Aujourd’hui c’est mon anniversaire

 

Ô rage ! Ô désespoir ! Ô vieillesse ennemie !
N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?
Et ne suis-je blanchi dans les travaux guerriers
Que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers ?
Mon bras qu’avec respect toute l’Espagne admire,
Mon bras, qui tant de fois a sauvé cet empire,
Tant de fois affermi le trône de son roi,
Trahit donc ma querelle, et ne fait rien pour moi ?
O cruel souvenir de ma gloire passée !
Œuvre de tant de jours en un jour effacée !
Nouvelle dignité fatale à mon bonheur !
Précipice élevé d’où tombe mon honneur !
Faut-il de votre éclat voir triompher le comte,
Et mourir sans vengeance, ou vivre dans la honte ? Corneille, Le Cid, Acte I, scène 4

-Au fond l’âge véritable celui qui compte, ce n’est pas le nombre des années que nous avons vécues, c’est le nombre des années qu’il nous reste à vivre. (Alfred Capus)

 « Aujourd’hui c’est mon anniversaire et il est temps que j’assume les ans qui ont laissé leurs empreintes sur mon corps, sur mon visage. »

La vieillesse est une réalité qui nous touche tous, que nous le sachions ou non. Plus on avance en âge, plus elle s’impose à notre conscience malgré le fait qu’on cherche généralement à l’éviter. Notre corps est souvent le premier à nous lancer des avertissements qui deviennent de plus en plus insistants. C’est ensuite notre vie sociale et familiale qui nous force à en prendre conscience. Plus on va, plus la vieillesse devient incontournable.

Quelles sont les raisons fondamentales pour lesquelles nous sommes si souvent portés à nier cette réalité? Quels sont les défis que l’âge nous apporte à tous, tôt ou tard? Comment est-il possible de vivre cette tranche de vie d’une façon satisfaisante, enrichissante ou même épanouissante? Jean Garneau présente dans cet article ses réflexions de psychologue humaniste sur ces troublantes questions.
Les enfants ont hâte de grandir et ils s’emploient de leur mieux à développer les nouvelles habiletés qui correspondent à devenir « des grands ». Ils trouvent interminables les journées où ils n’apprennent rien. Les adolescents ont beau affiché souvent un souverain mépris des adultes, ils aspirent à en faire partie de leur monde. Leur contestation du monde des adultes est, au fond, une façon d’en prendre possession. Le temps ne passe pas assez vite à leur goût. Même les jeunes adultes ont généralement tendance à vouloir vieillir; ils ont hâte d’avoir les connaissances et les habiletés que procure l’expérience. Ils continuent d’apprendre, de se perfectionner et de travailler à s’améliorer. Ils trouvent aussi que le changement n’arrive pas assez vite.

Mais à partir d’un moment, notre regard sur l’âge change radicalement. Le passage du temps cesse d’être synonyme de croissance. Il acquiert la signification de détérioration, d’arrêt, de retraite et de mort. Le temps ne sert plus à grandir mais à rétrécir. Et tout à coup, les années semblent trop courtes. On a l’impression de se faire voler les jours qui disparaissent trop vite dans le passé.

La théorie de la relativité s’appliquerait-elle aussi à notre perception de la durée des jours? Qu’est ce qui explique un tel changement de perspective?

Pour l’enfant, l’adolescent ou le jeune adulte, la vieillesse est une réalité étrangère qui appartient à un autre univers. Ils ont beau apprécier souvent le contact avec les vieux, ils les considèrent comme appartenant à une espèce différente. C’est comme s’il y avait un changement de nature, une cassure, entre leur vie et la vieillesse qu’ils voient chez les autres. La vieillesse, c’est bon pour les grands-parents.

Puis ils deviennent des adultes « mûrs » et sont « dans la force de l’âge ». La vieillesse n’est pas encore un concept qui s’applique à leur vie; elle est devenue l’affaire de leurs parents. Ils sont amenés par ceux-ci à en prendre conscience de façon plus aiguë, mais ça reste l’affaire des autres. Ils voient cette vulnérabilité du haut de leur « force de l’âge ».

Et plus les années s’additionnent, plus il devient difficile de ne pas être concerné. On a beau s’occuper à autre chose et s’efforcer de continuer sa vie de la même façon, l’âge nous rattrape inexorablement.

C’est d’abord la force de nos muscles et notre endurance qui nous désertent dans des situations de plus en plus nombreuses et nous forcent à nous rendre à l’évidence. Les rides et les cheveux blancs se multiplient et nous renvoient une image moins familière. La jeunesse nous quitte.

Puis, c’est notre environnement humain qui nous rappelle l’écoulement du temps. Nos parents meurent, les enfants nous quittent, certains collègues prennent leur retraite. Et de plus en plus souvent, les plus jeunes nous traitent avec un respect qui nous garde à distance. Il n’est plus possible de fermer les yeux: la vieillesse nous guette au prochain tournant.

Ce virage est difficile. La plupart des gens voudraient nier cette réalité devenue évidente et continuer leur vie comme avant. On se surprend à imaginer revenir en arrière, à songer à ce qu’on ferait d’une nouvelle vie. C’est presque comme si la suite de la vie n’avait aucune importance, aucune valeur.

(Vieillir Par Jean Garneau , psychologue)

Publicités

Auteur : marieliane

Auteur de trois livres « Où es tu maman" livre document éditions Michel de Maule" et Grand Caractère". "Le Sac à dos Éditions Grand Caractère" Passion sur Internet" Avec la participation de Charef Berkani Éditions Ed2A Un roman "Le Sac à Dos" dont l'intrigue se déroule en montagne précisément à chamonix. "Le Sac à Dos" est paru aux éditions Grand Caractère. J'aime les belles ballades en montagne mais aussi dans les sentiers de ma région du Languedoc Roussillon. J'aime l'écriture et l'échange avec mes amies blogueuses.

4 réflexions sur « Aujourd’hui c’est mon anniversaire »

  1. Chère Roberte je te souhaite :

    http://public.bay.livefilestore.com/y1p9w51TZRNChZzC63oEEwX0hyUW3qyeM0IXhiKcNDchULl24SatXo8Lw-MkoorZGECGUA_ksSC3Qk0kZ67-l7_Sg/glitter_joyeux_anniversaire.gif?psid=1

    Que cette journée te soit douce et bonne toute entière ! Je ne vais jamais l’oublier maintenant et pour cause hein ! Paix, Joie, Amour, Amitié, Tendresse mais surtout de la Santé !

    Je t’accompagne de mon amitié,

    Grosse bise d’ANNIVERSAIRE !
    C☼lette ☺

  2. desolee,je ne savais pas !!alors bon anniversaire!!!!on a l’age qu’on a dans sa tete!!lol!
    gros ,gros bisous

  3. comme il a raison ce monsieur Garneau
    je déteste vieillir ………….
    peur de la maladie de quitter mon tit chien
    de plus entendre la musique
    ne plus voir la nature
    ne plus boire de vin
    ton commentaire chez Colette
    c`est la meme chose partout ………
    a force de voir ce monde de fou ca m`aidera a partir qui sait
    bonne journée moi je vais me faire un café
    bisous xx

Merci pour ce commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s