BONNE JOURNEE…

 
 
 
 

On ne peut pas, sous ptrétexte qu’il est impossible de tout faire en un jour, ne rien faire du tout.
L’espérance, c’est croire que le vie a un sens.
 
Publicités

TEXTE DE PABLO NERUDA (prix Nobel de Litterature 1971)

 

Il meurt lentement celui qui évite la passion et son tourbillon d’émotion, celle qui redonne la lumière dans les yeux et réparent les coeurs blessés.
Il meurt lentement celui qui ne change pas de cap lorsqu’il est malheureux au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risque pour réaliser ses rêves, celui qui, pas une seule fois dans sa vie, n’a fui les conseils sensés.
Vis maintenant
Risque toi aujourd’hui
Agis tout de suite
Ne te laisse pas mourir lentement
Ne te prive pas d’être heureux.

UN peu de lecture….

Quoi de plus agréable qu’un bon livre devant un feu de cheminée qui crépite! …

Et que diriez vous, si je commençais par vous proposer simplement par vous donner l’envie de lire mon livre 
"Le sac à Dos." Livre de saison l’intrigue de ce roman ce déroulant en Haute Savoie plus précisément dans la vallée de Chamonix.
Voici donc, quelques passages de mon livre paru aux éditions Grand Caractère à Paris.
 
 
Le SAC à DOS
A peine ai-je ouvert les fenêtres que le vent tiède du sud se met à souffler.
En quelques jours, la neige a fondu en faisant éclore les fleurs de crocus, de jonquilles et de jacinthes.
Alors que l’hiver a poursuivi sa course, brisant sur son passage la glace des rivières, tout autour de moi, s’est arrêté depuis le départ de Nicolas.
Depuis des mois je vie recluse, parce qu’un homme à introduit l’horreur en moi…Soudain je sursaute. La sonnerie stridente du téléphone intérrompt le cours de mes pensées.
– Allô…Allô…
Le silence à l’autre bout du récepteur se prolonge.Une peur indicible commence à m’envahir lorsqu’enfin je perçois la voix à peine audible de timothé:
-Eugénie, pourrais tu me rejoindre à la gendarmerie de Chamonix ?
Il se tait quelques instants, semblant chercher ses mots puis,reprenants son souffle, poursuit d’une voix qui trahit son angoisse:
-Eugénie, le sac à dos de Nicolas vient d’être retrouvé sur une piste de ski à l’orée d’un bois…
Ce coup de fil de Timothé ravive d’un coup mon désespoir. Je suis térrassée par la nouvelle.
Mais ai-je vraiment bien sais le lieu où a été trouvé le sac à dos ? S’agit-il bien de l’orée d’un bois? L’émotion me paralyse… 
Par cette découverte, Nicolas a-t-il voulu une dernière fois encore s’adresser à moi? Si ce n’est pas le cas, pourquoi donc aurait-il choisi de se séparer d’un objet qui lui est si précieux?
Timothé semblait si bouleversé !…
J’ai lutté seule jusqu’à ce jour, mais j’arrive au bout de cette traversée, épuisée. Ma fragilité m’avait amenée à prendre une décision concernant Nicolas que je regrette maintenant profondément.
Je n’ai jamais voulu me décharger du lourd secret qui a fait basculer mon équilibre et ma vie. Mon acharnement à vouloir réduire à néant mon bonheur avec Nicolas se résume en cette seconde à cette appel…
Nul doute que Nicolas a voulu m’envoyer un dernier message en laissant son sac à dos à cet endroit précis.
Ce lieu est si symbolique pour nous deux !
Et je sais l’importance pour lui qu’a ce sac, dont il ne se sépare jamais. Ne m’a t-il pas dit un jour que son sac à dos lui permettrait de survivre si jamais il se trouvait dangereusement bloqué en montagne
L’absence de nicolas ne m’a jamais paru aussi pesante que ce matin.
Je ne peux pas imaginer mon avenir sans sa présence, même si je me suis éloignée de lui.
Je comprends qu’en ne voulant rien révéler de mon lourd secret à Nicolas j’ai contribué à ce qu’il prenne des risques en montagne, jusqu’à cette disparition si inquiétante.
Ce drame n’est qu’une terrible erreur, une folle aberration de ma part. je réalise enfin que Nicolas ne sera plus jamais là pour me protéger, réinventer nos projets et construire notre avenir…
Recroquevillée sur moi-même, le visage dans les mains, une sensation désagréable me parcourt le dos. Un nouveau frisson me glace jusqu’au sang.
il me faudra du temps pour me calmer et accepter qu’il ne soit plus là…

