J’aurais aimé te dire Papa…

Aujourd’hui j’aurais aimer t’appeler papa et cela je ne le peux pas.

Depuis ce simple petit coup de téléphone de quelques secondes je n’ai pas réussi à rompre ton silence malgré tous les courriers que je t’ai adresser et auxquels tu n’as pas répondu concernant des questions précises sur ce qui à tracé ta vie, ta famille, tes joies, tes peines.   

Je ne peux donner de solution à tous les problèmes de ta vie, ni répondre à ta place à tes doutes, à tes craintes que j’ai dû mettre dans ton cœur depuis mon premier courrier t’annonçant mon existence.

Je ne peux revenir en arrière sur ton passé.

Je ne peux vraiment rien changer à notre destin, mais si tu m’en avais donné l’opportunité, je t’aurais écouté, j’aurais essayé de te comprendre sans te juger mais tu ne m’en à pas laisser le choix . Cependant, laisse moi te dire sans aucune amertume : que tu n’étais pas là pour guider mes premiers pas sur le chemin de ma jeune vie.

Tu n’étais pas là lorsque mes larmes inondaient mes joues.

Tu n’étais pas là pour m’épargner la souffrance qui brisait mon cœur d’être séparée de ma maman.

Ma tristesse est grande de ne pouvoir poser mon regard sur une simple photo de toi. Je ne peux donc m’assimiler à aucune ressemblances te concernant.

Je reste à ce jour toujours en quête d’un imaginaire qui n’aura jamais de fin puisque une fois encore, à cause de ton silence il m’est refusé le droit de connaître l’autre moitié de mes origines.

Aujourd’hui je choisie d’être heureuse…

Je connais peu de chose qui soient plus tragique dans la nature humaine que cette tendance, que nous avons tous à penser: « Demain, je commencerai à vivre. »

Nous rêvon d’un merveilleux jardin de roses par de là notre horizon au lieu de jouïr des roses qui fleurissent aujourd’hui sous notre fenêtre. (Dale Carnegie)

Hier est mort. Demain n’est pas encore là. Je ne posséde qu’un seul jour: aujourd’hui et je choisis d’y être heureuse. ( Groucho Marx)

Ce ci m’amène a aujourd’hui je choisis d’être heureuse. Pour ce faire je vais déserter momentanément mon blog et prendre un peu de temps pour moi.

A bientôt de vous retrouver.

Pourquoi es ce si bon d’être amoureux?

winter-rose

Les dernières roses de l’été s’épanouissaient en penchant leurs têtes alourdies vers le sol. Marie huma leurs délicieux parfum, en coupa quelques unes avec précaution, afin de ne pas faire tomber les fragiles pétales. -Tu n’as pas idée comme tu est ravissante déclara frank qui l’observait debout sur le pas de la porte. Elle releva les yeux. Il lui décocha son plus brillant, son irrésistible sourire. Elle le lui rendit, comprenant qu’il cherchait au travers de ses quelques mots à lui dire combien il l’aimait. »merci » murmura t-elle. Elle ramassa ses roses et traversa le jardin pour le rejoindre. Il ne la quitta pas des yeux et a peine se fut elle immobilisée devant lui qu’il la prit dans ses bras et l’entraîna à l’intérieur. Après avoir fermé la porte et lui avoir ôté les roses des mains, il la serra contre lui et l’embrassa passionnément. Marie lui rendit son baiser avec la même ardeur. Puis il lui prit le visage entre les mains et plongea son regard dans ses yeux, d’un bleu si profond qu’il paraissait presque violets, où se reflétaient ses sentiments les plus secrets: -Sais-tu à certains moments, combien je te désire? demanda -t-il. – oui. Je ressens la même chose, répondit-elle.  Frank la serra encore une fois contre lui puis se dirigea vers la porte: – A tout à l’heure  ma chérie. Je serais de retour pour le dîner. La gorge soudain serrée, Marie ne put qu’acquiescer d’un signe de la tête. (Roberte Colonel)

Ma dernière lettre… boite postal dans le ciel

Ma chère maman.

Maman aujourd’hui je t’écrie ma dernière lettre. Il faut que je renonce à toi définitivement. Le temps de mon deuil est maintenant terminé.

Dans ma vie tu avais toujours eu ta place, il y eu des moments où tu m’as beaucoup manqué. J’aurais aimé te sortir de mes rêves pour te serrer très fort dans mes bras.

Il me faut maintenant avancer sans toi, je dois aller de l’avant dans la vie et surpassé ce chagrin qui nous à tant blessée.

J’ai fais tout ce qui m’étais possible pour retrouver quelques traces de ton passé. Cela doit suffire à me consoler sachant que tu ne m’as jamais abandonnée ni oublié.

Je ne sais vraiment pas s’il est utile d’aller plus en avant concernant mon père biologique. Ce que j’ai appris de lui me comble déjà, pourquoi chercher encore et encore…

 Hier ne reviendra plus aussi je veux que demain voit le soleil briller et le bonheur irradier mes jours. Cela ne dépend que de moi maintenant.

Puisque nous avons été séparées et que tu n’as pas pu guider mes premiers pas, je reste convaincue cependant que tu fus toujours là pour m’aider à trouver mon chemin. Je reste  aussi persuadée que tu voulais que je découvre les mystères qui ont fait de ma vie mon chemin de croix sans toi ma chère maman.

Tout au long de mes nombreuses recherches j’ai souvent éprouvé l’envie d’arrêter mes prospections et à un maintes reprises j’ai eu là aussi l’extraordinaire intuition que tu me poussais à ne jamais baisser les bras. Dans des labyrinthes de solitude où je me débattais m’apparaissait parfois des flashes, alors une solution logique surgissait me guidant encore et encore vers d’autres recherches possibles.

 Je pense que tu étais toujours présente à mon coté ma chère maman, mon ange bienfaiteur.

Cependant ma douce maman l’espoir de te retrouver un jour où l’autre m’anime.  Une  étoile plus lumineuse que les autres étoiles me guidera sur le chemin de ton paradis blanc dans les nuages. C’est là qu’ensemble dans ton petit coin de ciel nous serons unies pour l’éternité. maman attends moi!

Ton éternelle petite fille.