaration, et de peur de trop vite m’abandonner à lui, je m’éloignai un peu sous prétexte de mettre une nouvelle bûche dans l’âtre. Des crépitements s’échappèrent comme un feu de joie. D’un pas ralenti, je me dirigeai vers la table. Sans me laisser le temps d’esquisser un geste, Nicolas m’attira dans une étreinte brûlante. Il lissa mes cheveux puis, avec une douceur infinie ramena quelques mèches derrière mon oreille. Il me murmura des mots d’amour, des mots fous. Il m’embrassa, tendrement d’abord, puis de plus en plus passionnément. Ses mains caressèrent mon corps, éveillant un désir qui me fit frissonner. Il me coucha sur le tapis, devant la cheminée, chuchota quelques mots encore, puis nos corps palpitants s’abandonnèrent au plaisir de nos étreintes…..

 L’histoire de ce roman  se situe dans la vallée de Chamonix ou je parts dés demain en vacance . (texte roberte colonel)  

Le temps du muguet

Paroles Francis Lemarque

   

 

Il est revenu le temps du muguet
Comme un vieil ami retrouvé
Il est revenu flâner le long des quais
Jusqu’au banc où je t’attendais
Et j’ai vu refleurir
L’éclat de ton sourire
Aujourd’hui plus beau que jamais

Le temps du muguet ne dure jamais
Plus longtemps que le mois de mai
Quand tous ses bouquets déjà se sont fanés
Pour nous deux rien n’aura changé
Aussi belle qu’avant
Notre chanson d’amour
Chantera comme au premier jour

Il s’en est allé le temps du muguet
Comme un vieil ami fatigué
Pour toute une année pour se faire oublier
En partant il nous a laissé
Un peu de son printemps
Un peu de ses vingt ans
Pour s’aimer pour s’aimer longtemps.