ALEXANDRA NOTRE PETITE FILLE FAIT du THEATRE DANS LE MINNESOTA

A light dose of Shakespeare at ERHS

Print
Tuesday, 11 November 2008

 
Jordan Grzybowski as "Bottom" hams it up with a death scene in a play for the amusement of three soon-to-be married couples, played by (from left) Grayson Howard, Ben Kramer, Hilary House, Raihna Mathews, Danielle Bronshteyn, and Ryan Devens. (Photos by Bruce Strand)
by Bruce Strand
Staff writer

You could call it Shakespeare Light, this production of “A Midsommer Night’s Dreame” made brisk and entertaining by the Elk River High School Theater Department.
The audiences had plenty of laughs, particularly at the antics of Jordan Grzybowski playing an amped-up amateur actor, last weekend at Zabee Theater. There will be two more performances, Friday and Saturday.
and Alex Colonel (Paidion), have a chat.Two of the woodland spirits, played by Gus Gleiter (Puck) 
Director Phil Bologna altered The Bard’s screenplay to make it easier to follow and shortened the play to an hour and 20 minutes for the “A” cast in the evening presentations, and 50 minutes for the “B” cast in student matinees.
Bologna and his charges went for “lots of physical comedy” and delivered a very animated and athletic performance.
Grzybowski was Bottom, one of the craftsmen in the woods practicing a play and then presenting it as entertainment for a royal wedding. His character is a ham who can’t help over-dramatizing all his scenes, and was especially hilarious when he killed himself with a sword and went through about a minute of volcanic death throes, and when braying uncontrollably after fairies turned him into a donkey.
The story centers on four lovers, nicely played by Ryan Devens, Ben Kramer, Hillary Howse and Danielle Bronschteyn, whose romantic intentions get waylaid by parents’ interference and by spells cast by fairies, but in the end the right matches are made. Along with the duke and his fiancée, Grayson Howard and Raihna Mathews, the couples took in the goofy play at the end.
 After spells are cast, Helena (in blue), played by Hilary Howse, is skeptical of love declared by Demetrius (Ben Kramer, left) and Lysander (Ryan Devens), while Hermia (Danielle Bronshteyn) can’t figure out why Lysander dumped her.
Among the fairies, the main mischief maker, Puck, is played with high energy and athleticism by Gus Gleiter. Another character cracking up the crowd was Andy Tyler as Flute, in drag with an oversized, unruly bosom.

The evening cast
Grayson Howard (Theseus), Raihna Mathews (Hippolyta), Sonja Richardson (Philostrata), Cody Brand (Egeus), Danielle Bronschteyn (Hermia), Ben Kramer (Demetrius), Ryan Devens (Lysander), Hillary Howse (Helena), Mackenzie Fox (Quince), Jordan Grzybowski (Bottom), Andy Tyler (Flute), Sarah Rabe (Snug), Taylor Ellis (Snout), Quin Johnson (Starveling), Gus Gleiter (Puck), Alex Colonel (Paidion), Brandon Benson (Oberon), Jessi Aylward (Titiana), Hannah Brown (Mote), Samantha Turcott (Peaseblossom), Sam Bunker (Cobweb), Stephanie Gilbert (Mustardseed, fairy), Micah Howard (servant), Katie Patterson (fairy), Shelly G. Randolf (fairy), Sean Richgels (fairy).

 

The matinee cast
Megan Rudell (Thesea), Kyle Forga (Hippolyto), Cara Fromm (Philostrata), Joie Fox (Egea), Jessica McGerr (Hermia), Michael Anderson (Demetrius), Conner Mayne (Lysander), Megan Patterson (Helena), Patrick Alcorn (Quince), Luke Zeman (Bottom), Andrew Bronschteyn (Flute), Toby Bunker (Snug), Patrick Cameron (Snout), Shelby Oman (Starveling), Augustine Menke (Puck), Katie Kelley (Paidion), James Johnson (Oberon), Mackenzie Fox (Titiana) … Rest of cast, same as above

Le SAC à DOS

L’aiguille verte
                                                                                                             Photo Mario Colonel
 
 Quoi de plus agréable qu’un bon livre devant un feu de cheminée qui crépite …
Et que diriez vous si je commençais par vous proposer simplement de vous donner l’envie de lire mon livre? 
"Le sac à Dos" Livre de saison, l’intrigue de ce roman ce déroulant en Haute Savoie plus précisément dans la vallée de Chamonix.
Voici donc, quelques passages de mon livre paru aux éditions Grand Caractère à Paris.
 
 
Le SAC à DOS
A peine ai-je ouvert les fenêtres que le vent tiède du sud se met à souffler.
En quelques jours, la neige a fondu en faisant éclore les fleurs de crocus, de jonquilles et de jacinthes.
Alors que l’hiver a poursuivi sa course, brisant sur son passage la glace des rivières, tout autour de moi, s’est arrêté depuis le départ de Nicolas.
Depuis des mois je vie recluse, parce qu’un homme à introduit l’horreur en moi…
– Allô…Allô…
Le silence à l’autre bout du récepteur se prolonge. Une peur indicible commence à m’envahir lorsqu’en fin je perçois la voix à peine audible de Timothé:
-Eugénie, pourrais-tu me rejoindre à la gendarmerie de Chamonix ?
Il se tait quelques instants, semblant chercher ses mots puis, reprenant son souffle, poursuit d’une voix qui trahit son angoisse:
-Eugénie, le sac à dos de Nicolas vient d’être retrouvé sur une piste de ski à l’orée d’un bois…
Ce coup de fil de Timothé ravive d’un coup mon désespoir.
Mais ai-je bien saisi vraiment le lieu où a été trouvé le sac à dos ? S’agit-il bein de l’orée d’un bois? Par cette découverte, Nicolas a-t-il voulu une dernière fois encore s’adresser à moi? Si ce n’est pas le cas, pourquoi donc aurait-il choisi de se séparer d’un objet qui lui est si précieux?
Timothé semblait si bouleversé !…
J’ai lutté seule jusqu’à ce jour, mais j’arrive au bout de cette traversée, épuisée. Ma fragilité m’avait amenée à prendre une décision concernant Nicolas que je regrette maintenant profondément.
Nul doute que Nicolas a voulu m’envoyer un dernier message en laissant son sac à dos à cet endroit précis.
Ce lieu est si symbolique pour nous deux !
Et je sais l’importance pour lui qu’a ce sac, dont il ne se sépare jamais.
L’absence de nicolas ne m’a jamais paru aussi pesante que ce matin.
Je ne peux pas imaginer mon avenir sans sa présence, même si je me suis éloignée de lui. A cettecette pensée, un vide me saisit. 
Je comprends qu’en ne voulant rien révéler de mon lourd secret à Nicolas j’ai contribué à ce qu’il prenne des risques en montagne, jusqu’à cette disparition si inquiétante. Ce drame n’est qu’une terrible erreur, une folle abberration de ma part. Je réalise enfin que Nicolas ne sera plus jamais là pour me protéger, réinventer nos projets et construire notre avenir…
Recroquevillée sur moi-même, le visage dans les mains, une sensation désagréable me parcourt le dos. Un nouveau frisson me glace jusqu’au sang.
Il me faudra du temps pour me calmer et accepter qu’il ne soit plus là…
 
la photo ci dessus de Mario Colonel ne correspond pas à la photo de couverture du livre "Le sac à dos."